Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Le reste » 10,3 milliards d’euros pour ITER
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
DSC_1210

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Tiny Houses : un micro-habitat écologique
  2. La guerre des ruches fait rage rue de Varenne
  3. La Banque en ligne : avenir de notre système ...
  4. Innovation et tradition pour un revêtement ...
  5. Les ampoules LED : ampoules du troisième millénaire


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
ite-iti
La question d’isoler par l’extérieur ne se posait pas il y a 10 ans, ce procédé était encore assez peu connu, et les entreprises qui le mettaient en œuvre ne se contentaient pas de faire que cette prestation.Maintenant, l’isolation thermique extérieure a son acronyme, l’ITE, et ses spécialistes qui ne font que ces travaux toute l’année. S’ils sont si nombreux désormais, et si sectorisés, c’est que [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






10,3 milliards d’euros pour ITER

10,3 milliards d’euros, c’est le coût total estimé de la première étape du projet international de fusion nucléaire ITER. Ce chiffre comprend les coûts de construction, de fonctionnement, ainsi que certains coûts de démantèlement et de gestion des déchets.

Le projet ITER (International Thermonuclear Experimental Reactor) tentera de produire de l’énergie à partir de la fusion nucléaire, une énergie inépuisable, moins polluante que la fission dans les réacteurs actuels. Dans le meillleur des cas, les applications concrètes de production à grande échelle ne verront pas le jour avant un demi-siècle.

Pour les candidats à l’accueil, l’Espagne n’ayant pas été retenu par les autorités européennes et le Canada semblant peu volontaire, il reste le Japon et la France. Les différents partenaires internationaux devraient arrêter le choix du site définitif avant la fin de l’année, probablement le 18 décembre lors d’une réunion à Washington.

Le site proposé par la France est celui de Cadarache, connu pour son activité sismique et déjà dénoncé par l’autorité de sûreté nucléaire française (ASN) qui a demandé à l’exploitant (la COGEMA) d’y fermer une usine à cause d’inquiétudes relatives à cette activité sismique.

Autre aberration du projet, son coût énorme qui limite les possibilités de recherche pour l’ensemble des autres énergies, que cela soit en matière de recherche sur l’efficacité énergétique, sur les combustibles fossiles ou sur les renouvelables. Le Programme cadre européen pour la recherche illustre bien ce fait, puisqu’il alloue 750 millions d’euros à la recherche et au développement de la seule fusion et seulement 810 à l’ensemble des autres sources de production d’énergie.

Vers le site du projet ITER (en anglais).

Pascal Farcy

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL





à lire aussi
     
Flux RSS