Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Energie » Une ‘molécule trophée’ qui pourrait révolutionner l’industrie nucléaire
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  2. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  3. Laurent Wauquiez s’en va en guerre contre la nature
  4. Des aigles contre des drones
  5. Expositions des enfants aux substances toxiques


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Une ‘molécule trophée’ qui pourrait révolutionner l’industrie nucléaire

Des chercheurs ont créé une version stable d’une molécule «trophée» que les chercheurs étudient depuis des années. Cette molécule pourra mener à la production d’une énergie nucléaire plus propre. Dans la revue Science, l’équipe, composée de scientifiques des universités de Nottingham et de Manchester au Royaume-Uni, montre qu’il est possible de préparer un composé de nitrure d’uranium stable à température ambiante. De plus, les chercheurs indiquent que le composé peut être stocké dans des pots sous forme cristallisée ou en poudre.

Les chercheurs indiquent que cette découverte pourrait avoir des implications pour l’industrie nucléaire car des matériaux en nitrure d’uranium pourraient offrir une alternative viable aux combustibles nucléaires de mélanges d’oxyde (ou MOX) utilisés dans les réacteurs, étant donné que le nitrure présente des densités supérieures, un seuil de fusion et une conductivité thermique plus élevés. De plus, le processus de fabrication du composé utilisé par les scientifiques pourrait offrir une alternative plus propre à moindre température comparée aux méthodes d’usage actuelles. Les précédentes tentatives de préparation d’une triple liaison d’azote nécessitaient des températures de 5° Kelvin (soit -268° Celsius), ce qui équivaut à la température de l’espace interstellaire. Ce sont des conditions de travail relativement difficiles pour la manipulation et nécessitent des techniques et équipements spécialisés.

Le nitrure d’uranium est généralement obtenu en mélangeant du diazote ou de l’ammoniac à de l’uranium à des températures et pression élevées. Malheureusement, ces conditions de réaction utilisées pour cette préparation introduisent des impuretés difficiles à extraire. Ces dernières années, les chercheurs se sont donc concentrés sur l’application de méthodes moléculaires à basse température; mais toutes leurs tentatives ont plutôt entraîné une formation de ponts entre particules au lieu des nitrures terminaux désirés.

La méthode utilisée dans cette étude implique l’utilisation d’un ligand (ou coordinat) d’azote très encombrant (une molécule organique liée à un métal) pour envelopper le centre d’uranium et créer ainsi une poche protectrice dans laquelle le nitrure d’azote peut exister. Ce nitrure a ensuite été stabilisé au cours de la synthèse suite à la présence d’un cation (un ion positif) de sodium faiblement lié, ce qui a empêché le nitrure de réagir avec tout autre élément. En phase finale, le sodium a été supprimé de la structure, permettant ainsi d’obtenir un nitrure d’uranium stable à triple liaison.Le Dr Stephen Liddle de l’université de Nottingham commente: «Il s’avère que ce nouveau nitrure se comporte différemment des matériaux autrement analogues, et cela pourrait avoir d’importantes implications dans la chimie des actinides, qui revêt une importance technologique et environnementale vitale dans le cycle de carburant nucléaire», conclut-il.

© Communautés européennes, 1990-2012 / Source CORDIS

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
totov
13 septembre 2012 - 0 h 00 min

Une molécule rendant l’énergie nucléaire plus propre est une absurdité … lorsqu’une technique est si lourde et terrible pour l’avenir, il faut l’abandonner, c’est tout. L’améliorer est justement ce qu’il ne faut pas faire. C’est comme la société, nous ne vivons pas une « crise » puisque cela dure depuis plus de 20 ans. Or une crise par définition est courte. C’est la faillite d’un système, il ne faut pas le replâtrer, mais en changer pour quelque chose de mieux, librement discuté et librement mis en place.


lupus
13 septembre 2012 - 0 h 00 min

Entièrement d’accord avec Totov.
Le fameux « génie » humain sera-t-il suffisamment génial pour s’apercevoir que son système n’est pas si génial.


cuicui
13 septembre 2012 - 0 h 00 min

Il nous est agréable de penser que la bombe au nitrure ,plus dangereuse, nous tuera dans un environnement qui restera propre.Ca c’est écolo!!


Krishnamurti
14 septembre 2012 - 0 h 00 min

A quoi bon enrober de la merde avec du chocolat?
Ce n’est pas moins toxique!


shana
16 septembre 2012 - 0 h 00 min

Le nucléaire, n’est et ne sera jamais propre.
Le nucléaire tue à petit feu, sans rien faire voir…
Alors stop…!
quand est-ce qu’on demandera l’avis des peuples ?
C’est le peuple qui paie et jamais on ne lui demandera s’il est d’accord.
Si on lui demande… comme sur le traité Bolkenstein, les gouvernements s’assoient dessus.
Il est grand temps que nous ayons notre mot à dire…


opaque
16 septembre 2012 - 0 h 00 min

une catastrophe annoncée, qui pourrait révolutionner l’industrie nucléaire…



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
67

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS