Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Habitat » L’habitat  »container » arrive en France
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  2. Laurent Wauquiez s’en va en guerre contre la nature
  3. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  4. Des aigles contre des drones
  5. Expositions des enfants aux substances toxiques


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






L’habitat  »container » arrive en France

Au premier abord, on prend cela pour une boutade, mais le doute n’est plus permis lorsque l’on découvre certaines résidences universitaires d’Amsterdam, dont une de plus de 1 000 logements/containers occupés depuis 2005. Développé par le constructeur hollandais Tempo Housing, le concept a séduit plusieurs pays dont l’Allemagne, l’Angleterre, l’Australie, le Canada, et … dorénavant la France.

Réalisés à partir de containers neufs de fret, d’une longueur de 12 m pour 2,5 m de large et autant de haut, ces blocs habitables sont en acier et offrent une surface de 25 m2 à l’intérieur. En France, cette première se tiendra au Havre, où cent logements sont prévus pour la rentrée 2010. Les conteneurs-studios seront empilés sur quatre niveaux. Leur aménagement consistera en une salle de bains, une kitchenette, un chauffage, un système de ventilation, des baies vitrées isolantes et un balcon. Le sol sera parqueté, les murs et plafonds recevront des plaques de plâtre. Situé en plein cœur d’un nouveau quartier étudiant, un parking vélo et des espaces verts compléteront l’ensemble.

Economiquement, le budget s’avère supérieur aux premières estimations avec un total de 4,8 millions d’euros TTC, dont un million amené par l’Etat, 700 000 € par le CNOUS (1), le solde étant à la charge du CROUS Haute Normandie, tandis que la Ville met le terrain à disposition pour 25 ans.



Image de synthèse de la future implantation des conteneurs/logements.


Le principal attrait de la solution repose sur la très grande rapidité de mise en œuvre, une soixantaine d’années de longévité, sans oublier la possibilité de déplacer très facilement ces modules habitables (un détail qui n’a pas échappé à la municipalité du Havre, celle-ci se réservant le droit de les déplacer, une fois, sur un autre site …). Cette rapidité permettra au taux de logements CROUS, de la région, de se rapprocher de la moyenne nationale de 10%, tandis que 270 résidences étudiantes ‘classiques’ sont en projet.

Côté locataires, gageons que ces containers ne resteront pas longtemps vides. Leur loyer, d’environ 280 € charges comprises (eau, électricité, chauffage, parties communes, gardien), et leur surface habitable les placent très bien au regard des logements universitaires, encore en service, des années soixante-dix (chambre meublée de 9 m2, avec sanitaires, cuisine, salle de travail commune, pour environ 115 € par mois). Hormis pour des considérations économiques, le choix est rapidement fait … De même, le standard actuel (logement type studio de 18 à 23 m2 avec coin cuisine, salle de bains, le tout avec un loyer oscillant entre 220 et 300 € mensuels) apparaît moins séduisant, pour peu que l’on dépasse la barrière psychologique du ‘vivre dans un container de fret’ ou dans une ‘boîte de conserve’ …

Si l’expérience havraise s’avérait concluante, elle pourrait être généralisée et constituer une des réponses à la forte pénurie de logements universitaires en France.

Pascal Farcy

1- Centre National des Œuvres Universitaires et Scolaires pilote le réseau des CROUS (Centres Régionaux des Œuvres Universitaires et Scolaires).

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 23 décembre 2009 à 12:00

3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
Linotte
28 décembre 2009 - 0 h 00 min

Ils sont isolés ??? Chauffés individuellement à l’électrique ???


parkerbol
28 décembre 2009 - 0 h 00 min

En général, ils sont isolés comme des maisons, c’est à dire au moins 10cm sur les parois et un peu plus en toiture. Il se doivent de respecter la règlementation thermique actuelle la RT2005.
Il y en a aussi qui sont isolés à l’extérieur, ce qui permet de conserver l’espace intérieur et surtout une meilleure isolation.
Maintenant, pour le chauffage on est en france, et les grille-pains on aime ça !
J’espère qu’ils ont au moins prévu de l’aérothermie au mieux la géothermie ou un chauffage central au bois.


Pascal
28 décembre 2009 - 0 h 00 min

Pour l’isolation rien à dire de plus que Pakerbol, sauf qu’il s’agit en géréral de laine minérale. Pour les modules isolés par l’extérieur, c’est en général pour du bureau ou de l’habitat, avec des modules fusionnés afin d’augmenter la surface disponible.
Concernant le chauffage, la solution retenue est l’électricité avec des convecteurs, mais je n’en connais pas le type précis.


Tam biêt
28 décembre 2009 - 0 h 00 min

Pourquoi pas ???… à condition bien évidemment que l’aménagement soit effectué avec des matériaux « sains » , écologiques, isolants phoniquement également et qu’ils soient implantés dans un site agréable . Et pourquoi limiter ce genre d’habitat à des étudiants ? Pourquoi ne pas en faire bénéficier tous nos concitoyens (concitoyens ou pas d’ailleurs…) qui n’ont absolument pas de logis ou qui sont très mal logés. Il serait également possible de « jumeler », de tripler ce genre d’habitat afin d’un faire des logis pour des familles. Comme le prix de revient est certainement bas,les loyers devront l’être également (et pourquoi pas…. gratuits….) Je vous choque ? Allons, nous de la France d’en bas… du monde d’en bas… Ce n’est pas demain que nous logerons à l’Elysée…. Tam biêt.
Hen gap lai!!! = A bientôt!!!


Orodruin
31 décembre 2009 - 0 h 00 min

Ce qui me gêne c’est l’adjectif « neuf » pour ces containers. Je comprends la nécessité d’acheter des objets relativement fiables mais faire de la récupération (ça ne veut pas dire prendre des containers pourris évidemment) aurait été certainement plus économique et la démarche ainsi moins connotée « gaspillage »; on dirait que les containers sont « faits exprès » pour ce projet. Interrogation sur le reste du gros-œuvre mais j’imagine que cela restera relativement classique: laine minérale, chauffage électrique (les toitures et façades pourraient pourtant facilement servir de support à du photovoltaïque), habillage extérieur et intérieur à moindre coût… Projet intéressant ceci dit.


BreizhAntilles
31 décembre 2009 - 0 h 00 min

Ah la la… Je remarque, comme d’habitude, dans un certain monde qui se voudrait plus proche de la Nature, que la dimension esthétique (ou pas) de ces nouveaux projets semble totalement échapper aux intéressés… Bien sûr, je ne peux que reconnaître la toute-puissance des « nouveaux architectes » (enfin, … qui sévissent depuis plus de 50 ans quand même!) qui ont littéralement transformé la façon de voir l’architecture, mais je croyais naïvement, jusqu’à quelques années en arrière, que c’était réservé au monde commun.
Hors, j’ai découvert, et déploré depuis, que ce manque de goût, pour ne pas dire « penchant malsain et systématique pour la laideur » s’appliquait aussi très souvent, pour des projets dits « écologiques »…
J’ai lu tous les articles avec beaucoup d’intérêt, mais nulle part il n’est fait mention du côté physiquement hideux de ce projet. Alors, quoi, sous prétexte de social, d’économie d’énergie, il faut systématiquement qu’un bâtiment moderne soit si laid, si peu en harmonie avec la Nature? Ha… souvent, même au sein de gens de même sensibilités écologiques, je me sens bien seul…


opaque
1 janvier 2010 - 0 h 00 min

ce qui pose problème avec ce type d’habitat, c’est que sa production découle directement de celle des millions de containers industriels, symboles de l’économie de marché trans-continentale debridée. S’il ne s’agissait que de recupérer les restes d’une industrialisation enfin morte, on pourrait s’en réjouir: mais c’est un peu comme avec la croissance: la « peinture verte » pourrait être naturelle, mais elle reste généralement hautement toxique.



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
633

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS