Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Habitat » Les constructeurs de maisons inquiets de la norme basse consommation
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  2. Laurent Wauquiez s’en va en guerre contre la nature
  3. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  4. Des aigles contre des drones
  5. Expositions des enfants aux substances toxiques


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Les constructeurs de maisons inquiets de la norme basse consommation

Suite au Grenelle de l’environnement, fin 2012 (1) toutes les demandes de permis de construire devraient répondre à la norme basse consommation, soit un maxi de 50 kilowattheures par mètre carré et par an en moyenne. A plus long terme (fin 2020), la norme ‘bâtiment à énergie positive’ (construction qui produit plus d’énergie qu’elle n’en consomme) devrait s’appliquer à toutes les constructions neuves.

Si l’objectif est louable et techniquement réalisable, le facteur économique n’est pas neutre avec un surcoût de l’ordre de 10 à 15 % pour un bâtiment basse consommation. Or, dans une conjoncture de pouvoir d’achat à la baisse, la mesure pourrait avoir un effet inverse sur le secteur de la construction. La FFC (Fédération Française des Constructeurs de Maisons Individuelles) redoute même des effets secondaires ‘désastreux’ pour le secteur du bâtiment. Pour Maurice Penaruiz, le président de la fédération, ‘le risque est grand que les Français restent dans leurs logements actuels, car ils n’auront pas la possibilité financière d’en changer. A trop vouloir bien faire, on va finir par bloquer les gens chez eux, dans des conditions peu conformes à la politique d’économies d’énergie ou d’énergies alternatives, ce qui conduirait à un contresens écologique’.



Dans les maisons à basse consommation, l’isolation de la toiture atteint en moyenne une quarantaine de centimètres d’épaisseur pour limiter les déperditions thermiques (en moyenne entre 50 et 60 % de perte par le toit)


Mettant en avant la chute des chiffres de la construction (- 20 % pour les demandes de permis de construire sur un an et — 27,9 % sur les ventes de logements neufs), la fédération craint qu’une ‘évolution brusque de la réglementation’ mette des centaines de professionnels en difficulté. A ce titre, si elle se prononce pour l’adoption d’aides au financement en faveur des particuliers, la FFC demande surtout du temps pour permettre aux industriels de concevoir/proposer des produits économiques aptes à répondre au cahier des charges d’une construction basse consommation (traitement des ponts thermiques, etc.). Autrement dit, la fin 2012 apparaît trop proche aux constructeurs de maisons individuelles pour imposer l’application de la norme basse consommation dans l’habitat comme devrait le faire les texte Grenelle.
Pascal Farcy

1- Pour les bâtiments publics et tertiaires la date butoir est de fin 2010.

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
marseille42
26 septembre 2008 - 0 h 00 min

La chute du nombre de chantiers de construction ou le nombre de maisons et appartements non vendus à ce jour n’ont qu’un très lointain rapport avec les normes demandées. Que les constructeurs -qui ont fait leurs choux gras pendant des décennies en vendant des clapiers- s’en prennent au système financier et sa dérégulation qu’ils ont appelé de leurs voeux pour leurs profits, aux banques, aux spéculateurs et autres agents du capitalisme pur et dur. Le bâtiment commence à licencier, avec ou sans normes d’économies d’énergie. Pour une fois que les textes votés vont dans le bon sens, il ne faut pas les enterrer sous le prétexte de sauver quelques emplois au rabais. Combien de travailleurs au noir dans le bâtiment? Non, je ne pleurerai pas sur la « détresse » des constructeurs.


patou
27 septembre 2008 - 0 h 00 min

Nos professionnels ne se posent pas de questions et ne s’en sont pas posé depuis des décennies qu’ils construisent à tour de bras , n’importe comment et n’importe quoi.Pourvu que ça rapporte beaucoup .En employant des immigrès illégalement ,en brulant ou jetant les déchéts n’importe où dans la nature…S’il n’y a pas une loi pour les obliger ,ne comptons pas sur eux pour se remettre en question….Il n’y a qu’a regarder leurs propre maison ostentatoire pour comprendre..


jlg47
28 septembre 2008 - 0 h 00 min

Depuis les premières loi sur la qualité thermique des bâtiments (1976) les constructeurs pleurent. Certes, toutes ces exigences, plus toutes celle sur la qualité générale (sismique, électrique, acoustique, plomberie, …) ne font rien pour baisser les coûts. Mais les constructeurs et les industriels n’ont pas fait grand chose pour faire des gains de productivité.
Les maisons françaises sont toujours construites à l’unité, en plein air, avec des matériaux lourd au bilan carbone déplorable et sans aucune prise en compte de l’environnement.
Les nouvelles exigences ne prennent même pas en comptes les bonnes pratiques bioclimatiques, ce qui devrait être le premier degré de la qualité d’une construction.
Il s’en suit des coûts d’étude, d’assurance, de mise en œuvre disproportionnées, et des marges considérables pour se couvrir des aléas.
Les acheteurs s’imaginent toujours que ces constructions dureront des siècles et seront transmises sans changements à leurs héritiers alors même qu’ils n’acceptent pas (à juste titre) de vivre dans les habitats de leurs grand-parents tels qu’il étaient il y a seulement 1/2 siècle.
Il est temps de reconsidérer l’habitat, dans nos climats tempérés comme des lieux d’habitation avant d’être du patrimoine.
Il est temps que les constructeurs cessent de considérer les clients comme pouvant être bernés car ils n’achèteront généralement qu’une fois.
Depuis Louis XIV nous ne rêvons que de maisons de maçon alors que nous savons faire beaucoup mieux.


vintemp
29 septembre 2008 - 0 h 00 min

effectivement les prix sont exorbitant mais pas de la construction mais des terrains qui flanbent a vu d’oeil et des assurances et frais administratifs en tout genre.Le prix des maisons en réalité n’as pas vraiment évolué énormément même apres la rt2005.
il faut continuer dans le bon sens et arreter de trouver de prétexte idiot pour garder ces veilles habitudes.


Linotte
29 septembre 2008 - 0 h 00 min

Ici (Luxembourg) il y a aussi de telles normes, et un tas d’incitations à construire des maisons à basse énergie ou même passives. Mais trouver des architectes et entreprises s’y connaissant réellement : c’est un vrai parcours du combattant ! Patrons comme ouvriers n’ont souvent aucune connaissance ni formation et, surtout, aucun intérêt (à part celui de la vache à lait) pour le sujet. Et ceux-là font n’importe quoi, qui n’a rien à voir avec du bioclimatique ou de la basse énergie.


Colibri
29 septembre 2008 - 0 h 00 min

Pour Maurice Penaruiz, le président de la fédération, ‘le risque est grand que les Français restent dans leurs logements actuels, car ils n’auront pas la possibilité financière d’en changer. A trop vouloir bien faire, on va finir par bloquer les gens chez eux, dans des conditions peu conformes à la politique d’économies d’énergie ou d’énergies alternatives, ce qui conduirait à un contresens écologique’.

Qu’est-ce que ça veux dire « bloquer les gens chez eux » ? On est assigné à résidence ?! Parce que rester dans son logement, le rénover (isolation, etc), c’est ringard ?
Évidemment, ça ne va pas faire marcher la boutique de Maurice Penaruiz comme de construire un nouveau pavillon (même basse conso) parpaing-placo-pvc au crépi rose bonbon, au milieu de nulle part… C’est plutôt ça le « contre-sens écologique » justement.
Il serait peut-être temps de sortir de la mentalité du « tout jetable », y compris pour les habitations. Les ressources, de toutes sortes, sont limitées, donc il s’agit d’en faire bon usage et de ne pas faire l’enfant gâté qui veut un nouveau jouet perpétuellement.


tamamoto
29 septembre 2008 - 0 h 00 min

comme d’habitude ces messieurs les constructeurs et industriels s’inquietent + de leur porte monnaie que de l’environnement. les lotissements fleurissent de partout au detriment de la nature.alors c’est peut etre l’occasion d’arreter et de valorisee ce qui existe.


jlg47
12 octobre 2008 - 0 h 00 min

C’est toujours dans la crise qu’il faut réformer car quand tout vas bien, il n’y a aucune raison de changer.
La chute du marché de la construction n’a rien a voir avec les normes, mais avec les taux d’intérêt et les marges de promoteurs.
Si les constructeurs faisaient preuve d’imagination au lieu d’ajouter à ce qu’ils font mal aujourd’hui, comme en Autriche ou dans les pays nordiques, il n’y aurait pas de surcoûts.
Il faut sortir du béton et de faire croire que l’on construit pour des siècles alors que nous ne voulons plus habiter dans l’état dans les maisons du 19e siècle.



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
638

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS