Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Le reste » Contamination possible entre sojas transgéniques et traditionnels
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
MSC

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Les voitures autonomes tiendront-elles la cote ?
  2. Isoler par l’extérieur ou l’intérieur ?
  3. Les voitures les moins polluantes en 2017
  4. Un tout nouvel anti-âge signé Nu Skin
  5. Aquashell, le spécialiste des habitats flottants


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
ite-iti
La question d’isoler par l’extérieur ne se posait pas il y a 10 ans, ce procédé était encore assez peu connu, et les entreprises qui le mettaient en œuvre ne se contentaient pas de faire que cette prestation.Maintenant, l’isolation thermique extérieure a son acronyme, l’ITE, et ses spécialistes qui ne font que ces travaux toute l’année. S’ils sont si nombreux désormais, et si sectorisés, c’est que [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Contamination possible entre sojas transgéniques et traditionnels

Le soja est considéré officiellement comme une plante quasiment autoféconde avec moins de 1 % de pollinisations croisées. Cette caractéristique permet aux promoteurs des variétés transgéniques de promouvoir leur produit en notant qu’il n’y a quasiment aucun risque d’hybridation avec des variétés de soja traditionnelles et donc non-OGM.

Toutefois, selon l’association Kokopelli (à l’origine de centres de ressources génétiques pour la conservation des variétés anciennes), la thèse officielle apparaît ‘…quelque peu opportuniste, pour ne pas dire mensongère’. En effet, l’association rappelle que de nombreuses expériences ont été menées, notamment aux USA, mettant en avant entre autre, l’intérêt de la présence d’abeilles dans les cultures afin d’augmenter le rendement du soja à l’hectare. L’hybridation de deux variétés de soja grâce à la pollinisation par les abeilles a même été mis en évidence dès 1960 par le russe Gordienko.

Ainsi, pour D. Guillet, de Kokopelli, ‘…l’autogamie (autofécondation, ndlr) déclarée de certaines espèces de légumineuses (haricots, petits pois, pois chiche, soja…) est une résultante de terrains d’expérimentations traités à mort par la chimie depuis des dizaines d’années. Etant complètement stérilisés de toute présence d’insectes, ils présentent évidemment moins de risque de pollinisations croisées… Par conséquent, pour qu’un soja OGM soit parfaitement autogame, il ne faut pas qu’il y ait d’insectes qui vivent à plusieurs kilomètres à la ronde, ce qui est tout un programme.’

En conclusion, dans des conditions naturelles, où les insectes n’ont pas été décimés par les insecticides, l’hybridation entre différentes variétés de soja apparaît possible, il est donc illusoire de prétendre à un risque zéro de contamination entre les cultures de soja génétiquement modifié et celles de variétés non-modifiées.

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL





à lire aussi
     
Flux RSS