Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Habitat » Polémique sur l’euthanasie de 14 macaques à Strasbourg
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Réduire l’impact environnemental des chats en ...
  2. Améliorer l’isolation de son logement par la ...
  3. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  4. La voiture électrique : pas totalement ...
  5. La filière éolienne de plus en plus puissante ...


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Polémique sur l’euthanasie de 14 macaques à Strasbourg

Fin août, 14 macaques de Tonkean issus du Centre de Primatologie de l’Université Louis Pasteur de Strasbourg ont été euthanasiés. Porteurs de l’herpès B, selon le centre, ces singes représentaient une menace potentielle de contamination pour l’homme.

Si cette décision répond à l’application du principe de précaution, elle a néanmoins fait l’objet de vives critiques au sein de la communauté scientifique, notamment dans un article publié par la revue Nature. En effet, pour bon nombre de chercheurs, dont la spécialiste des primates Emmanuelle Grundmann, les risques de contagion pour l’homme sont infimes dès lors que l’on prend certaines précautions. Appelant à une extrême vigilance, le ministère de l’Agriculture et de la Pêche recommande ainsi au personnel travaillant à proximité d’animaux infectés de suivre des règles d’hygiène strictes telles que le port d’un vêtement à usage unique, l’usage de gants adaptés et étanches, ou encore la désinfection systématique du matériel utilisé.

A ce jour, aucun cas d’infection à l’herpès B n’a été diagnostiqué sur l’homme en France. A l’échelle mondiale, moins de 40 cas ont été recensés de 1932 jusqu’à aujourd’hui, sévissant majoritairement auprès de personnes travaillant avec des singes au sein de laboratoires de recherche. Il est vrai, qu’au regard de la fréquence des incidences du virus chez le singe, ce chiffre semble peu élevé.

« Groupe pionnier » du Centre de Primatologie, les individus euthanasiés furent à l’origine de la création de ce centre d’études, lequel accueille aujourd’hui entre 800 et 900 primates répartis en une douzaine d’espèces. Bien qu’atteints de longue date par l’herpès B, les 14 macaques avaient alimenté de nombreuses publications traitant de la recherche éthologique. Face à la réprobation générale exprimée par leurs confrères, le Centre de Primatologie a affirmé avoir repoussé au plus tard l’échéance afin de permettre aux scientifiques de clore leurs travaux.

Fréquemment observé chez le singe, le virus en question est bénin pour le primate contaminé. Ce qui n’est pas le cas de l’homme puisque, selon l’InVS (Institut de veille sanitaire), l’herpès B est « mortel dans 80 % des cas en l’absence de traitement ». La transmission se fait généralement par l’entrée en contact avec la salive d’un animal infecté via des morsures, des griffures, des projections de salive ou la manipulation de prélèvements biologiques. L’incubation de la maladie chez l’homme est de 3 jours à 5 semaines. Fièvre, douleurs diffuses et modification de la sensibilité des extrémités en sont les premiers symptômes. Ceux-ci peuvent déboucher sur une « paralysie ascendante ». Le traitement anti-viral, débuté postérieurement à l’apparition des signaux annonciateurs, peut durer plusieurs mois. Il n’écarte pas, par ailleurs, l’émergence de « séquelles neurologiques graves ».

Cécile Cassier
A lire sur ce thème du respect de l’individu animal, l’interview de Christophe Aubel, directeur de la ligue ROC : Prendre en compte ‘l’individu animal’ et sa ‘sensibilité’

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
ptitiza87
17 septembre 2008 - 0 h 00 min

Ces animaux n’allaient pas être relâchés dans la nature? Alors pourquoi les avoir tués ?
J’ai travaillé dans un parc zoologique français, dans lequel il y avait une famille de 9 macaques à face rouge sauvée du centre de strasbourg car ils allaient être euthanasiés. Alors que eux aussi étaient utilisés comme pionnier dans la recherche de maladie. Quand ils sont arrivés,ils ont mis plusieurs semaines à vouloir sortir sur leur île car ils n’avaient connus qu’une cage en galva toute leur vie. les âges allaient de 1 an à 20 ans. Le patriarche était génial. Petit à petit , ils ont créer leur vie sociale,ont eu des petits. Le patriarche Igor était très expressif, il gérait son clan. C’est inhumain d’utiliser les primates dans les labos scientifiques.Ils sont malheureux comme la pierre et ensuite ils sont euthanasiés comme s’ils n’avaient pas de psychologique. .



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
64

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS