Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Habitat » Les bébés pollués via leur mère
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  2. Laurent Wauquiez s’en va en guerre contre la nature
  3. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  4. Des aigles contre des drones
  5. Expositions des enfants aux substances toxiques


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Les bébés pollués via leur mère

Si on connaissait, jusqu’à présent, le danger que représentent pour notre santé les milliers de substances chimiques présentes dans des produits aussi courants que le plastique, les produits d’entretien, les composants électroniques ou les cosmétiques, on ignorait que ces substances toxiques franchissaient la barrière placentaire. Intitulée “Toxiques en héritage”, une nouvelle étude, réalisée à la demande de Greenpeace et du WWF, révèle la présence dans le sang maternel et le cordon ombilical de substances toxiques employées comme additifs dans de nombreux produits de consommation courante. Ainsi, par l’intermédiaire du cordon ombilical, ces substances chimiques pénètrent dans l’organisme du fœtus, sans être arrêtées par la barrière placentaire, avec des effets qui restent, pour le moment, largement inconnus faute d’étude.

Les produits chimiques incriminés se retrouvent dans d’innombrables articles, depuis les boîtes de conserve jusqu’aux appareils électriques, en passant par les pesticides, les déodorants ou le dentifrice. Parmi les substances chimiques on trouve la famille très controversée des phtalates, des muscs artificiels utilisés dans les parfums et autres produits parfumés, ainsi que le triclosan, un agent anti-bactérien très courant. Des composants perfluorés, qui entrent dans la fabrication de revêtements anti-adhésifs comme le téflon ainsi que des retardateurs de flamme soupçonnés de provoquer des troubles du développement chez l’enfant (apprentissage et comportement), ont également été détectés.

Plus de 100 000 substances chimiques différentes sont actuellement disponibles pour un usage commercial mais la manière dont la production, la commercialisation et l’utilisation de ces substances chimiques sont réglementées en Europe est très perfectible puisque l’on ne sait quasiment rien de leurs impacts sur la santé, que cela soit pour chaque substance ou en mélange. Toutefois, cette situation devrait évoluer rapidement (sous 2 ans, en théorie) car l’Union européenne revoit actuellement sa politique en la matière en définissant un nouveau ‘système d’enregistrement, d’évaluation et d’autorisation des substances chimiques’. Ce nouvel outil, dénommé REACH, cherche à remédier au manque d’information sur les substances chimiques et incite à prendre des mesures de précaution contre les plus problématiques d’entre elles. Néanmoins, victime du lobby des industriels concernés, le pouvoir de ce futur règlement s’éloigne de plus en plus de son objectif initial. Aussi Greenpeace et le WWF, appelle à replacer dans REACH la santé publique et l’environnement en tête des priorités, en s’assurant que les substances chimiques les plus nocives soient identifiées et progressivement éliminées, et en rendant obligatoire la substitution de ces composés par des alternatives plus sûres.

En attendant une législation plus stricte, Greenpeace édite le guide ‘Cosmétox’ qui liste les principales marques de cosmétologie et de parfumerie disponibles sur le marché français. Selon le contenu chimique des produits qu’elles commercialisent, un classement est établi, ce qui permet de découvrir, entre autres, que les produits destinés aux enfants sont ceux qui contiennent les molécules les plus controversées (shampoing DOP, lait Mustela).

Alex Belvoit

Télécharger le guide Cosmétox

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 09 septembre 2005 à 12:00

3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
23

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS