Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Le reste » Convention sur les polluants organiques persistants
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
Capture d’écran 2018-01-19 à 12.04.09

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Prime énergie : quelle marche à suivre pour ...
  2. Les voitures autonomes tiendront-elles la cote ?
  3. Les voitures les moins polluantes en 2017
  4. Aquashell, le spécialiste des habitats flottants
  5. Le top 3 des gestes pour protéger l’environnement


Focus Sur
camping
Où camper en prenant soin de l’environnement ?

Le dossier du mois
Capture d’écran 2018-01-19 à 12.04.09
Que se passerait-il si, au cours d’une nuit, le monde entier devenait végétarien? Un monde où le steak tartare, le coq au vin et le boeuf bourguignon n’existeraient plus. L’ère des légumes ne ferait que commencer. L’infographie nous plonge dans ce tout nouveau monde, explorant les relations entre les carnivores, la planète terre et notre santé. Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Convention sur les polluants organiques persistants

La Convention sur les polluants organiques persistants (POP) sera signée cette semaine à Stockholm.

Accepté en décembre dernier par 122 Etats, le texte de ce nouveau traité international vise un groupe de 12 substances chimiques – pesticides et composés industriels – dont il prévoit d’interdire (ou pour certaines substances, de restreindre) la production et l’usage. Ces polluants, parmi lesquels figurent les polychlorobiphényles (PCB), les dioxines et le DDT, sont particulièrement toxiques, s’accumulent dans les tissus adipeux, et ne se dissolvent que très lentement dans les corps vivants et l’environnement, pour finir ils ne connaissent pas les frontières et peuvent parcourir des milliers de kilomètres.

Si la plupart des substances chimiques concernées par le nouveau traité sont déjà interdites dans les pays industrialisés, il n’en va pas de même dans les pays en voie de développement, où l’application des dispositions prévues par le texte va devoir surmonter un certain nombre d’obstacles: manque de ressources, règlementations inadéquates, poursuite de l’utilisation de certains pesticides, nécessité de détruire rapidement les stocks périmés de POP. Aussi pour Brooks Yeager, responsable de la division ‘Menaces mondiales’ au WWF-Etats-Unis ‘Les nations en voie de développement ont besoin du soutien technique et financier des pays industrialisés pour appliquer de manière efficace les mesures prévues par la convention.’

Une fois entrée en vigueur après la ratification des états, outre l’interdiction – ou l’utilisation exceptionnelle – des douze substances chimiques listées, la convention prévoit de garantir que le traitement et la transformation chimique des résidus de POP ne portent pas atteinte à l’environnement. Elle se propose aussi d’identifier d’autres substances toxiques qui mériteraient d’être intégrées dans le processus. Enfin, elle vise à empêcher la mise en circulation de nouveaux polluants organiques persistants.

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL





à lire aussi
     
Flux RSS