Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Energie » Vers 10 % de biocarburant issu du whisky, dans l’essence britannique
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
Capture d’écran 2018-01-19 à 12.04.09

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Stop au plastique : les légumes gravés au laser
  2. Recycler son ordinateur pour ne plus extraire d’or
  3. CO2 et Coupe du monde : alerte aux saucisses !
  4. Fair Squared : les préservatifs vegan ...
  5. Une centrale nucléaire flottante en Russie


Focus Sur
camping
Où camper en prenant soin de l’environnement ?

Le dossier du mois
Capture d’écran 2018-01-19 à 12.04.09
Que se passerait-il si, au cours d’une nuit, le monde entier devenait végétarien? Un monde où le steak tartare, le coq au vin et le boeuf bourguignon n’existeraient plus. L’ère des légumes ne ferait que commencer. L’infographie nous plonge dans ce tout nouveau monde, explorant les relations entre les carnivores, la planète terre et notre santé. Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Vers 10 % de biocarburant issu du whisky, dans l’essence britannique

Une équipe de chercheurs écossais a eu l’idée d’utiliser les sous-produits issus de la fabrication du whisky pour produire un nouveau agrocarburant que l’on peut qualifier de vraiment ‘bio’. En effet, là où la plupart des agrocarburants proviennent directement d’une transformation du blé, du maïs, de la canne à sucre ou des betteraves pour les moteurs essence, et du colza, de l’huile de palme pour le diesel, ce nouveau carburant valorise les ‘déchets’ de la production de whisky.

Obtenu à partir des drêches, les parties solides du malt restant après la filtration du moût, et le pot ale, le liquide resté dans l’alambic après la première distillation, ce biobutanol (alcool butylique) valorise des déchets végétaux et ne nécessite pas de cultures dédiées.

En collaboration avec la distillerie Glenkinchie, Martin Tangney et son équipe de chercheurs, de l’université Napier d’Edimbourg, ont d’ores et déjà validé le procédé de fabrication de ce nouveau biocarburant. Face à une industrie du whisky du Royaume-Uni qui produit chaque année quelque 1600 millions de litres de pot ale et 187 000 tonnes de drêches, ce nouveau biocarburant aura par définition une production ‘confidentielle’. Néanmoins, selon M. Tangney, ce volume devrait permettre au Royaume-Uni d’être autosuffisant quant à l’objectif européen d’incorporation de 10% de biocarburants dans l’essence à l’horizon 2020 (1).

Pascal Farcy
1- Cet objectif européen est également vrai pour le diesel, à la même échéance.

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
lupus
21 août 2010 - 0 h 00 min

Espérons que cela sera du bon. Ma voiture ne consomme que du single malt.
Les contrôles à l’alcootest seront-ils toujours fiables ?


thinkgreen
21 août 2010 - 0 h 00 min

Je roule depuis plusieurs années avec du bioéthanol (E85 voir plus sur ma newbeetle essence de 2002), et attends avec impatience le bioéthanol réellement renouvelable, à savoir à partir de drêches oui, mais aussi de déchets des industries agro-alimentaires ou micro-algues!
Dans le domaine des carburants, contrairement à l’alimentation, l’industrialisation est souhaitable..


ericl
22 août 2010 - 0 h 00 min

Jusque à présent, les drêches, qui sont riche en proteïnes et en celluloses servent à l’alimentation animale. Donc pour continuer à rouler on va nourrir les vaches avec un peu plus de tourteaux de soya OGM et de céréale. Le bilan est loin d’être positif et il n’y a vraiment pas de quoi se réjouir.


loiclang
23 août 2010 - 0 h 00 min

Difficile de se faire une opinion et de savoir si on doit se réjouir en l’absence d’infos sur le devenir des drèches avant la mise en place de cette nouvelle filière…
Si elles étaient retraitées en tant que déchets, c’est une bonne nouvelle mais si on déshabille Paul pour habiller Pierre, ça restera du tape à l’oeil (comme malheureusement beaucoup de cas actuels de « Greenwashing »).






à lire aussi
     
Flux RSS