Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Le reste » Boues d’épuration et épandages
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
DSC_1210

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Tiny Houses : un micro-habitat écologique
  2. La guerre des ruches fait rage rue de Varenne
  3. La Banque en ligne : avenir de notre système ...
  4. Innovation et tradition pour un revêtement ...
  5. Les ampoules LED : ampoules du troisième millénaire


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
ite-iti
La question d’isoler par l’extérieur ne se posait pas il y a 10 ans, ce procédé était encore assez peu connu, et les entreprises qui le mettaient en œuvre ne se contentaient pas de faire que cette prestation.Maintenant, l’isolation thermique extérieure a son acronyme, l’ITE, et ses spécialistes qui ne font que ces travaux toute l’année. S’ils sont si nombreux désormais, et si sectorisés, c’est que [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Boues d’épuration et épandages

Pour la loi, les boues de station d’épuration sont des déchets. A ce titre, l’épandage de boues ne présentant pas un “intérêt pour les sols ou la nutrition des cultures et des plantations” est interdit et la législation fixe des précautions d’usage vis à vis de la qualité des boues et des propriétés des sols.

La gestion des boues produites par les stations d’épuration des eaux usées, avec un tonnage de 850 000 tonnes de matière sèche en 1999, ne peut s’improviser. Ainsi, 60% de ce tonnage a été épandu sur des surfaces agricoles, 15% incinéré et le restant mis en décharge, rejeté en mer, etc.

Le coût élevé de l’incinération et la Loi du 13 juillet 1992 sur les déchets font de l’épandage sur les sols la solution écologiquement et économiquement la plus intéressante. Mais il faut disposer de surfaces aptes à l’épandage, à proximité des zones de production des boues, dont les propriétés doivent être compatibles avec les caractéristiques physiques et chimiques des sols où elles sont épandues et adaptées aux types de cultures et aux pratiques agricoles.

En outre, l’augmentation de la population, la hausse du taux de raccordement aux réseaux collectifs d’assainissement et l’efficacité croissante des processus d’épuration, va conduire à un tonnage de boues estimé à 1,3 million en 2005. Toutefois, le dernier numéro des Données de l’environnement consacré à l’épandage des boues d’épuration et publié par l’IFEN (Institut Français de l’Environnement), montre que “la France dispose d’un potentiel important de sols aptes à l’épandage” même si en 1999 seul 2% des sols agricoles ont été concernés par l’épandage de boues.

La prise en compte des contraintes liées à la nature des sols, avec la mise en place d’une surveillance de leur état est donc un défi important sur le long terme afin de ne pas risquer de perturber l’équilibre des sols agricoles et/ou d’y accumuler des substances toxiques. Enfin, avec une population essentiellement urbaine à l’origine de la majorité des boues (19 départements produisent 51% du tonnage total – l’Ile-de-France en produisant 22% à elle seule) il est probable qu’il faudra envisager localement, des transferts vers des zones aux possibilités d’épandage plus grande.

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL





à lire aussi
     
Flux RSS