Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Habitat » Algoculture dans nos villes
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Réduire l’impact environnemental des chats en ...
  2. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  3. Améliorer l’isolation de son logement par la ...
  4. La voiture électrique : pas totalement ...
  5. La filière éolienne de plus en plus puissante ...


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999





MOTS CLÉS :




Algoculture dans nos villes

Phytoplankton

Depuis plusieurs années, les micro-algues, ou phytoplancton sont le sujet de nombreuses recherches scientifiques. L’université de Nantes, qui s’implique dans de nombreux projets de recherche sur la thématique Mer-Littoral, s’y intéresse notamment et a associé ses efforts avec le cabinet d’architecture XTU Architects. Cette collaboration se veut de concevoir des bâtiments du futur en valorisant les façades grâce à la culture de micro-algues. De tels bâtiments seraient non seulement profitables mais auraient aussi un impact positif sur l’environnement. Cette coopération a donc résulté en la création de « biofaçade », des façades qui servent à la culture des micro-algues.

Nous devons aux algues et micro-algues de 50 à 70% de la masse d’oxygène produite sur terre, grâce à la photosynthèse ces micro-algues transforment le CO2 en oxygène et biomasse.  Leur biomasse est d’ores et déjà utilisée pour les produits cosmétiques et pourrait être une ressource très importante pour les industriels de la santé. Les micro-algues se substituent progressivement aux actifs d’origine pétrochimiques, elles sont souvent pensées comme les biofuels de troisième génération grâce à l’huile qu’elles génèrent. Néanmoins il est aujourd’hui difficile d’explorer leur potentiel car gourmandes en espace et lumière, elles peinent à pouvoir être pleinement exploitées.

C’est à partir de ce problème et des possibilités environnementales et commerciales des micro-algues que XTU et le laboratoire GEPEA ont en 2013 installé un prototype de biofaçade sur les toits de Polytech Nantes, à Saint Nazaire. La biofaçade, un « photobioréacteur mur-rideau », ressemble à un aquarium, épais de quelques centimètres seulement, formant la façade du bâtiment (les cultures de micro-algues seront au choix visible ou invisible depuis l’intérieur). Une telle culture de micro-algues permet de réduire de près de 90% la quantité d’eau utilisée en culture classique et assure une productivité 30 fois supérieure à celle-ci. En outre, l’installation de biofaçades se traduit en 50% de réduction des consommations énergétiques pour le chauffage et refroidissement du bâtiment, en plus de la captation du CO2 et de la valorisation d’eaux usées. Il s’agit donc un procédé qui contribue ainsi à un bilan environnemental global positif pour le bâtiment, conforme à l’évolution de certains labels (Effinergie, BREEAM, Minergie, LEAD, etc.).

Il y aura bientôt des biofaçades à Paris, grâce au concours Réinventer Paris : 900 m2 de biofaçade dans le 13ème arrondissement et 2000 m2 dans le 17ème. En valorisant les mètres carrés verticaux non exploités par une culture de micro-algues économiquement rentable, on permet la production d’une biomasse qui sera peut-être l’énergie de demain.

Du côté pratique, un minimum d’environ 1000 m2 de façade orientée au sud sont nécessaires pour rentabiliser l’installation. Ces biofaçades restent légères et les coûts liés à la culture sont pris intégralement en charge par l’algoculteur.

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Marine (voir la biographie)
le 19 mars 2016 à 12:05

53 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 2015
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires

Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
1111

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS