Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » La filière éolienne de plus en plus puissante en France
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  2. Laurent Wauquiez s’en va en guerre contre la nature
  3. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  4. Des aigles contre des drones
  5. Expositions des enfants aux substances toxiques


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






La filière éolienne de plus en plus puissante en France

wind-power-plant-1464100102cca

Si l’énergie éolienne est considérée comme l’une des solutions dans la recherche de la transition énergétique, la consolidation du secteur permet d’en faire désormais un véritable argument économique. C’est ainsi que France Énergie Éolienne a rappelé que l’éolien est un vecteur de croissance verte et représente aujourd’hui 12 500 emplois directs.

Le 15 juin dernier, l’éolien était à l’honneur à l’occasion de la journée européenne du vent. Organisée par l’association européenne de l’énergie éolienne (EWEA), cette manifestation avait pour but de rappeler que le secteur éolien, après des débuts hésitants en France, commence à prendre un poids économique non négligeable.

Un secteur représentant plus de 12 500 emplois directs

Dans l’Hexagone, la filière de l’éolien représente plus de 12 500 emplois directs, dont 2 000 ont été créés sur la dernière année, soit une progression de 15%. Ce dernier chiffre s’explique notamment par la reprise des installations de turbines. C’est donc un véritable secteur économique qui existe dans notre pays, ce que France Energie Eolienne (FEE) et l’ensemble des professionnels ont souhaité rappeler.

Ces chiffres sont le résultat d’une étude réalisée par le cabinet Bearing Point pour FEE, le syndicat de la profession. Justement cette dernière est composée d’un panel extrêmement large d’acteurs, avec, en premier lieu les petites et moyennes entreprises (PME). Sur les 750 entreprises que comptent la France, une grande majorité sont des PME qui opèrent dans les différentes branches de l’éolien, du développement à la maintenance en passant par la construction. Toutefois, que ce soit chez les constructeurs ou chez les exploitants, de grands groupes, Siemens, EDF, Engie, dominent le marché.

Parce que justement, le secteur de l’éolien propose une diversité de métiers. Bureaux d’études, entreprises de génie civil ou encore fabriquant de composants, les profils recherchés sont très larges et, pour beaucoup représentent un vivier d’emplois non délocalisables, notamment les métiers de la maintenance.

Pour parvenir à répondre à la demande, de plus en plus de formations s’ouvrent au sein des établissements d’enseignement supérieur. Et souvent au plus près des besoins. Comme dans les Côtes d’Armor, où l’arrivée d’un champ d’éoliennes en mer dans la baie de Saint-Brieuc a conduit à l’ouverture dans le département d’une formation de maintenance des systèmes éoliens.

Développer le secteur pour respecter les accords

Surtout, ce qu’il faut retenir de cette étude reste la marge de progression encore importante du secteur de l’éolien. France Énergie Éolienne prévoit que 100 000 emplois supplémentaires pourraient être créés d’ici à 2020 dans le pays. Ce chiffre se justifie en raison des objectifs annoncés dans la loi de transition énergétique. L’objectif est d’atteindre à cette date une capacité de 19 000 MW pour l’éolien terrestre et 6 000 MW pour l’éolien en mer.

Aujourd’hui, les éoliennes représentent 4,5 % de la consommation électrique en France et l’ensemble du secteur des énergies renouvelables employait, en 2015, 55 750 personnes. Des chiffres qui devraient être largement dépassés dans les années à venir.

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Paul (voir la biographie)
le 12 juillet 2016 à 05:52

23 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 2014
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
zénon
13 juillet 2016 - 10 h 39 min

Pour obtenir 3,9 % -chiffre EDF- de notre consommation électrique (qui ne représente qu’1/4 de la totalité de l’énergie utilisée)il a fallu Plus de 5500 éoliennes de 150 m. de haut pour la plupart.
Va -t-on dénaturer tous nos sites les plus visibles et les plus beaux pour atteindre les objectifs de ce secteur industriel?
Car nous aurons et les éoliennes ,et le nucléaire si rien n’arrête une consommation toujours croissante.


fred
13 juillet 2016 - 13 h 00 min

@zenon
nous avons déja denaturé la plupart des sites en les exploitant pour des cultures vivrières, les forets pour le bois etc….


Zenon
13 juillet 2016 - 17 h 42 min

C’est un fait que la beauté de notre territoire a subi de lourdes attaques ,zones commerciales ,autoroutes souvent inutiles,lotissements insipides,stations de ski en pleine montagne ,etc.
C’est donc une raison de plus pour ne pas y ajouter les machines démesurées que sont les éoliennes de 150 m. de haut ,et plus. Surtout qu’elles occupent ,par nature technique ,les points de vue les plus remarquables .Les promoteurs éoliens n’ayant guère de scrupules esthétiques ou patrimoniaux ,on le constate tous les jours.


Nicole Sarah Kretchmann
13 juillet 2016 - 18 h 28 min

Aux USA, ils ferment leurs parcs éoliens et la France est, comme trop souvent à la traîne, sans tenir compte des résultats fort malheureux. Car il en faut des matériaux, des dépenses de tous ordres pour construire les éoliennes.
Avec des vents qui deviennent de plus en plus violents, est-ce une bonne idée ???????
Mon site http://chante-la-vie.fr


Yann
14 juillet 2016 - 12 h 30 min

@Zenon : Et tous les châteaux qui ont été construits sur les points culminants, tu es bien content de les trouver, tu ne considères pas cela comme de lourdes attaques du territoire, ben non, c’est du patrimoine…


METHOT Daniel
14 juillet 2016 - 12 h 48 min

C’est bien vrai. Nous sommes le pays où les hommes politiques sont spécialistes pour brasser du vent !
Ceci dit, espérons que ces beaux outils, souvent à l’arrêt, ne moulinent pas pour des fonds de pension américains ou australiens.
Eux-mêmes financés par les surtaxes importantes créées pour financer l’éolien que tous les consommateurs français paient sur leurs factures d’électricité !!


till276
14 juillet 2016 - 15 h 49 min

Oui à l’éolien et donc aux éoliennes mais à la condition qu’il soit citoyen càd que ces éoliennes soient en propriété partagée avec les habitants ( coopérative ) et que leur implantation et leur taille soient réellement négociées avec les habitants du territoire afin de réduire au max leur impact paysager et leur nuisances.Actuellement malheureusement l’Etat laisse libre cours au pur business alors qu’il devrait être garant de l’intérêt commun.


fred
15 juillet 2016 - 10 h 09 min

curieux hasard du calendrier avec cette baisse annoncée des tarifs réglementés,les consommateurs vont commencer a avoir les bénéfices de ces investissements


Stephane
16 juillet 2016 - 11 h 30 min

5500 éoliennes qui dénaturent les paysages…. et 100000 de pylônes electriques qui l embellissent et font la fierté de leur proche voisins comme en haut val Durance avec une nouvelle ligne 400kv pour exporter la surproduction nucleaire du tricastin vers l Italie. …..
Stephane


Maxime
16 juillet 2016 - 17 h 57 min

Nous ne pourrons pas continuer avec les centrales nucléaires qui fermeront à terme car trop vieilles.
Le démantèlement d’une centrale coute dans les 3 Milliards d’Euros (nous en avons une cinquantaine, comptez combien ça va couter !), l’EPR en est à plus de 6 Milliards d’Euros, combien d’éoliennes pouvons-nous construire avec cet argent……
On dit que les éoliennes ne sont pas belles, mais maintenant que c’est rentré dans les habitudes, plus personne ne parle des poteaux des lignes à très haute tension qui sillonnent la France…..Dans certaines régions c’est épouvantable.
Je n’ai rien contre les éoliennes pourvu que l’on ne les construisent pas bien sur près des villages.


pe2
17 juillet 2016 - 9 h 58 min

c’est plutôt gonflé de dire que lors des interruptions de fonctionnement de l’éolien c’est l’hydraulique qui reprend! Regardez en Allemagne les centrales thermiques à charbon qui ont repris le dessus avec l’avènement des éoliennes. Et n’oubliez pas qu’en été certains barrages hydrauliques ne produisent pas ou très peu pour conserver un niveau d’eau suffisant pour le tourisme…


Stephane
17 juillet 2016 - 10 h 52 min

Regarder donc eco2 mix le site et l application android/iphone de rte. Vous verrez bien que le lissage est assuré par le pilotage hydraulique, le pompage et les export import.

Le cas de l Allemagne est différent. Avec un charbon bradé du fait d un transfert massif au États unis. Le charbon est remplacé massivement par le gaz de schiste. Mais la production de charbon américain né baisse pas et celui ci envahi l Europe à prix cassé. D ici 2ans, le temps que les terminaux méthaniers soient opérationnels sur la côte est, ce sont les exports de gaz qui vont arriver en Europe. EDF a déjà contractualise des achats de gaz de schiste americain.
Stephane


noelle
17 juillet 2016 - 15 h 35 min

C’est pas joli les éoliennes !!!! et les catastrophes nucléaires c’est plus joli !!!


fred
18 juillet 2016 - 11 h 01 min

@Pe2
vous disposez comme tout le monde des données de production RTE, vous avez été à l’ecole et vous devez donc savoir ce qu’est un coefficient de corrélation et vous avez un ordinateur. Il vous reste à faire le calcul sur des données réelles et à en tirer des conclusions


Robert BETTINELLI
18 juillet 2016 - 13 h 33 min

Eh oui monsieur pe2
Monsieur Fred n’hésite jamais, c’est un manipulateur hors pair,sans relâche, il martèle des contres vérités, et en plus il n’a aucune notion des ordres de grandeur en jeu.
Tant pis pour lui.


fred
19 juillet 2016 - 9 h 33 min

@Robert Bettinelli
suggérer de faire quelques calculs et de tirer soi même les conclusions serait il si dangereux pour vos convictions ?


Robert
20 juillet 2016 - 8 h 41 min

Monsieur Fred
L’hydraulique n’a pas été fait pour compenser l’intermittence du photovoltaïque et de l’éolien,il était là 50 ans avant.
Même chez nous, en France, le peu que l’on produit en intermittent, éolien et photovoltaïque,nous oblige à produire 2 à 3 fois plus en gaz et charbon, pour compenser l’arrêt de l’intermittent.
C’est pareil en Espagne, en Allemagne, au Danemark.
Où, devant les problèmes qu’ils rencontrent maintenant, étant plus couverts en éolien que nous, ils arrêtent de subventionner ces choses,qui leur causent tant de problèmes, et leur coûtent si cher
Le danger reconnu par tous maintenant, c’est bien les particules fines, 40 000 morts par an en France. BEAUCOUP, BEAUCOUP plus que le risque nucléaire
ON NE VEUT PAS:
Polluer la planète avec les particules fines du charbon
Dérégler le climat avec le méthane des mines de charbon, et le co2 de la combustion du charbon
Payer 2 fois plus cher l’électricité, comme en Espagne,en Allemagne, au Danemark
Vous refusez de voir la réalité des faits.
Apprenez à aller à l’ESSENTIEL.


Stephane
20 juillet 2016 - 9 h 54 min

Les particules fines sont liées au diesel. Lequel a été promu dans les véhicule individuels au moment même où on développait le nucléaire. L histoire dit que mr Peugeot a été fortement sollicité pour adapter les moteurs diesels aux véhicules individuel car les centrales au fuel étaient destinées à être remplacées par l electronucleaire et il fallait un débouché pour le fuel/diesel qui était de toute façon produit dans les raffineries….

C est un choix politique qui a été fait en 70 : nucleaire/ voiture diesel/chauffage électrique. … nous en payons aujourd hui les conséquences à tout niveau


fred
20 juillet 2016 - 9 h 56 min

Monsieur Bettinelli, votre réponse est un tissu d’aneries
je cite « L’hydraulique n’a pas été fait pour compenser l’intermittence du photovoltaïque et de l’éolien,il était là 50 ans avant. » C’est en effet un argument bizarre, pourrait on dire les ordinateurs ne peuvent être alimentés par de l’électricité nucléaire, celle ci étant disponible avant leur généralisation……
je cite encore « Même chez nous, en France, le peu que l’on produit en intermittent, éolien et photovoltaïque,nous oblige à produire 2 à 3 fois plus en gaz et charbon, pour compenser l’arrêt de l’intermittent. » Des preuves !!! RTE affirme le contraire et j’ai personellement fait le calcul c’est statistiquement faux
L’ arret ou la diminution des subventions est principalement lié à la bonne rentabilité de ces energies qui en ont de moins en moins besoin
Arretez de croire tout ce que peut raconter FED, faites les calculs vous même honêtement


Robert
20 juillet 2016 - 12 h 19 min

Indécrotable


fred
20 juillet 2016 - 22 h 05 min

l’essentiel ?
sur 24,6 gw a l’arret ce soir, combien seront à l’arret jusqu’a début 2017 ?
on a déja quelques reacteurs pour les quelles la question ne se pose même pas (bugey 5 et palluel 2) , quelques uns pour les quels il n’y a rien d’officiel encore mais ou les chances de redémarage sont faibles (graveline 5 et fessenheim 2) plus les innombrables prolongements d’arrets
Nous sommes incapables de maintenir nos centrales et d’en assurer la disponibilité et nous sommes incapables de construire de nouvelles centrales (la petite plaisanterie d’areva va quand même correspondre à encore un retard supplémentaire sur notre EPR vu le manque d’effectifs de l’ASN)
Nous sommes en train d’assister à une sortie non programmée et incontrolée du nucléaire.
La seule solution actuellement viable est d’investir massivement dans le renouvelable


Robert
21 juillet 2016 - 12 h 01 min

C’EST FORMIDABLE LE NUCLÉAIRE. Avec tout ce qui ne va pas, on a produit à bas prix, pour l’année 2015. 76 % de l’électricité Française
L’éolien avec tout ce que cela coûte, moins de 4 %
Le photovoltaïque moins de 1 et demi %
Les centrales nucléaires,comme tous les bons outils industriels, ont un suivi et une maintenance très sérieuse.
Si ces travaux sont effectués en été, lorsque les besoins en électricité sont moindres, cela me parait TOUT A FAIT INTELLIGENT.
Sans pressions politiques irresponsables, aucune centrale n’a besoin de fermer pour raison de sécurité, pour encore sans doute, de très nombreuses années.
Pas besoin d’arrêter des centrales en parfait état de fonctionnement, pour construire à la place à grand renfort de subventions publiques un parc éolien et photovoltaïque inutile, si l’on garde nos centrales.
Tant que l’on aura pas mis en place de nouveaux moyens de stockage,à un prix acceptable, nous n’avons pas besoin d’intermittent
le proverbe dit : ON NE MET PAS LA CHARRUE AVANT LES BŒUFS
Apprenons à stocker à un prix acceptable l’intermittent, avant de le produire.
Raisonnement d’autant plus sain,que les prix sont à la baisse.
Il serait idiot de nous précipiter pour faire maintenant, ce qui est inutile, et très coûteux, alors que dans quelques années,
Nous saurons stocker à prix acceptable.
Les techniques auront progressé
Les prix auront baissés
Nos centrales auront vieillies 10 ou 20 ans encore, et seront à arrêter, après avoir fourni pendant très longtemps et pas cher puisqu’elles sont amorties.
Les factures d’uranium sont dérisoires chaque année pour les faire produire notre électricité


fred
21 juillet 2016 - 14 h 33 min

Pour réaliser une maintenance sérieuse il faut un certain nombre de prérequis qu’EDF n’a pas
…1) suffisament de personnel compétent (on retrouve des disques de meuleuse à l’intérieur des générateurs de vapeur) ….2) Une politique de maintenance claire (bof bof) ……3) des fournisseurs de confiance (AREVA) ….4) un stock de pièces détachées (On a bien des pièces mais bonnes pour la ferraille)….
le seul point sur le quel je vous rejoint, c’est qu’il faut laisser tourner les réacteurs en parfait état et en parfaite conformité (cela n’en fait pas beaucoup)


Robert
21 juillet 2016 - 17 h 02 min

Si vous voulez,je peux vous emmener faire une randonnée à pieds en montagne, vous avez vraiment besoin de vous faire remonter le moral


aznb2011
23 juillet 2016 - 18 h 24 min

et le thorium, on n’en parle plus? 1g pourrait faire rouler une voiture pendant 99 ans


fred
24 juillet 2016 - 8 h 58 min

1 gramme de n’importe quelle matière pourrait faire rouler une voiture pendant 1 siecle, c’est le fameux E=mc2. seulement on est pas capable avec quelque matière que ce soit de transformer cette energie en electricité avec un rendement interessant (on est toujours avec des rendements très inférieurs à 1%). Il est envisageable de réaliser des centrales atomiques avec d’autres combustibles que l’uranium, cependant vu le temps necessaire pour avoir une centrale industrielle, ce n’est pas pour demain.


Zénon
8 août 2016 - 19 h 26 min

Les éoliennes ne seront jamais qu’un appoint dérisoire rapporté à la consommation d’une population mondiale toujours croissante .Saccager nos paysages pour 10 % de notre électricité n’est pas raisonnable .
Quant au thorium il est évident que les études montrent son intérêt majeur ,entre autres pas d’accident possible ,ce qui n’est pas un détail.Mais il a un grave défaut : il contrarie le lobby du nucléaire »classique » pas de crédits ,pas de progrès.


fred
16 août 2016 - 12 h 24 min

La multiplication par au moins 5 de la puissance déja installée est programmée et c’est en cours. l’éléctricité eolienne représentera alors entre 20 et 25% de notre electricité. Vous pouvez ne pas être d’accord, cela ne changera malgrés tout pas grand chose


Zénon
25 août 2016 - 18 h 55 min

Multiplier la puissance installée par 5 signifie plus de 20000 machines de 150 m. de haut dénaturant nos paysages .Avec les pylônes et les cables correspondants.

 » le développement des énergies renouvelables rendra nécessaire la création de plusieurs milliers de KM. de lignes à haute-tension »
D. Batho-ministre-devant l’Assemblée nationale – le 10 oct. 2012

non merci.



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
2324

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS