Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.


Fermer
Univers Nature - Actualité, ennvironnement, habitat et santé » ACTUALITE » Habitat » Le gouvernement rend obligatoires les compteurs électriques intelligents
L'éco-photo de la semaine
magasin bio qui produit ses legumes


Newsletter
+ de 150 000 abonnés

La ruche qui dit oui !
Les 5 dernières ruches ouvertes !

Chiffre Clé
· 190 000 litres d’eau potable sont perdus toutes les 5 secondes en France ·
1 300, c’est le nombre de milliards de litres d’eau potable perdus dans des fuites en France. [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Le principal prédateur du maïs s’adapte à sa ...
  2. En savoir plus sur les ampoules à LED
  3. Le GIEC ne fait plus recette
  4. Pollution de l’air intérieur, une ...
  5. Revêtements de sol écolo : y’a du choix !!

Focus Sur
maison ecologique
Une maison écolo pas comme les autres

Archives depuis 1999





Le dossier du mois
Revêtements de sol écologique
Si parfois, l’offre de produits écologiques est limitée, ce n’est assurément pas le cas pour les revêtements de sol. Il y en a pour tous les goûts et les pièces, avec des touchés très différents et des matières aussi variées que les couleurs, pour au final, des combinaisons décoratives et fonctionnelles qui n’auront de limite que votre imagination. • Les sols durs et froids - [...] Lire la suite ...


Le gouvernement rend obligatoires les compteurs électriques intelligents

Le 31 août, le gouvernement français a signé le décret qui rend obligatoire la mise en œuvre de compteurs « communicants » par les gestionnaires de réseaux électriques. Ce décret précise un calendrier de déploiement généralisé de cette nouvelle génération de compteurs. A compter du 1er janvier 2012, cela devra être le cas pour tout nouveau point de raccordement des installations d’utilisateurs raccordées en basse tension (BT) pour des puissances inférieures ou égales à 36 kVA. Au 31 décembre 2014, les gestionnaires de réseau public de distribution d’électricité devront avoir basculé la moitié des compteurs de leurs clients. Deux ans plus tard, ce sont 95 % des compteurs électriques qui devront être de nouvelle génération.

La grande nouveauté de ces compteurs c’est qu’ils sont directement raccordés à un réseau informatique qui permet une collecte d’informations détaillées sur la consommation électrique de chaque foyer. Le système est prévu pour transmettre, toutes les dix minutes, la consommation de l’habitation.

Actuellement, ERDF (1) mène sur le territoire français une vaste expérimentation qui consiste à mettre en service 300 000 compteurs « communicants » (2). D’après l’opérateur, près de 130 000 compteurs ont déjà été installés.

Début août, la Commission Nationale Informatique et Liberté (CNIL) a alerté les pouvoirs publics sur la mise en place d’un tel système. Elle s’est, entre autres, exprimée sur les risques de « traçage » pour les usagers en précisant que : « Les informations de consommation d’énergie transmises par les compteurs sont très détaillées et permettent de savoir beaucoup de choses sur les occupants d’une habitation, comme leur horaire de réveil, le moment où ils prennent une douche ou bien quand ils utilisent certains appareils (four, bouilloire, toaster…) ». La CNIL a aussi mis l’accent sur le pouvoir que cette informatisation allait donner aux opérateurs en précisant que : « Les compteurs communicants peuvent également agir directement sur l’installation électrique. Ils permettent notamment de modifier la puissance de l’abonnement, voire même de couper l’alimentation électrique à distance, via une interface web. ».

Selon les sources, les estimations du coût du déploiement varient entre 4 et 8 milliards d’euros. Ce qui semble acquis, c’est que, quelle que soit la méthode (facturation de l’intervention ou augmentation tarifaire), c’est le consommateur qui au final paiera l’addition.

Le bénéfice devrait être important pour les opérateurs qui vont ainsi pouvoir graduellement se passer des services des employés qui relèvent les compteurs. Quant à la mise en place de cette technologie, il n’est pas évident qu’elle profite réellement à l’économie du pays. D’après ERDF, pour les 300 000 compteurs de l’expérimentation, trois fabricants de compteurs ont été retenus par appel d’offres : « : Deux ont des usines en France (Landis et Gyr à Montluçon, Actaris-Itron à Chasseneuil du Poitou) et le troisième est slovène (Iskraëmeco) ». Entre 2012 et 2016, les commandes porteront sur environ 35 millions d’unités, à ce niveau-là, la concurrence de la mondialisation devrait s’exprimer pleinement.

Il est à noter que la France n’est pas le seul pays d’Europe à s’engager dans cette voie. Au Pays-Bas, un texte de loi prévoyait des amendes et des peines de prison en cas de refus d’installation des nouveaux compteurs. Mais, au vu des protestations, les députés ont refusé de voter ces dispositions.

Michel sage
illustrations © ERDF
1- ERDF, filiale à 100 % d’EDF, est le gestionnaire du réseau public de distribution d’électricité sur 95 % du territoire français continental

2 – 100 000 compteurs doivent être déployés en TOURAINE et 200 000 dans la région lyonnaise.
Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 10 septembre 2010 à 12:00

3034 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
jackpop
12 septembre 2010 - 0 h 00 min

Ce que je retiens de l’article, c’est qu’une nouvelle fois tout ceci va être mis en place au détriment de nombreux emplois qui ne demandaient pas forcément une grande qualification, au nom de la « rentabilité » (bénéfice important pour les opérateurs)et que ce sont les consommateurs qui vont encore en faire les frais en étant lourdement taxés. Une nouvelle grosse coupe sombre dans le pouvoir d’achat pour les gens modestes…


carmen
12 septembre 2010 - 0 h 00 min

et en plus le changement sera payant ; un article annonçait entre 100 et 250 euros ,mais c’est à vérifier .


Sdine
12 septembre 2010 - 0 h 00 min

Le coût serait de 120 à 240E l’appareil d’après l’UFC que choisir. L’usager devrait aussi trinquer (voir la future loi NOME) avec des augmentations substantielles des tarifs réglementés de 11,5% dès 2011 puis de 3,5% par an. Si la loi passe en l’état, les consommateurs ne garderont du nucléaire que ses risques, son avantage tarifaire étant versé aux fournisseurs d’énergie, EDF inclus. Non pas que je défende le nucléaire, mais la manoeuvre en prévision est lourde de sens. On imagine sans peine la pression exercée par les fournisseurs d’énergie pour faire passer la loi Nome sans retard. Et la perspective que nous, les cons’ommateurs, nous retrouvions à payer plus au nom de la seule concurrence. Que du bonheur !


jeangarden
12 septembre 2010 - 0 h 00 min

Au départ, l’idée est bonne : se donner les moyens de contrôler l’énergie consommée mais il y a des hics : les travers négatifs du téléphone portable ( interventions à distance sans concertation avec le client), la fiabilité controlée du compteur, etc… Tout pourra se faire et par les temps qui courent… Quel est le contre-pouvoir qui nous protégera ?


mimichris
12 septembre 2010 - 0 h 00 min

Pourra t-on refusé ce compteur compte tenu que ce sera à nous de payer l’addition ?
Nous rentrons dans une véritable dictature de l’énergie je crois qu’il faut refuser ce système d’espionnage et de faire des pétitions envers la CNIL.


lupus
13 septembre 2010 - 0 h 00 min

Le retour à la bougie et au feu de bois ne serait pas si mal finalement !


Bens
13 septembre 2010 - 0 h 00 min

 » voire même de couper l’alimentation électrique à distance, via une interface web.  »

Le tout à l’informatique demande du discernement. Je me demande quels garde-politiciens nos fous ont prévu… euh je veux dire: quels garde-fous nos politiciens ont prévu contre les abus de ce genre de dispositif qui facilite les manipulations à grande échelle.

Il est difficile de ne pas se dire que Big Brother n’est plus très loin.


nicolekretchmann
16 septembre 2010 - 0 h 00 min

je reste persuadée qu’il faille en passer par des abus de plus en plus lourds pour arriver à ouvrir la conscience de mes contemporains et les entraîner à savoir redire NON !



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
104

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS