Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Le reste » Aquaculture de la crevette, quelques précisions (suite actualité du 17 au 20 octobre)
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
Capture d’écran 2018-01-19 à 12.04.09

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   180 289 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Stop au plastique : les légumes gravés au laser
  2. La noblesse des tables en bois
  3. CO2 et Coupe du monde : alerte aux saucisses !
  4. L’UFC Que Choisir le prouve : la voiture ...
  5. En Nouvelle-Zélande, les chats interdits


Focus Sur
camping
Où camper en prenant soin de l’environnement ?

Le dossier du mois
Capture d’écran 2018-01-19 à 12.04.09
Que se passerait-il si, au cours d’une nuit, le monde entier devenait végétarien? Un monde où le steak tartare, le coq au vin et le boeuf bourguignon n’existeraient plus. L’ère des légumes ne ferait que commencer. L’infographie nous plonge dans ce tout nouveau monde, explorant les relations entre les carnivores, la planète terre et notre santé. Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Aquaculture de la crevette, quelques précisions (suite actualité du 17 au 20 octobre)

La dépêche précédente mentionnait que l’aquaculture de la crevette détruit les environnements côtiers, et menace la subsistance des pêcheurs et autres aquaculteurs par la construction et l’exploitation de fermes pour l’élevage des crevettes…

Voici les précisions reçues :

Pour produire 1 kg de crevette, on utilise souvent de 4 à 5 kg de farines alimentaires à base de poisson (et de farine animales, qui n’excluent pas forcément les animaux malades, notamment d’encéphalopathie à prions, comme pour les piscicultures d’ailleurs ?). Il s’agit bien de pillage des océans. A noter que quand les scientifiques de l’Union Européenne conseillent de diminuer de 50 % les quotas, les ministres de la pêche les augmentent ou les conservent.

Selon la FAO, la faune aquatique constitue 15 à 20 % des protéines animales consommées, et 30 millions d’hommes vivent de la pêche, dont 95% dans les pays pauvres. 60% des pêcheries de la planète sont exploitées à la limite ou au-delà de leur viabilité. Le total des pêches (mer et eau douce) s’est élevé à 95 millions de tonnes en 1996, soit un record et une hausse de 11 millions de tonnes par rapport à la moyenne annuelle des 5 années précédentes, alors qu’on savait déjà que les ressources se réduisaient. L’aquaculture telle que pratiquée, est non viable à terme (1 kg de crevettes ou saumon exige environ 5 kg d’aliments sous forme de farine de poisson, les élevages sont polluants et posent des problèmes sanitaires, et pour la crevette détruisent les mangroves).

1/4 de la pêche a été transformée en farines ou en huiles de poisson pour alimenter les élevages (animaux ou poissons). Les Etats continuent pourtant à subventionner leur pêche. Les ministres de la pêche de l’Union Européenne subventionnent leur industrie à raison de 14 000 Euro par bateau et par an, refusant de suivre les conseils des scientifiques qui recommandent une diminution d’au moins 50 % des quotas. L’indicateur global pour les milieux marins reflète (pour 102 espèces marines) une baisse moyenne comparable, de 35 % environ sur la même période.

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 22 octobre 1999 à 12:00

3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL





à lire aussi
     
Flux RSS