Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Energie » Une île des Philippines sacrifiée pour l’industrie du palmier à huile
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  2. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  3. Laurent Wauquiez s’en va en guerre contre la nature
  4. Des aigles contre des drones
  5. Expositions des enfants aux substances toxiques


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Une île des Philippines sacrifiée pour l’industrie du palmier à huile

Située sur l’archipel des Philippines, l’île de Palawan compte près de 90 000 habitants, dont 20 % appartiennent à trois groupes ethniques principaux : les Tagbanua, les Palawan et les Batak. Depuis 2003, le gouvernement provincial favorise l’expansion des plantations industrielles de palmier à huile, en écho à l’objectif national visant la plantation de 20 000 hectares de palmiers. En accélérant la vente et l’achat de terres, l’industrie du palmier à huile alimente l’invasion des territoires des communautés autochtones, le déboisement et le changement d’affectation des sols. Vivant principalement de l’agriculture, la pêche et la cueillette, les peuples indigènes voient leur sécurité alimentaire remise en cause.

Implantée dans le sud de Palawan et leader des plantations de palmiers à huile, la joint-venture philippine-singapourienne-malaise PPVOLMI (1) vend toute sa production à son entreprise sœur, l’API (2). A l’avenir, cette dernière devrait transformer plus de 8000 hectares de terres agricoles en plantations de palmier à huile. Pour protéger la province de Palawan, classée « Réserve de l’humanité et de la biosphère » par l’UNESCO en 1990, les peuples autochtones ont créé le réseau ALDAW (Ancestral Land / Domain Watch). Ainsi représentés, ils ont lancé une campagne en ligne ( 3) contre l’extraction minière et l’expansion du palmier à huile.

Cécile Cassier
1- Palawan Palm & Vegetables Oil Mills Inc.

2- Agumil Philippines Inc.

3- La pétition est disponible sur le site petitiononline.com

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
marseille42
26 mai 2012 - 0 h 00 min

Détruire, toujours détruire pour avoir davantage de fric dont les riches ne savent plus que faire. Ont-ils conscience que « les linceuls n’ont pas de poche » et que comme ceux qu’ils veulent chasser et à qui ils ôtent toute raison de vivre, sans omettre qu’avec l’environnement d’une région remarquable ils détruisent un bien qui appartient à l’Humanité, ils finiront bouffés par les asticots. Il faut un boycott international de l’huile de palme et des agrocarburants. Même d’agriculture bio, j’écarte systématiquement biscuits ou autres en contenant ou ne disant la nature du corps gras (si ce n’était pas de l’huile de palme, l’origine serait notée.)


opaque
27 mai 2012 - 0 h 00 min

ET peut on savoir à quels groupes pétroliers ou autres est revendue cette huile de palme, pour connaitre les marques à boycotter ?
le problème est toujours le même: l’absence de cordon ombilical visible entre le consommateur et des destructions environnementales à l’autre bout du monde que nous dénonçons vertueusement: qui a déjà réussi à boycotter un groupe pétrolier en ne mettant plus du gasoil « vert » ou de l’essence additivée aux huiles dans sa voiture ? vous ? moi ?
on oublie vite les conséquences écologiques du simple geste consistant à remplir son réservoir sans trop se poser de questions…car effectivement, si on s’en pose, des questions,il y a fort à parier qu’il faille s’appliquer dare dare à soi même une décroissance consumériste impressionnante, fusse t’elle militante.


thylacine
31 mai 2012 - 0 h 00 min

Virer la forêt « inutile » pour la remplacer par des plantations de palmiers à huile, source de cette précieuse « croissance » que nous envions tant aux pays asiatiques en plein « essor! Qu’y a-t-il de répréhensible à cela, puisque nous faisons la même chose tous les jours?
Nous remplaçons des prés par des champs de maïs, des praires naturelles bourdonnantes d’insectes par des déserts nitratés d’herbe à ensilage, des forêts riches et variées par des cultures d’arbres intensifiées, des zones de friches foisonnantes de vie par des zones industrielles et parkings de supermarchés, ou des décharges géantes, des prés de montagne sublimes par des pistes de ski lucratives, des jardins foisonnants par des pelouses stériles et tondues tous les 8 jours, des murs de pierres sèches et des maisons anciennes hébergeant de multiples formes de vie par des constructions de béton, de métal et de verre totalement inhospitalières, etc, etc… Chacun trouvera lui-même des tas d’exemples autour de lui, sur lesquels il peut avoir une action, s’il veut vraiment que cela change. Bien sûr, c’est plus difficile que de critiquer les comportement des autres, à l’autre bout du monde…



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
180

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS