Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Habitat » Le compost urbain bon pour le service
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Réduire l’impact environnemental des chats en ...
  2. Améliorer l’isolation de son logement par la ...
  3. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  4. La voiture électrique : pas totalement ...
  5. La filière éolienne de plus en plus puissante ...


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999





MOTS CLÉS :



Le compost urbain bon pour le service

Compost urbain

Le 3 octobre 2014, l’Institut National de la Recherche Agronomique (INRA) a publié les résultats d’une longue étude sur l’impact des composts d’origine urbaine en agriculture. En collaboration avec Veolia Recherche & Innovation, l’INRA Versailles-Grignon a mené, sur une période de seize années, une évaluation en plein champ d’apports réguliers de produits résiduaires organiques (PRO) d’origine urbaine.

 Le site d’expérimentation dénommé QualiAgro est situé à Feucherolles dans les Yvelines (78), il se compose de 40 parcelles de 450 m2 chacune. Le système de culture mis en place est une rotation de type blé-maïs avec un épandage de compost tous les deux ans.

Les PRO d’origine urbaine utilisés ont été les suivants :

  • un compost de boues de station d’épuration « DVB » : co-compostage de boues d’épuration urbaine avec des déchets verts,

  • un compost de biodéchets « BIO » : compostage de la fraction fermentescible des ordures ménagères collectée sélectivement, en mélange avec des déchets verts,-

  • un compost d’ordures ménagères résiduelles « OMR » : compostage de la fraction résiduelle des ordures ménagères après collecte sélectives des emballages.

 Un fumier de bovins représentant l’amendement de référence a été utilisé et tout cela a été comparé à un bloc témoin qui n’a bénéficié d’aucun apport.

 Les résultats de l’étude montrent que d’un point de vue des populations bactériennes (Listeria monocytogenes, Salmonella, Pseudomonas aeruginosa…) ou des contaminants organiques (HAP, PCB, phtalates, nonylphenol…) les apports de composts et de fumiers n’ont pas d’impact, aussi bien sur les sols que sur les cultures. Par contre, au niveau de la couche superficielle des sols, une augmentation des concentrations en cuivre allant de 23 à 46% a été observée ainsi qu’une augmentation de 18 à 28 % des concentrations en zinc. Et, selon les auteurs de l’étude, il apparaît que « Quelle que soit la nature des apports, la qualité des récoltes en termes de teneurs en métaux ou contaminants organiques est inchangée ».

 Concernant la valeur agronomique, elle est jugée intéressante et variable selon la provenance des PRO. Ainsi, par rapport à une fertilisation classique minérale, les teneurs en matière organique des sols ont augmenté de 30 à 50%. Du fait, les rendements des cultures de printemps sont équivalents à ceux qui bénéficient d’une fertilisation minérale, par contre pour le blé, les résultats sont moins probants et un apport minéral complémentaire reste nécessaire pour obtenir un rendement « convenable ».

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Michel (voir la biographie)
le 09 octobre 2014 à 07:00

95 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
Flixia
9 octobre 2014 - 8 h 47 min

Une étude cofinancée par Veolia qui conclut sur un apport bénéfique de nos déchets retraités par Veolia (évidemment)? Et ça n’étonne personne? Alors même qu’une étude récente sérieuse démontrait une contamination des plants Ogm vers les non Ogm par le sol et les racines? Messieurs dames de Veolia et de l’INRA, un peu de sérieux…


desktaupe
11 octobre 2014 - 16 h 09 min

Il suffit de demander à Bourguignon pourquoi il a quitté l’INRA…


lumiere
11 octobre 2014 - 17 h 14 min

et les métaux lourds?????


Daniel METHOT
11 octobre 2014 - 19 h 12 min

J’ai aussi des doutes…
Il serait bon que l’article précise la différence obtenue entre les différents apports.
Par ailleurs il est impératif que cette étude soit menée par des labos indépendants.
Car en agriculture les lobbies et le syndicat dominant influencent les résultats.


françoise farille-lombard
11 octobre 2014 - 19 h 53 min

et les métaux lourds ?
et les microparticules de plastic ?


PETIT André
12 octobre 2014 - 7 h 39 min

A-t-on quelques données en ce qui concerne la teneur en pesticides, résidus de médicaments, métaux lourds … de ces composts et de leur incidence sur la qualité des produits récoltés ?



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
1269

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS