Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Entre 33 et 69 % d’économie pour les voitures hybrides rechargeables
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  2. Laurent Wauquiez s’en va en guerre contre la nature
  3. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  4. Des aigles contre des drones
  5. Expositions des enfants aux substances toxiques


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999





MOTS CLÉS :



Entre 33 et 69 % d’économie pour les voitures hybrides rechargeables

Voiture hybride rechargeable, essence-électriqueUne flotte de voitures hybrides (essence-électrique) vient de parvenir au terme de trois années d’expérimentation en utilisation réelle, après plus de quatre millions de kilomètres parcourus, pour un kilométrage moyen annuel de 19 000 km par voiture.

Réalisée à Strasbourg avec quelque 70 Toyota Prius hybride rechargeable, cette expérimentation de grande ampleur a permis de constater une importante réduction de la consommation de carburant, oscillant entre 33 et 69 % selon le mode de conduite et trajet adoptés :

- 69% pour un conducteur qui recharge 1,6 fois par jour et roule en mode électrique à 60%;

- 52% pour un conducteur qui recharge 1 fois par jour et roule en mode électrique à 23%;

- 33% pour un conducteur qui recharge peu (1 fois tous les 5 jours) et ne roule quasiment qu’en mode hybride.

Comme on pouvait s’y attendre, plus un véhicule hybride rechargeable circule en mode électrique moins il consomme de carburant. La période de charge la plus importante se fait essentiellement sur le lieu de travail (60 %) et au domicile (37 %). Néanmoins, les bornes de recharges publiques, sur la chaussée ou en parking, sont indispensables selon les partenaires de l’étude (Toyota, EDF, ADEME, ville et Communauté urbaine de Strasbourg), en constituant un complément de charge apprécié, même si le risque de panne « sèche électrique » n’est pas gênant (le moteur thermique est là). Avec une durée moyenne de charge de 75 minutes, une information quant à la disponibilité de ces dernières est également importante. A ce titre, le service permettant de connaître l’emplacement et la disponibilité des bornes de recharge à partir d’un smartphone est particulièrement apprécié des usagers.

Economiquement, si ces véhicules ont un coût, à l’usage leur utilisation représente une économie non-négligeable, notamment pour un usage urbain ou semi-urbain.

Aujourd’hui, la voiture hybride rechargeable essence-électrique ou diesel-électrique représente très vraisemblablement le futur de nos véhicules de demain, avec une baisse importante de la consommation et une autonomie équivalente, voire supérieure, à ce que l’on connaît actuellement. Le constructeur automobile japonais, Toyota, à l’origine du début de démocratisation de cette technique, estime ainsi que ces véhicules pourraient représenter près de 40 % du parc automobile en 2050. Une proportion qui ne sera pas sans impact sur la demande électrique et … l’environnement (notamment avec les batteries supplémentaires).

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 23 avril 2013 à 10:07

3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
opaque
28 avril 2013 - 15 h 04 min

IL est amusant de constater que le developpement de l’auto électrique se fait avant tout aujourd’hui au travers de voitures hyper sportives devenant « hybrides »(moteur V12 avec 4 moteurs d’appoint dans les roues, par ex ), pour rester dans les normes de pollution ou de consommation, quand elles ne sont pas déja 100% électriques, le moteur thermique ne servant alors qu’à recharger partiellement les batteries : 300km/H en silence et à 3litres aux cents,ça fait rêver… Evidemment seule l’autonomie pêche un peu… , et bien sur le recyclage impossible des tonnes de batteries est un impact sur l’environnement que personne ne calcule, et pour cause: remplacer du carburant par des piles n’a strictement aucun intérêt énergétique ou ecologique: par contre, tel Monsieur propre dans les publicités de nos grands mères, ça fait briller l’industrie automobile au firmament se son hypocrisie, afin que dure coute que coute l’étouffement goudronné généralisé de notre environnement urbain ou campagnard.

A tout prendre je tremblerais moins devant quelques voitures de sport électriques (car j’aime les voitures de sport), que devant le tombereau de diesels tueurs hybrides que l’on nous promet dans le meilleur des mondes possibles.
reste le vélo électrique:15 à 20kg… un rapport poids puissance musculaire imbattable…avec une toute petite batterie , certes elle aussi pleine de terres rares: mais combien de dizaines de vélos électriques peut on fabriquer avec l’équivalent d’une seule voiture de 1,5 tonnes à mouvoir ?
le progrès n’est utilisable que si l’on s’en sert à bon escient…
le seul avenir viable passera par l’usage décroissant de l’automobile, jusqu’à ce qu’il soit devenu sociétalement inutile: or cela nécessite un changement radical de point de vue de vous et moi sur notre civilisation.



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
830

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS