Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Energie » Shell abandonne ses opérations en Arctique… pour le moment
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
MSC

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Les voitures autonomes tiendront-elles la cote ?
  2. Les voitures les moins polluantes en 2017
  3. Isoler par l’extérieur ou l’intérieur ?
  4. Prime énergie : quelle marche à suivre pour ...
  5. Aquashell, le spécialiste des habitats flottants


Focus Sur
camping
Où camper en prenant soin de l’environnement ?

Le dossier du mois
ite-iti
La question d’isoler par l’extérieur ne se posait pas il y a 10 ans, ce procédé était encore assez peu connu, et les entreprises qui le mettaient en œuvre ne se contentaient pas de faire que cette prestation.Maintenant, l’isolation thermique extérieure a son acronyme, l’ITE, et ses spécialistes qui ne font que ces travaux toute l’année. S’ils sont si nombreux désormais, et si sectorisés, c’est que [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999





MOTS CLÉS :



Shell abandonne ses opérations en Arctique… pour le moment

Activistes à Kayak qui s'opposant au projet de forage de Shell en Arctique lors de la manifestation le 16 mai dernier à Seattle.

Opposants au projet de forage de Shell, en Arctique, lors de la manifestation du 16 mai dernier à Seattle

Une bonne nouvelle a illuminé ce début de semaine. Lundi 28 septembre 2015, Shell, la compagnie pétrolière anglo-néerlandaise, a annoncé la cessation de ses activités au large de l’Alaska.

Cette nouvelle intervient alors que le puits « Burger J », foré cet été à une profondeur d’environ 2 070 mètres, prouve bel et bien la présence de gaz et de pétrole mais en quantité insuffisante pour justifier une exploration plus profonde de ce gisement. Ainsi, conformément à la législation américaine, le puits sera scellé et abandonné.

Bien qu’une telle déception soit courante dans le secteur des hydrocarbures, Shell n’envisage pas, pour le moment, d’entreprendre d’autres explorations dans la mer des Tchouktches. Le communiqué de presse du groupe réaffirme néanmoins son intérêt pour cette partie du globe. En effet, malgré sa déception et son échec, Shell continue de croire en un potentiel fort pour la région. Un potentiel énergétique mais aussi géopolitique : la zone a de fortes chances de devenir un point d’importance stratégique pour les Etats-Unis.

Outre des résultats en deçà des espérances, Shell cite d’autres facteurs ayant eu un rôle dans son retrait de la course au Nord. Tout d’abord, les obstacles techniques dus aux conditions météorologiques et à l’éloignement qui rendent tout travail difficile dans cette zone. Le deuxième obstacle est dû aux législations environnementales dont la mer de Tchouktches fait l’objet et aux actions des groupes de défense de l’environnement. Quant au troisième, il est économique. Malgré les pertes que cette décision engendre pour le troisième trimestre de Shell, Denis Cosnard, journaliste au Monde, note que cette décision est en réalité peut-être plus due au bas prix du baril de pétrole. Les risques et la complexité de l’extraction ne seraient ainsi pas rentables compte tenu qu’après avoir cru à une remontée rapide des cours, les professionnels se préparent désormais à une longue période de prix bas.

Cependant si la défection de Shell est une bonne nouvelle, une demi-douzaine de pétroliers ont des vues sur l’Arctique. Aujourd’hui le russe Gazprom est le seul à exploiter le pétrole Arctique, mais l’italien ENI devrait commencer une exploitation dans les semaines à venir. Quant au groupe norvégien Statoil, il y exploite déjà un gisement gazier. De plus, l’Arctique est un réservoir énergétique tellement important (voir l’article Un Futur Noir : Shell autorisé à effectuer des forages dans l’Arctique) que l’on ne peut espérer que les compagnies pétrolières abandonnent leurs projets.

Photo © Daniella Beccaria/Daniella Beccaria/seattlepi.com

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Marine (voir la biographie)
le 03 octobre 2015 à 11:12

62 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 2015
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires




à lire aussi
     
Flux RSS