Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Energie » Un dispositif transitoire pour les Certificats d’Economie d’Energie
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  2. Laurent Wauquiez s’en va en guerre contre la nature
  3. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  4. Des aigles contre des drones
  5. Expositions des enfants aux substances toxiques


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999





MOTS CLÉS :




Un dispositif transitoire pour les Certificats d’Economie d’Energie

Certificats économies d’Énergie

Certificats économies d’Énergie

Mis en place en 2006, les certificats d’économie d’énergie (CEE) constituent l’un des instruments de la politique de maîtrise de la demande énergétique. Leur but : inciter les vendeurs d’énergie à réaliser des économies d’énergie sous peine de taxes financières. Une période transitoire en attendant la troisième période des certificats d’économie d’énergie vient d’être mise en place par Delphine Batho, Ministre de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie. Le point sur ce dispositif.

Réaliser des économies d’énergie
L’enjeu de cette troisième période est clair : proposer des objectifs plus ambitieux en corrélation avec les intentions de la France en termes d’efficacité énergétique, notamment dans le cadre de la directive efficacité énergétique. Un dispositif qui devrait également permettre de contribuer à atteindre l’engagement de diviser par un facteur de 4 à 5 d’ici 2050 les émissions de CO2 pour limiter le réchauffement climatique.

Définis sur une période de trois ans, les certificats d’économie d’énergie obligent les vendeurs d’énergie appelés les
« obligés » (électricité, gaz, chaleur, froid, fioul domestique et nouvellement les carburants pour automobiles) à réaliser des économies d’énergie. Les objectifs des CEE ont augmentés progressivement : la première période (mi 2006 – mi 2009) a mis en avant une obligation d’économies d’énergie de 54 TWh, la seconde période triennale débuté le 1er janvier 2011 a affiché des objectifs d‘économies d’énergies de 345 TWh.

Pour réussir cet objectif, les « obligés » sont incités à promouvoir l’efficacité énergétique auprès des ménages, collectivités territoriales ou professionnels. Ces certificats peuvent être obtenus en finançant des travaux d’efficacité énergétique, en réalisant des économies d’énergie dans leurs propres bâtiments et installations mais aussi en achetant des certificats auprès de tiers, comme des factures de particuliers qui ont réalisé certains travaux (nouvelle chaudière plus économe, pompes à chaleur, isolation, etc.) Une pénalité libératoire de deux centimes d’euro par kWh manquant est appliquée en cas de non respect de ces obligations.

Développer les énergies renouvelables
Autre objectif soulevé par ce dispositif : favoriser le déploiement d’énergies renouvelables en France. Cela concerne les travaux liés au chauffage dans les bâtiments, sous certaines conditions spécifiques, quand les énergies renouvelables se substituent aux énergies fossiles. En effet, le texte prévoit que « l’installation d’équipements permettant le remplacement d’une source d’énergie non renouvelable par une source d’énergie renouvelable pour la production de chaleur consommée dans un local à usage d’habitation ou d’activités agricoles ou tertiaires donne lieu à la délivrance de CEE ».

Selon l’Ademe, les potentialités offertes ne sont pas négligeables : « Des appareils électroménagers efficaces (réfrigérateurs et machines à laver de classe A+) consomment jusqu’à deux fois moins d’énergie, la pose de vitrage isolant permet d’économiser 7 % de l’énergie de chauffage, une chaudière efficace 15 %, l’isolation des murs de 10 à 15 %, de la toiture de 10 à 20 %, l’installation d’un chauffe-eau solaire individuel ou d’une pompe à chaleur jusqu’à 70 % de la consommation d’énergie liée à la production d’eau chaude…»

La troisième période devrait démarrer le 1er janvier 2014. Les certificats d’économies d’énergie constituent un levier majeur de financement des investissements d’efficacité énergétique.

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Deborah (voir la biographie)
le 05 juin 2013 à 07:00

73 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 2013
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires

Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
1415

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS