Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Exemplaire : une école de plusieurs étages, isolée en paille et sans solvant
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Réduire l’impact environnemental des chats en ...
  2. Améliorer l’isolation de son logement par la ...
  3. La voiture électrique : pas totalement ...
  4. La filière éolienne de plus en plus puissante ...
  5. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999





MOTS CLÉS :




Exemplaire : une école de plusieurs étages, isolée en paille et sans solvant

Isolation en bottes de paille

Quasiment inconnues comme isolant en France, les bottes de paille de blé représentent pourtant un matériau d’isolation de qualité. Le plus souvent mises en œuvre dans de rares projets en autoconstruction, la ville d’Issy-les-Moulineaux (Hauts-de-Seine) les a néanmoins retenues pour isoler le bâtiment de l’école Louise Michel.
Sur une surface totale de 5 241 m2, ce nouveau groupe scolaire ouvre aujourd’hui ses 14 classes maternelles et primaires. Comportant deux étages, il repose sur un bâtiment en bois et paille, une première en France pour un établissement public de cette importance. Les architectes à l’origine du projet, Sonia Cortesse et Bernard Dufournet, ont opté pour une dalle en béton au rez-de-chaussée, supportant l’ossature et les planchers en bois de l’édifice. La principale originalité du projet tient à l’enveloppe des façades, constituée d’un assemblage de caissons en bois de 36 cm d’épaisseur pour incorporer quelque 7 000 bottes de pailles isolantes au total. Issue des environs de Paris, la paille provient de cultures dites « raisonnées », sans traitement après la récolte. Si les toitures et la dalle béton ne recourent pas à une isolation en paille, leur isolation n’en est pas moins écologique avec de la ouate de cellulose ou de la laine de bois.
Conforme à la RT 2012, ce bâtiment basse consommation bénéficie d’une conception bioclimatique visant notamment à optimiser les apports solaires, tant d’un point de vue thermique que lumineux. En hiver, le chauffage est assuré par la connexion au réseau géothermique de l’éco-quartier numérique du Fort d’Issy, lequel puise sa chaleur dans une nappe située à 600 m de profondeur. Cette installation est efficacement secondée par une ventilation double flux, un dispositif de ventilation récupérant la chaleur de l’air vicié pour réchauffer l’air entrant. En été, un puits canadien permet de maintenir une température agréable.
Outre ces équipements, les peintures écologiques et autres revêtements de sol en linoléum privilégient les solutions sans solvants. Un choix qui s’est également imposé pour le mobilier (tables, armoires, lits, jouets, etc.). Le stockage des eaux de pluie complète l’ensemble, pour servir au nettoyage, à l’arrosage et aux sanitaires du boulodrome proche.
Comme tout bâtiment recevant des scolaires, l’école Louise Michel répond à de strictes normes de sécurité, avec notamment une résistance au feu de 30 minutes. Dans ce cadre, l’isolation en paille proposée par les architectes n’a évidemment pas été sans soulever de questions des décideurs. Des tests de résistance au feu ont ainsi été mis en œuvre pour démontrer la résistance au feu d’une isolation en bottes de paille. Avec une résistance de 1h30 pour une paroi paille enduite des deux côtés, ces tests ont été plus que concluants. Rien d’étonnant à cela, puisque pour qu’un matériau brûle, il faut de l’oxygène. Ainsi, une feuille de papier froissé brûle très aisément alors qu’un annuaire téléphonique fermé brûlera très difficilement. Il en est de même pour la paille. La paille en vrac brûle très aisément, pas une botte de paille compressée.
Economiquement, avec un coût de 2 300 € au m2, ce bâtiment basse consommation représente un surcoût d’environ 15% face à une école classique. Un supplément que la ville d’Issy-les-Moulineaux entend amortir en 15 à 20 ans grâce à des frais de fonctionnement réduits (chauffage, électricité, etc.).

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 03 septembre 2013 à 05:22

3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
Lucien Roger
7 septembre 2013 - 12 h 12 min

Bonjour,
Votre article me remémore un souvenir tragique vieux … de 50 ans ! A l’époque, j’étais élève dans une école d’agriculture qui innovait dans bien des domaines. C’est ainsi que sur la ferme expérimentale, une nouvelle porcherie a été construite en bottes de paille, déjà pour des raisons écologiques et pour toutes les qualités des bottes de paille que vous indiquez. Seulement voila, un incendie a totalement détruit l’édifice et tous les animaux ont péris calcinés. L’horreur ! Les bottes de paille comprimée à haute densité brûlent très bien, je peux vous l’affirmer ! Les normes de sécurité sont probablement plus draconiennes aujourd’hui qu’elles ne l’étaient il y a 50 ans mais il n’empêche que je ne souhaiterais pas que ma petite-fille fréquente un tel établissement, tant ce souvenir ancien m’a marqué.
Cordialement.


Laetitia
11 septembre 2013 - 1 h 55 min

Bonjour,
Je suis étudiante en architecture et cela fait un moment que j’élargis mon domaine de connaissances sur les constructions passives… Les états uniens construisent en botte de paille depuis des décennies et aujourd’hui, il y a des normes à respecter et des tests effectués qui corroborent l’article ci dessus, en Allemagne, en Bretagne des quartiers entiers sont crées en poteaux poutres et pailles, des écoles, des centres de soins, et apparemment, cela satisfait beaucoup de monde, surtout par rapport au cout.
L’ »accident » horrible auquel vous faites référence a t il des détails dont nous pourrions nous servir afin d’en déterminer les causes?
Quelle était la composition des murs exactement?


Coralie Garcia
12 septembre 2013 - 15 h 35 min

Bonjour,
Il existe en effet des incendies dans tous les types constructifs et très souvent cela est dû à des malfaçons ou bien des désordres électriques. Comme tout bâtiment, un bâtiment isolé en paille réagit aussi. Seulement, l’avantage de la paille, du fait de sa forte compression (minimum de 80kg/m3) et donc de sa faible quantité d’air contenu, est qu’elle se consume lentement (voir sur youtube la vidéo d’une émission d’arte en cherchant « construction paille feu »).

Donc, oui n’importe quel isolant brûle, la paille a l’avantage de bruler lentement pour laisser évacuer tranquillement les gens.
D’ailleurs, elle ne dégage que très peu de fumées, ce qui est un réel avantage comparé à d’autres produits.

Vous pouvez trouver des tests reconnus et réalisés par des laboratoires français sur le site du Réseau Français de la Construction en Paille, ici : http://www.compaillons.eu/reglementation/documents-telechargement

A bientôt pour pleins d’autres bâtiments respectueux des gens et de l’environnement !



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
1570

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS