Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Habitat » Consommation des poissons du Rhône interdite
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Réduire l’impact environnemental des chats en ...
  2. Améliorer l’isolation de son logement par la ...
  3. La voiture électrique : pas totalement ...
  4. La filière éolienne de plus en plus puissante ...
  5. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Consommation des poissons du Rhône interdite

A l’automne 2006, l’interdiction de consommer des poissons du Rhône ne valait que pour le département du même nom ; en février 2007, l’Ain et l’Isère faisaient de même, suivis par l’Ardèche et la Drôme à la mi-juin. Depuis hier, cette interdiction de consommer ou de commercialiser des poissons pêchés dans le Rhône vaut également pour les départements du Vaucluse, du Gard et des Bouches-du-Rhône… Au final, la quasi-totalité du parcours du Rhône en France est concernée par cette pollution aux PCB (1), la partie Suisse demeurant indemne.


C’est la détection d’une pollution des eaux du Rhône aux polychlorobiphényles (PCB) de type dioxine, avec des concentrations, dans les poissons, jusqu’à 10 fois supérieures au seuil autorisé par l’organisation mondiale de la santé (OMS) qui est à l’origine de cette cascade d’interdictions.

Toutefois, alors que des investigations sont en cours pour déterminer la cause de ces contaminations, en cette période estivale les autorités notent que la pêche sans consommation des poissons, la baignade et les sports nautiques ne présentent aucun risque sanitaire pour l’homme. En effet, les PCB se fixent dans la matière grasse des animaux contaminés et de leurs produits. Ainsi, si la consommation réitérée d’aliments contaminés peut constituer un risque potentiel pour la santé humaine (retards de croissance, problèmes de fertilité, voire cancers), une exposition accidentelle de courte durée aux PCB n’a pas de conséquences sanitaires, selon les autorités.

Commercialement interdite en France depuis 1987, aujourd’hui l’utilisation des PCB est limitée aux anciens systèmes clos comme les condensateurs électriques et les transformateurs (un plan visant à leur élimination d’ici 2010 est en cours). En 2007, ces produits ne seraient plus rejetés dans le Rhône que par la société Trédi, une entreprise spécialisée dans le traitement thermique des déchets dangereux et la décontamination d’appareils électriques souillés aux PCB. Néanmoins cette société ne peut être tenue pour seule responsable de la pollution actuelle, puisque celle-ci est relevée bien en amont de Trédi.

D’ici l’automne prochain, une nouvelle expertise de l’AFSSA (agence française de sécurité sanitaire des aliments) devrait permettre de réévaluer la situation et d’adapter éventuellement les mesures. Par ailleurs, la direction régionale de l’environnement (DIREN) s’est vu confier l’élaboration d’un programme d’études et de recherche pour comprendre le phénomène de pollution et l’incidence des rejets actuels, ainsi que, dans un second temps, un programme de gestion visant à améliorer la situation.

De leur côté, les associations FRAPNA (Fédération Rhône Alpes de Protection de la Nature) et FNE (France Nature Environnement) demandent que les recherches de PCB soient engagées sur les grands affluents du Rhône que sont la Saône, l’Isère et la Durance ainsi que sur la pêche côtière dans le delta du Rhône (poissons et coquillage) et en Camargue. Enfin, vu l’importance de la problématique, les 2 organismes demandent l’extension des analyses à l’échelon national.

Pascal Farcy

1- Les PCB ou encore polychlorobiphényles, désigne une famille de 209 composés organochlorés classés comme polluants organiques persistants (POPS). Produites industriellement depuis 1930, ces molécules ont fait l’objet de multiples utilisations massives jusque dans les années soixante-dix pour la fabrication des transformateurs électriques et comme additifs dans les peintures, les encres et les huiles de coupe. Très peu biodégradables, leur rejet dans l’environnement a entraîné des phénomènes de bio accumulation préoccupants.

Les polychlorobiphényles sont parfois dénommés à tort ‘pyralènes’, du nom commercial de préparations huileuses qui les intègrent dans leur composition.

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 08 août 2007 à 12:00

3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
claude le jardinier
8 août 2007 - 0 h 00 min

Nous sommes vraiment en retard pour empêcher toutes pollutions, il n’y a que l’argent qui compte.On ne fait rien ou pas grand chose pour équiper les usines de filtre ou empêcher les produits nocifs à pénétrer dans celles-ci.Heureusement que les 3/4 des pêcheurs rejettent le poissons dans l’eau .Il faut lancer des pétitions pour empêcher toutes ces pollutions

cordialement
claude


diego
9 août 2007 - 0 h 00 min

Quand on ne cherche pas on ne peut pas trouver !
Si le PCB est la saloperie qui est dite, cette pollution n’est pas d’aujourd’hui et ne disparaitra pas en quelques semaines malgré ce que les autorités disent. Merci pour la précision sur le pyralène, quand on voit les conneries que l’on peut lire ou entendre sur d’autres médias.



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
10871

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS