Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Hydrolien : la France à la pointe
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  2. Laurent Wauquiez s’en va en guerre contre la nature
  3. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  4. Des aigles contre des drones
  5. Expositions des enfants aux substances toxiques


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999





MOTS CLÉS :



Hydrolien : la France à la pointe

hydrolienne EDF à Paimpol

Eoliennes sous-marines, les hydroliennes sont promises à un bel avenir. Face à l’éolien ou au solaire, en exploitant les courants marins les plus forts (au minimum de 2,5 m/s) l’énergie hydrolienne présente en effet un avantage important : elle est prédictible et fonctionne nuit et jour. Si aucune ferme hydrolienne n’est encore en service, à terme les professionnels de l’énergie estiment que plusieurs dizaines de milliers de turbines sous-marines seront installées au fond des océans avec une production estimée à 450 TWh/an, soit un volume proche de la consommation d’électricité française.

Au niveau européen, la Grande-Bretagne et la France se partagent l’essentiel du potentiel énergétique des courants marins. A ce titre rien d’étonnant que ces deux pays fassent la course en tête en matière de recherche et développement hydrolien. Dans ce cadre, même si les principaux projets français accusent un peu de retard sur leur calendrier initial, ils pourraient conduire la France à mettre en service la première ferme pilote hydrolienne.

Avec le deuxième gisement d’Europe, la France offre un potentiel de production compris entre 8 et 14 TWh/an, soit l’équivalent de 1 à 2 réacteurs nucléaires de dernière génération, type EPR. Cette promesse a attiré des industriels puissants (EDF, GDF SUEZ, le groupe national de construction navale DCNS), favorisant le déblocage de fonds publics pour le développement de la filière et son lancement, à l’inverse de ce qui s’est passé pour l’éolien honni dans l’hexagone.

Aujourd’hui, le projet le plus avancé est probablement celui visant à l’installation de quatre hydroliennes au large de Paimpol et de l’île de Bréhat (Côtes-d’Armor). Après la validation d’un test avec une hydrolienne en situation, EDF prévoit un raccordement au réseau en 2015. Entre-temps, l’électricien national ne chômera pas. Les caractéristiques physiques des hydroliennes, fournies par OpenHydro (une société irlandaise détenue majoritairement par DCNS), ne laissent pas la place à l’improvisation : 16 m de diamètre, un poids de 850 tonnes avec le socle, pour une vitesse de rotation de 7 tours/minute (cf. illustration DCNS) !

Simultanément, le breton Sabella, dédié à l’énergie hydrolienne, a annoncé que sa D10 (diamètre de 10 mètres) serait installée au large d’Ouessant (Finistère) à la fin de l’année, avec une production électrique dédiée à cette même île. A noter que l’hydrolienne de Sabella devrait être rapidement rejointe par une unité de GDF SUEZ. Ces machines ne devraient constituer qu’un début pour le passage du Fromveur, celui étant pressenti pour une exploitation industrielle avec l’installation de 100 à 200 hydroliennes à l’horizon 2020-2025.

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 06 mai 2014 à 07:00

3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
Thierry Curty
6 mai 2014 - 9 h 12 min

Si on n’avait pas dilapidé autant d’argent dans le ridicule photovoltaïque et dans l’épouvantable éolien terrestre, nous aurions pu commencer par exploiter cette formidable énergie.

Quand on pense à l’estuaire de la Gironde, à la manche, au Golfe du Morbihan, l’énergie fantastique qui s’y trouve et nous on a foutu en l’air près de 100 milliards dans le photovoltaïque qui, comme de juste, ne produit absolument rien, pas même de quoi compenser la hausse de la consommation.


Saltel Christian
6 mai 2014 - 11 h 26 min

Je me demande si Alsthom ne pourrait pas fabriquer des hydroliennes. Mais Alsthom est en vente ! alors ce sont les américains de GE qui les fabriqueront? Et notre indépendance énergétique ? Seul le Front de Gauche demande une nationalisation car c’est bien beau de faire des projets géniaux en matière d’énergie mais si l’on doit dépendre de l’étranger …!


gerard dardenne
7 mai 2014 - 8 h 01 min

pour répondre à Thierry C , les recherches sur le photovoltaïque l’éolien ,l’hydrolien sont justifiées , toute solution a le droit à être envisagée , le seul « souci » , c’est que la recherche n’est faite QUE dans un souci de rentabilité , ceux qui y investissent veulent en tirer des bénéfices conséquents et pas forcément essayer de régler le problème d’une transition énergétique qui va devenir impérative !


Franck Sylvain
7 mai 2014 - 9 h 25 min

Il y a des hydroliennes qui fonctionnent avec des vitesses de courant dès 1m/s et donc le potentiel de production est encore plus grand.
En totale rupture technologique avec ce qui existe deja EEL ENERGY va changer la donne.Regardez http://www.eel-energy.fr .


Jacques DEVODDERE
10 mai 2014 - 15 h 50 min

les hydroliennes ne sont pas incompatibles avec les éoliennes et le photovoltaïque (et aussi l’hydroélectricité, l’énergie marémotrice …) bien au contraire. Tout cela permet de diversifier les sources d’énergie, de les compléter. Quand il pleut le photovoltaïque marche peu mais cela alimente les rivières et donc les installations hydroélectriques et quand il y a du soleil … L’un des problèmes du nucléaire et ce n’est sans doute pas le plus grave est son incapacité à fournir les « pointes » de consommation et donc la nécessité de faire appel à des centrales thermiques. Pour le photovoltaïque il a surtout été une opportunité fiscale et une occasion d’escroqueries mais sur le fond, utiliser des toitures bien orientées et sans obstacle au rayonnement, est une excellente idée et si on y met de bonnes cellules posées par de bons professionnels cela est intéressant ! Et puis à côté il faut évidemment prôner la sobriété et l’efficacité (pas de chauffage électrique et des appareils efficaces), utiliser l’électricité pour ses besoins spécifiques, développer le stockage sous forme d’hydrogène …


jacqueline
10 mai 2014 - 19 h 03 min

mais que fait-on de la vie marine ? ils vont être entraînés par la force hydrolienne elle-même décuplée par les courants marins ! je rêve c’est un cauchemar cette humanité qui ne pense qu’à son profit et à sa petite vie !


chris
10 mai 2014 - 19 h 36 min

Jacqueline, vous pédalez pour faire fonctionner votre ordinateur ? On peut en effet revenir à un monde sans électricité mais combien d’individus y seraient prêts, même parmi les plus sensibles à la cause écolo ? Et puis adieu à internet qui reste un vecteur d’information et de changement potentiellement extraordinaire. L’écologie punitive, culpabilisante n’a aucun avenir. Il faut l’adhésion du plus grand nombre pour faire changer les choses dans le bon sens et donc laisser tomber les thèses extrémistes qui, hormis se faire plaisir (voire se donner bonne conscience) ne fera pas avancer les choses, et peut être même les fera reculer.


clara
10 mai 2014 - 23 h 51 min

Merci Jacqueline.



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
1501

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS