Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Energie » Un projet industriel titanesque pour 15% de l’électricité européenne via le soleil
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  2. Laurent Wauquiez s’en va en guerre contre la nature
  3. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  4. Des aigles contre des drones
  5. Expositions des enfants aux substances toxiques


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Un projet industriel titanesque pour 15% de l’électricité européenne via le soleil

Le 13 juillet dernier pourrait avoir constitué un important virage dans notre manière de produire l’énergie qui nous est nécessaire. Douze entreprises majeures, essentiellement allemandes, ont en effet signé à Munich un accord visant à définir le plus important projet de production d’énergie jamais mis en place, tant quant à la production envisagée qu’aux investissements requis.

L’idée s’appuie sur le potentiel énergétique solaire des déserts d’Afrique du Nord. Pour Siemens, ‘Une surface de 300 kilomètres sur 300 kilomètres dans le Sahara, équipée de miroirs paraboliques suffirait pour couvrir les besoins en énergie de la planète entière’. Dans le cadre du consortium dénommé Desertec, un bureau d’études Desertec Industrial Initiative (DII) a été créé (1) pour élaborer, dans un délai de 3 ans, un schéma d’exploitation concret et les financements nécessaires à la construction d’un grand nombre de centrales solaires thermiques à concentration (2) interconnectées en Afrique du Nord. Ce bureau est également mandaté pour accompagner le lancement des préparatifs industriels de construction des centrales solaires thermiques interconnectées et réparties dans toute la région MENA.

A moyen terme, d’ici quinze ans, le but fixé est de produire suffisamment d’énergie pour couvrir environ 15 % des besoins européens en électricité et une ‘part considérable’ des besoins électriques des pays producteurs.


Ce point fait d’ailleurs réagir Solarworld, le numéro un de l’énergie solaire en Allemagne, qui craint que l’on mette en place un nouveau système de dépendance énergétique de l’Europe, dans des pays politiquement instables. A l’inverse, pour Torsten Jeworrek de Münchener Rück, une des sociétés partie prenante dans Desertec, ‘Nous poursuivons un projet visionnaire. S’il réussit, nous aurons apporté une très grande contribution à la lutte contre le changement climatique. Le potentiel écologique et économique est énorme.’

Economiquement, l’investissement est colossal avec une estimation s’élevant à 400 milliards d’euros sur quarante ans, se répartissant en 350 milliards d’euros pour la production d’énergie et 50 milliards pour son acheminement jusqu’en Europe via des lignes à haute tension.

Pascal Farcy
Illustration © DII

1- DII regroupe des sociétés principalement basées en Europe, au Proche-Orient et en Afrique du Nord (MENA) : ABB, ABENGOA Solar, Cevital, Deutsche Bank, E.ON, HSH Nordbank, MAN Solar Millennium, Münchener Rück, M+W Zander, RWE, SCHOTT Solar, SIEMENS. Voir le site.

2- Techniquement, les technologies solaires à concentration permettent de transformer le rayonnement solaire en chaleur à un niveau de température situé entre 400°C et 1200°C, avec un rendement supérieur à 70%. Pour cela les caractéristiques optiques et calorifiques des rayons solaires sont exploitées, en les concentrant grâce à des miroirs pour chauffer un fluide qui chauffe de l’air ou de l’eau. Cette eau ou air chaud sert ensuite à faire tourner une turbine génératrice d’électricité, laquelle est renvoyée directement sur le réseau électrique. Cette technologie permet de ‘lisser’ la production sur quasiment 24 heures, grâce à un stockage thermique pour faire tourner la turbine, et donc produire de l’électricité, de nuit. De par cette possibilité, le solaire à concentration ne présente pas le même inconvénient que l’éolien et le solaire classique, en permettant une relative adaptabilité aux variations de consommation électrique. Des centrales faisant appel à cette technologie existent déjà en Allemagne et en France

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
etpuisquoiencore
22 juillet 2009 - 0 h 00 min

Encore un projet pharaonique… pourquoi toujours proposer des solutions hyper centralisées alors qu’on sait bien que la déperdition d’énergie pendant le transport est importante? En outre on va encore s’installer chez les voisins pour produire de l’énergie; profitera-t-elle aus africains, d’ailleurs? Et si ce n’est pas le cas, quelle magnifique cible pour les mécontents, bien plus facile et moins risquée que de détruire des gisements de pétrole ou des centrales nucléaires…


Orodruin
23 juillet 2009 - 0 h 00 min

Franchement, c’est le dernier truc dont on avait vraiment besoin: devenir dépendant d’autres pays en énergie, comme si cela ne suffisait déjà pas qu’on soit dépendants pour le gaz et le pétrole. Alors qu’on pourrait équiper nos toits, en ville ou en campagne, de panneaux, compléter par du chauffage au bois et par les autres énergies renouvelables(éolienne, etc) et dépendre ainsi le moins possible des autres, on préfère encore et toujours remplir leurs poches! Tant qu’à y mettre des sous, commençons d’abord par équiper nous-mêmes notre pays! Zut alors!


simon34
23 juillet 2009 - 0 h 00 min

si ça pouvait à terme assurer l’indépendance énergétique de l’Afrique… Je ne vois pas ce qu’il y a de choquant à faire ça plutôt que nos chères centrales nucléaires franco-françaises…


Josemite
23 juillet 2009 - 0 h 00 min

Pourquoi en Afrique duu Nord et non en Espagne, en Italie ou simplement dans le sud de la France ? Qui va en profiter ? Et à quel prix ?


Linotte
24 juillet 2009 - 0 h 00 min

Sympa, cette carte ! Ca rappelle un peu la façon dont l’Afrique a été découpée par les puissances coloniales… Oh, en collaboration avec les démocraties locales, sans doute… peut-être… pas du tout… à la folie ?


claude reboul
24 juillet 2009 - 0 h 00 min

Et si après avoir capté toute cette chaleur du désert, on faisait la même chose en artique et en antartique afin de capter le froid pour nos climatiseurs, nos frigos et nos congélos. Il sufirait d’installer un colossal aspirateur au-dessus de chaque pôle et de véhiculer ce froid dans des frigoducs. Il y aurai juste une redevance minime à distribuer aux pingoins et aux manchots.


musico
27 juillet 2009 - 0 h 00 min

Je suis d’accord avec vous Orodruin et etpuisquoiencore ! Vos deux arguments se complètes.


Super
27 juillet 2009 - 0 h 00 min

Je me demandais où placer des panneaux solaires pour mes besoins sur le terrain. et je n’avais même pas pensé au pré du voisin, dites-vouair. Suis-je bête tout de même !


Bens
27 juillet 2009 - 0 h 00 min

…ou comment perpétuer la dépendance énergétique.

Alors qu’il faudrait plutôt décentraliser et débarrasser l’environnement des lignes à haute tension.

Complètement à contre-courant si je puis dire.



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
51

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS