Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Habitat » 94 % des foyers français contaminés aux pesticides
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  2. Laurent Wauquiez s’en va en guerre contre la nature
  3. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  4. Des aigles contre des drones
  5. Expositions des enfants aux substances toxiques


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






94 % des foyers français contaminés aux pesticides

Nous sommes de plus en plus conscients de la dégradation de l’environnement qui nous entoure. Pourtant, nombre de gens restent persuadés que cette pollution s’arrête aux murs de leur maison. Un présupposé contré par de récentes études d’évaluation de la qualité de l’air, lesquelles démontrent que celle-ci est « souvent plus mauvaise à l’intérieur qu’à l’extérieur ».

Fort de ce constat, l’Ineris (Institut National de l’EnviRonnement industriel et des rISques) a initié en 2006, en collaboration avec la Faculté des Sciences Pharmaceutiques et Biologiques de l’Université Paris V, le projet Expope. Ce programme a pour objectif d’évaluer l’exposition en milieu intérieur des enfants, marge de la population particulièrement vulnérable, à une classe spécifique de polluants : les pesticides. Ces derniers, notamment avec la propagation des produits d’entretien et d’hygiène corporelle, se sont immiscés dans l’univers quotidien et sont, par conséquent, bien plus proches de nous que nous le soupçonnons.

L’enquête a examiné les cas de 130 enfants d’Ile-de-France fréquentant des écoles élémentaires réparties dans trois zones distinctes, respectivement situées en petite couronne de Paris, en Essonne et dans le Val d’Oise. Tous âgés de 6 à 7 ans, 73 de ces sujets vivent en pavillon contre 57 qui habitent en appartement.

Pour mener à bien cette étude, les examens réalisés ont pris diverses formes. Basés sur un questionnaire initial, ils ont consisté en des prélèvements d’air et de poussières déposées au sol des domiciles. Dans une seconde mesure, le « biomonitoring humain » (BMH), outil permettant de contrôler l’exposition humaine aux polluants environnementaux via l’analyse de tissus ou liquides organiques, a tenté d’établir des liens entre les enfants et le lieu dans lequel ils évoluent. Il s’est essentiellement intéressé à la présence de résidus cutanés sur les mains et à des recueils d’urines.

La ‘protection’ et les revêtements de surfaces (peintures, insecticides, vernis, colles, etc.) font partie des principales sources de pollution intérieure, sans oublier les traitements apportés sur les plantes
En ce qui concerne les taux de pesticides décelés au sein des domiciles, les résultats ont été plutôt édifiants. Dans 94 % des cas, au moins un type de pesticides a été trouvé dans le domicile. Sur ce total, il s’agissait à 93 % d’un insecticide, à 32 % d’un herbicide et à 30 % d’un fongicide.

Parmi les substances les plus fréquemment dépistées dans l’air, on compte le propoxur (44 % des logements), l’alpha-HCH (1) (49 %) et le lindane (2) (88 %), ce dernier étant aujourd’hui interdit d’utilisation en France du fait de son importante toxicité pour l’organisme humain.

Afin de déterminer les facteurs favorisant la présence de ces polluants, l’Ineris a mis en avant des liens de cause à effet entre le milieu intérieur ambiant et les taux relevés. Il a ainsi été démontré que le type et l’ancienneté du logement avaient une incidence sur les concentrations aériennes en lindane et en alpha – HCH. En revanche, pour le propoxur, substance insecticide, le fait d’habiter une maison est la principale variable. Enfin, une corrélation étroite a été établie entre les niveaux constatés de résidus cutanés d’insecticides organophosphorés (3) et la saisonnalité, le type de logement et la présence plus ou moins importante de plantes à l’intérieur de la maison.

Alors qu’un français passe en moyenne 22 heures sur 24 en espace clos ou semi-clos, ce rapport est réellement préoccupant. D’autant que la situation ne devrait pas aller en s’arrangeant avec l’utilisation massive de détergents en tous genres, lesquels foisonnent de substances chimiques dont on ignore encore le degré réel de toxicité.

Cécile Cassier
1- L’alpha-HCH ou alpha-hexachlorocyclohexane, est un isomère du lindane. Cela signifie que ces deux substances sont issues d’une composition élémentaire identique mais qu’elles ont néanmoins développé des propriétés physiques, chimiques et biologiques différentes.

2- Le lindane est un insecticide dont la commercialisation a débuté en 1938. Légalement interdit en France, il était utilisé dans le traitement des sols, des semences, la protection du bois d’œuvre, le traitement anti-parasitaire des animaux ou encore dans le traitement de la gale humaine. C’est une neurotoxine suspectée d’être cancérigène et de perturber le système endocrinien.

3- Un composé organophosphoré (OPs) est un composé chimique organique qui contient du phosphore.

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
patou
10 mai 2008 - 0 h 00 min

On fait semblant de ne rien comprendre et les médias sont à fond dans les émmissions pseudo scientifiques et nous gavent avec des pubs pour cette activité qui depuis un siècle a detruit la planète et pourrit ses habitants .Il faudrait une prise de conscience collective et des actions individuelles pour obliger les industriels à modifier leurs pratiques .Au lieu de cela les gens se jettent sur les derniers modèles high tech de n’importe quoi …alors ….


luala
10 mai 2008 - 0 h 00 min

C’est en 1967 ou 1968 que j’ai découvert  » Printemps silencieux » de Rachel Carlson.Ce fut pour la famille une révélation suivie d’ une révolution dans la vie quotidienne. Il était difficile de trouver des informations sérieuses, surtout en France, mais c’était possible.
Pourquoi avoir attendu 40 ans pour en parler ouvertement?
Et pourquoi en parler si peu dans les médias?


sauvage1
24 mai 2008 - 0 h 00 min

Depuis la fin de la seconde guerre mondiale, l’industrie pétrochimique tient le haut du pavé. Aujourd’hui, on s’aperçoit des dégâts qu’elle a produit. Doit-on se suicider oubien doit-on se battre ? c’est une grande question à quoi je me garderai bien de répondre dans la mesure où j’oscille entre le suicide et la nécessité de me battre, quoiqu’il me coûte. Je pense qu’il s’agit avant tout d’un problème de civilisation.



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
99

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS