Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Habitat » Prochaine baisse du crédit d’impôt pour le chauffage au bois
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Réduire l’impact environnemental des chats en ...
  2. Améliorer l’isolation de son logement par la ...
  3. La voiture électrique : pas totalement ...
  4. La filière éolienne de plus en plus puissante ...
  5. Inondation et pesticides : qu’en est-il ?


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Prochaine baisse du crédit d’impôt pour le chauffage au bois

D’ici 2020, selon les objectifs du Grenelle de l’environnement, 9 millions de logements devraient être équipés de chauffage au bois, contre 6 millions aujourd’hui. Actuellement, ces équipements, dès qu’ils sont labellisés ‘Flamme verte’ et posés par un professionnel, bénéficient d’un crédit d’impôt de 40 %. Si cette contribution facilite l’acquisition de chauffage au bois par les particuliers, elle soutien également la filière bois et notamment les industriels français qui produisent 80 % des appareils de chauffage au bois vendus en France.

Néanmoins, à compter du 1er janvier 2010, ce crédit d’impôt devrait voir son taux être ramené à 25 %. Pour le SER (Syndicat des Energies Renouvelables), au-delà du risque de ne pas parvenir à l’objectif des 9 millions de foyers équipés en 2020, c’est la lutte contre la pollution de l’air qui est également concernée. En effet, si un chauffage au bois émet environ dix fois moins de gaz à effet de serre qu’au fioul et cinq fois moins qu’au gaz, en terme de particules son bilan est inverse. Tous secteurs confondus (domestique, collectif et industriel), il représente 27 % des émissions nationales de particules PM10 et même 40 % des PM2,5, les particules les plus fines mais aussi les plus dangereuses… Des niveaux qui s’expliquent par un parc installé où les deux tiers des appareils présentent un niveau de performances peu satisfaisant, ce qui fait dire à la secrétaire d’Etat en charge de l’écologie, Chantal Jouanno, que ‘Une demi-journée au coin du feu, c’est autant de particules que 3 500 km en diesel’.

Or, pour le SER, le label Flamme verte apporte une réponse à ce problème. A ce titre, le syndicat propose le maintien d’un crédit d’impôt à 40 % pour tout remplacement d’un appareil obsolète par un modèle labellisé. Une solution qui pourrait être intéressante sous réserve d’une hausse de l’exigence du label Flamme verte (1).

Pascal Farcy
1- Apparu en 2000, ce label impose aujourd’hui un rendement minimum de 70 % pour les foyers et inserts, et de 85 % pour les chaudières, soit des valeurs qui restent relativement faibles au regard des niveaux de performances que sont capables de proposer la plupart des constructeurs.

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 16 octobre 2009 à 12:00

3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
Tam biêt
19 octobre 2009 - 0 h 00 min

NAVRANT……. Qui ne sait pas que le bois a plus de répercussions néfastes sur l’environnement que n’importe quel autre mode de chauffage ? Il faut ajouter l’impact important sur les forêts qui sont déjà « gérées » dans le dépit du bon sens -quoiqu’on en dise ou écrive. Il suffit de se promener dans une forêt domaniale pour le constater. Donc, ce nouvel engouement pour le chauffage au bois…. que dissimule t’il ??? De nouveaux intérêts à privilégier ? Je me souviens comment je m’étais fait « HUER » par mes petits camarades VERTS lorsque dès le début, je m’étais insurgée contre les soit -disant « carburants verts »: Maintenant, il est reconnu qu’ils ont bien plus d’effets négatifs que d’avantages (déforestation, appauvrissement de populations jusqu’à la famine…. mais, cela se passe loin de l’Europe et des Etats Unis, n’est ce pas ??….. Alors, allons y gaiment : touchons nos petites primes pour le chauffage au bois, polluons encore plus . Oui, tous les moyens sont bons pour un génocide programmé : celui des plus pauvres mais….. notre tour ne viendra-t-il pas peu de temps après. ??? AMEN = AINSI SOIT-IL!!!!!!!


Tarn
20 octobre 2009 - 0 h 00 min

Tous les chauffages au bois ne sont pas équivalents et il y a un monde entre les performances d’une chaudière à granulés ou à bois déchiqueté et un poêle, une cheminée ou un insert. Il faudrait donc être plus précis sur les impacts du chauffage au bois suivant les techniques utilisées.
En tous cas bravo pour vos articles.


JeanPhir
22 octobre 2009 - 0 h 00 min

L’utilisation du bois pour le chauffage n’ajoute pas de CO2 dans l’atmosphère, il se limite à y remettre ce que la production du bois lui-même en a retiré. C’est la même chose pour toute combustion d’une substance renouvelable. Ce n’est pas le cas pour le pétrole, charbon, bitume, gaz fossile, dont le CO2 a été retiré de l’atmosphère durant des millions d’années et se trouve libéré brusquement en quelques dizaines.
Ces prélèvements ne sont néfastes que lorsqu’ils ne sont pas remplacés ou touchent des forêts primaires aux espèces uniques : les forêts française sont globalement bien gérées, souvent par des professionnels (Eaux et Forêts) et sont une des très rares dans le monde qui soit EN EXPANSION !
Les problèmes liés aux carburants verts sont de toutes autres natures…


JeanPhir
22 octobre 2009 - 0 h 00 min

Pourriez-vous expliquer la phrase : « En effet, si un chauffage au bois émet environ dix fois moins de gaz à effet de serre qu’au fioul et cinq fois moins qu’au gaz[...] » ? Le carbone brulé se transforme en CO2, qu’il provienne de bois, de pétrole ou autre chose et la quantité d’énergie doit être à peu près la même, en tout cas pas avec ces disproportions, non ? De toutes manières, le bois n’émet pas de gaz à effet de serre : il restitue ce qu’il a pris les quelques dizaines d’années précédentes, il ne faut pas tout mélanger… Sinon, nous aussi, les chats, les chiens et tous les animaux en émettent aussi !


Pascal
26 octobre 2009 - 0 h 00 min

Le problème c’est que l’on ne regarde toujours que par le bout de la lorgnette. Il ne faut pas voir que les émissions en sortie de cheminée, mais l’ensemble du cycle, du gisement à la combustion. Dans ce cas, pour 1 MWh produit, le gaz émet 222 kg de CO2, le fioul 466 kg et l’électricité (moyenne française) 105 kg, quand le bilan global d’un chauffage par bûche s’affiche à 40 kg (avec replantation) …



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
36

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS