Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Energie » Un futur noir : Shell autorisé à effectuer des forages dans l’Arctique
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  2. Laurent Wauquiez s’en va en guerre contre la nature
  3. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  4. Des aigles contre des drones
  5. Expositions des enfants aux substances toxiques


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999





MOTS CLÉS :





Un futur noir : Shell autorisé à effectuer des forages dans l’Arctique

Oil_platform

Lundi 17 août 2015, la compagnie anglo-néerlandaise, Shell, a finalement rempli les conditions pour pouvoir effectuer deux forages dans l’Océan Arctique pour la première fois depuis les deux dernières décennies.

Ceci est le résultat d’une longue aventure commencée en 2009, avec quelque 7 milliards de dollars, après que Georges W. Bush a accepté que Shell ait des concessions dans la Mer des Tchouktches. Les travaux ont été stoppés en 2012 suite à la perte de contrôle d’une plateforme, entraînant l’évacuation de 18 ouvriers et la dégradation d’un brise-glace. Suite à cet épisode, en 2013, le gouvernement d’Obama a retiré son autorisation – une autorisation rendue, sous condition, le 11 mai dernier. Ainsi lundi 17 Août un navire équipé d’un système permettant de fermer le puits en cas de besoin est arrivé sur la zone de forage, levant l’interdiction de creuser dans les couches pétrolifères sous-marines sur l’un des puits.

Cette quête polaire est un enjeu important pour Shell, car il est estimé que cette région abrite 13 % des ressources mondiales de pétrole non découvertes et 30 % de celles de gaz naturel. Cependant c’est un pari risqué pour l’environnement. Cette partie du globe est déjà fortement touchée par le réchauffement climatique – l’Arctique se réchauffe près de deux fois plus vite que le reste du globe – une marée noire serait un désastre. Or pour le ministère de l’Intérieur américain ce risque s’évalue à 75 % en cas d’exploitation pétrolière, le cas échéant les interventions de nettoyage seraient quasiment impossibles de par la difficulté du terrain.

Une telle décision d’Obama contraste avec sa politique gouvernementale et des annonces comme celle du 3 août dernier, où il avait offert de réduire de 32% d’ici 2030 les émissions de Co2 de la production électrique américaine. Cependant, dans une conférence de presse fin mai, le président justifiait son choix : il désir être autonome en matière énergétique. En dépit des dangers du forage dans cette zone, il expliquait qu’une telle solution est la meilleure pour l’Amérique. Avec les normes existantes et l’interdiction de faire fonctionner les deux plateformes en simultanées, il préfère produire du pétrole et du gaz sur le sol américain plutôt que de les importer, notamment en provenance de pays ayant de moins bons standards environnementaux que les États-Unis.

Un dernier mot qui me semble fort important, 4 millions de personnes sont chez elles en Arctique, leurs vies et leurs villes sont déjà menacées par la fonte des glaces, qu’adviendra-t-il de ces populations dans un avenir proche ?

Photo © Day Donaldson

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Marine (voir la biographie)
le 23 août 2015 à 06:31

62 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 2015
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
guy
26 août 2015 - 14 h 48 min

4 millions de personnes sont chez elles en Arctique <=== leur demande-t-on leur avis avant de procéder aux forages donc à la destruction de leur environnement ? Comme à Notre Dame des Landes, Sivens, Bure, les Bouillons près de Rouen, c'est le pot de terre contre le pot de fer comme dans la fable de la Fontaine.


Galante
26 août 2015 - 15 h 10 min

Un nouveau désastre annoncé!

Les décisions prises par M. Obama ne correspondent pas à ses paroles. Il reste attaché à l’indépendance énergétique de SA nation sans tenir compte de LA planète et des habitants de la zone.

Tant que l’EGO dominera le monde et ne sera pas remplacé par l’ECO de l’écologie, on en sortira pas…

En grec ancien, OIKOS (ECO) veut dire maison/habitat. Logos, la science, la connaissance. Ecologie: la connaissance de la maison…

OIKONOMÍA, l’économie, c’est la gestion, l’administration de la maison!

Pour bien administrer vaut mieux bien connaître!

Avec les décisions encore prises à l’heure actuelle (malgré les opinions de millions de citoyens du monde), jusque quand y-aura-t-il encore une maison suffisamment habitable pour TOUS les ÊTRES VIVANTS?

À se demander aussi si le rassemblement médiatique de décembre à Paris accouchera de sages décisions qui DEVRONT être concrétisées par TOUS les participants. L’espoir fait vivre…

Bel avenir sur notre magnifique Terre-Mère!


Dany
26 août 2015 - 18 h 18 min

Quand parlera-t-on de décroissance programmée !
QUEL RISQUE !!!
-  » Or pour le ministère de l’Intérieur américain ce risque s’évalue à 75 % en cas d’exploitation pétrolière, le cas échéant les interventions de nettoyage seraient quasiment impossibles de par la difficulté du terrain. »
—> 75%, c’est énorme !!!!
Paul Watson, au secours !!!


Gromit
27 août 2015 - 8 h 40 min

Le pétrole sera extrait jusqu’à la dernière goutte. Réchauffement climatique ou pas. Il y a tellement de fric à se faire pour certains, un train de vie à maintenir à tout prix… Et la politique aujourd’hui consiste à justifier le business malgré les enjeux écologiques.


veniventuri
27 août 2015 - 11 h 04 min

Pour approfondir la question au sujet de ce « passo doble » entre intentions vertueuses et intérêts supérieurs, je conseille à tous le livre éloquent (pour ne pas dire atterrant) de la journaliste d’investigation NAOMI KLEIN: « Capitalisme contre changement climatique, cela change tout » (ou pour l’édition française, le titre suivant: « Tout peut changer, capitalisme et … ». Profitez-en pour vous rendre sur son site, vous comprendrez que le combat pour préserver la planète est loin d’être gagné face à la main noire de la finance… de tristes personnages; un jour je l’espère, ceux-ci devraient être au moins poursuivis pour crimes contre la biodiversité (…contre l’humanité serait un peu excessif… quoique)


venturi
27 août 2015 - 14 h 42 min

Pour approfondir la question sur ce grand écart entre intentions vertueuses et intérêts supérieurs, je conseille vivement le plaidoyer éloquent (pour ne pas dire atterrant) de la journaliste d’investigation NAOMI KLEIN: « Capitalisme contre Changement Climatique, cela change tout ». Profitez-en pour vous rendre sur son site, vous comprendre que le combat pour la préservation de la planète doit être radical face à la Main Noire de La Finance Mondialisée, dont les représentants mériteraient à mes yeux d’être un jour poursuivis pour Crimes Contre la Biodiversité(… contre l’Humanité serait un peu excessif… quoique)


Laurenzerl
30 août 2015 - 9 h 38 min

et aux Lofoten, c’est pareil…


claudem
2 septembre 2015 - 21 h 52 min

il faut absolument interdire, mais les américains s’en foutent, rien ne compte plus que le pétrole, c’est extrêmement décevant de la part d’Obama. On s’en fiche des autres, seuls les intérêts US comptent
les autochtones doivent se lever et défendre leur cause, ils doivent bouger, alerter la communauté internationale


Antoine
5 septembre 2015 - 17 h 23 min

Ces politiciens quel que soient le pays, quel que soient le sujet sont désespérants !


Marine
28 août 2015 - 9 h 38 min

Bien sûr, sur quelle information?
-> le risques de marées noires évalué a 75%: http://www.boem.gov/uploadedFiles/BOEM/About_BOEM/BOEM_Regions/Alaska_Region/Leasing_and_Plans/Leasing/Lease_Sales/Sale_193/2015_0127_LS193_Final_2nd_SEIS_Vol1.pdf (en anglais, mais l’info est en page 156)

-> pour les ressources en Arctique: http://www.eia.gov/oiaf/analysispaper/arctic/#aongr (en anglais aussi, voir l’article intitulé: ‘Arctic Undiscovered Technically Recoverable, Conventional Oil and Natural Gas Resources’

Dites moi si vous en souhaitez d’autres!



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
2954

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS