Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Le reste » Conséquences de la marée noire de l’Erika
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
Capture d’écran 2018-01-19 à 12.04.09

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   180 289 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Stop au plastique : les légumes gravés au laser
  2. La noblesse des tables en bois
  3. L’UFC Que Choisir le prouve : la voiture ...
  4. CO2 et Coupe du monde : alerte aux saucisses !
  5. En Nouvelle-Zélande, les chats interdits


Focus Sur
camping
Où camper en prenant soin de l’environnement ?

Le dossier du mois
Capture d’écran 2018-01-19 à 12.04.09
Que se passerait-il si, au cours d’une nuit, le monde entier devenait végétarien? Un monde où le steak tartare, le coq au vin et le boeuf bourguignon n’existeraient plus. L’ère des légumes ne ferait que commencer. L’infographie nous plonge dans ce tout nouveau monde, explorant les relations entre les carnivores, la planète terre et notre santé. Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Conséquences de la marée noire de l’Erika

40 000, c’est le chiffre d’oiseaux recueillis vivants, un mois après le naufrage de l’Erika. Si l’on devait comptabiliser les morts, beaucoup plus nombreux, et ceux morts en mer sans laisser de trace, le chiffre serait probablement multiplié au moins par 4 !!

Par ailleurs, la pollution ayant atteint à présent les côtes, c’est au tour des oiseaux de rivage à être fortement touchés. Au total, plus de 50 espèces différentes sont victimes de cette pollution marine sans précédent en Europe. Pour la LPO (Ligue de protection des oiseaux) c’est la conjonction de 2 facteurs qui explique une telle hécatombe :

- bien que la quantité de pétrole déversée dans la mer soit moindre au regard de celle de l’Amoco Cadiz en 1978 (230 000 tonnes) – cette catastrophe survient en pleine période d’hivernage pour les oiseaux marins. En hiver, les oiseaux qui nichent sur les falaises du nord de l’Europe mais aussi en France (pingouins, guillemots, macareux, fous, mouettes tridactyles) ou dans la toundra (canards, petits échassiers), viennent passer la mauvaise saison sous nos latitudes, au large pour les premiers, dans les baies et les estuaires pour les seconds. La pollution les a donc surpris au moment où ils doivent affronter l’hiver et faire leurs réserves de graisse nécessaires pour la migration de retour;

- cette pollution qui s’est produite au large, a dérivé fortement vers le sud et touche aujourd’hui plus de 500 km de façade atlantique, soit une superficie très importante.

L’une des grandes inconnues qui inquiète dès à présent la LPO, est l’avenir prochain des oiseaux qui nichent en France et notamment des 250 couples de guillemots, pingouins (25 couples) et macareux (250 couples), lesquels n’ont jamais retrouvé leurs effectifs d’antan depuis la marée noire du Torrey Canyon en 1967. Qu’en sera-t-il le printemps prochain ? Ces espèces sont-elles vouées à disparaître de France à l’aube du troisième millénaire ?

Si les oiseaux sont les principales victimes de la marée noire, il ne faut pas oublier que l’ensemble de l’écosystème marin et côtier est touché (la faune comme la flore). Les conséquences humaines (artisans pêcheurs et autres professions vivant des ressources de la mer) comme écologiques (endommagement des dunes du littoral par des manipulations inconsidérées du matériel lourd lié au nettoyage des côtes; déversement de produits chimiques pour lutter contre le pétrole, plus nocif que le mazout) sont inchiffrables et marquerons probablement très longtemps les esprits et l’environnement.

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 15 janvier 2000 à 12:00

3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL





à lire aussi
     
Flux RSS