Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Energie » Stockage et capture de CO2 : une fausse bonne idée ?
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Réduire l’impact environnemental des chats en ...
  2. Améliorer l’isolation de son logement par la ...
  3. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  4. La voiture électrique : pas totalement ...
  5. La filière éolienne de plus en plus puissante ...


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Stockage et capture de CO2 : une fausse bonne idée ?

Soutenu par le groupe Total, le projet de captage et de stockage d’une partie du CO2 issue de la centrale thermique située à proximité du gisement de gaz de Lacq dans les Pyrénées, vient de recevoir l’aval du gouvernement au grand dam des associations de protection de l’environnement. Pour celles-ci, en effet, cette technique présente de nombreuses contre-indications, potentiellement préjudiciables à l’environnement, qui réfutent son bien-fondé.

Comptant parmi les principales récriminations, le caractère énergivore du captage et stockage de CO2 (CSC) est particulièrement dénoncé. En effet, les opérations de capture, de transport et d’injection souterraine de CO2 nécessitent un apport énergétique important. De plus, outre l’augmentation du coût de l’électricité que cela implique, la CSC est une technologie incertaine dont les industriels, eux-mêmes, admettent qu’elle ne sera pas opérationnelle avant 2030. Et, quand bien même deviendrait-elle fiable, elle n’apporte aucunement de solution viable à grande échelle. De fait, selon l’Agence Internationale de l’Energie (AIE), il faudrait créer plus de 6 000 installations de CSC, dotée chacune d’une capacité d’enfouissement d’un million de tonnes de CO2 (120 000 tonnes de C02 pendant deux ans pour le projet précité), pour être en mesure de stocker seulement 20 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre.

Pour pragmatiques que soient les précédents arguments, c’est le concept même qui se révèle pour le moins imparfait. Destinée à « mettre sous le tapis » des résidus jugés indésirables, la technique de la CSC ne résout en rien le problème premier, à avoir l’émission de CO2 à la source. Il serait même présomptueux de parler de solution de moindre mal alors même que, dans le cas qui nous occupe, aucune étude indépendante n’a été financée par Total concernant les risques environnementaux liés à l’enfouissement du CO2. En l’absence de celle-ci, les associations environnementales entendent saisir la justice pour s’opposer à ce projet.

Cécile Cassier

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 08 juin 2009 à 12:00

3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
fred
11 juin 2009 - 0 h 00 min

il me semble avoir compris que nous ne disposerons pas de solution géniale, globale, unique, pour résoudre le problème du réchauffement climatique.

il me semble avoir également compris que le temps est compté et que nous n’en sommes plus à l’heure du débat sur ce qu’il convient de faire, mais à celles DES ACTIONS.

Etant donné la complexité du sujet, TOUTES les actions peuvent être mises en doute. Laissons donc agir ceux qui agissent même si toutes les actions ne s’avèreront pas efficaces.



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
41

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS