Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Energie » Reprise de la polémique autour des gaz de schiste
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  2. Laurent Wauquiez s’en va en guerre contre la nature
  3. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  4. Des aigles contre des drones
  5. Expositions des enfants aux substances toxiques


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999





MOTS CLÉS :









Reprise de la polémique autour des gaz de schiste

 

Les gaz de schiste suscitent la polémique

Les gaz de schiste suscitent la polémique

Au cœur du débat sur la transition énergétique, le gaz de schiste, l’énergie la plus controversée des dernières années et interdite en France depuis une loi de juin 2011, suscite polémiques et divisions au sein même du gouvernement. Entre le potentiel économique promu par certains et le risque écologique souligné par d’autres, la question reste très sensible.

Les faits
Ces derniers mois, le débat sur l’exploitation des gaz de schiste a été ravivé par les déclarations du ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg , qui s’est déclaré, à titre personnel, favorable à une exploitation « écologique » des gaz de schiste par une compagnie publique. François Hollande et le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault sont ensuite intervenus pour clarifier la position du gouvernement sur cette question. Dans son interview télévisée du 14 juillet, il a par ailleurs exclu l’exploitation du gaz de schiste pendant sa présidence.

Enjeu économique et stratégique
Pour de nombreux industriels du secteur, les gaz de schiste sont avant tout un potentiel économique colossal. Les réserves de ce gaz non conventionnel représentent un tiers du gaz mondial et 10 % du pétrole. En France, selon US Energy Information Administration, les estimations des réserves potentielles de gaz de schiste pour la France sont évaluées  à 3 900 milliards de m3 contre 5 100 milliards en 2011 (- 23 %). Mais ces chiffres aussi sont soumis à controverse.

Les États-Unis et le Canada l’exploitent depuis de nombreuses années. Dans le cas américain, cette énergie est un vivier d’emplois non négligeable avec près de 600.000 personnes qui travailleraient dans ce secteur en 2010. Autre point fort : l’indépendance énergétique et la baisse des coûts du gaz. Le gaz américain serait ainsi 3 fois moins cher que celui européen. Autant dire qu’en temps de crise, l‘argument ne passe pas inaperçu.

Risque écologique
Les principaux arguments mis en avant par les anti-gaz de schiste tiennent à la méthode utilisée pour les extraire puisque ce type de gaz nécessite une technique d’extraction différente du gaz naturel. En effet, la fracturation hydraulique, principal moyen connu pour extraire les gaz de schistes, implique une très grande quantité d’eau (entre 10.000 à 15.000 m3 par puits), mélangée à de nombreux produits chimiques et toxiques pour aller libérer le méthane coincé dans les roches, avec un risque très élevé de pollutions des nappes phréatiques et des rivières. Des évaporations de gaz dans l’atmosphère sont également possibles, accentuant les émissions de gaz à effet de serre.

Dans un rapport présenté en juin 2013, deux parlementaires, le député (PS) Christian Bataille et le sénateur (UMP) Jean-Claude Lenoir, à l’origine d’une étude sur les techniques alternatives d’extraction (pris en charge par L’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques (Opecst), affirment être en faveur d’une fracturation hydraulique « améliorée », et ce malgré l’interdiction actuelle. Le rapport final est prévu pour l’automne 2013. Le gaz de schiste n’a pas fini de faire parler de lui.

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Deborah (voir la biographie)
le 14 août 2013 à 07:00

73 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 2013
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
Michèle Scharapan
14 août 2013 - 16 h 16 min

Quand on sait quel désastre écologique cause cette  » politique » en Amérique, il faut vraiment n’ avoir aucun intérêt pour ceux qui habiteront cette planète après nous..
C ‘est vrai que la devise française c ‘est  » Après moi le déluge » sauf que celui ci risque d’ arriver avant « l’ après »..
La façon dont notre pays traite les animaux et l’ écologie, renseigne sur la hauteur de vue et la morale de ceux qui décident..


marchand
14 août 2013 - 20 h 36 min

Attention à l’argumentaire avancé sur les emplois; on ne peut pas copier/coller l’exemple américain. L’exploitation des hydrocarbures de schiste utilise très peu de main d’oeuvre locale. Ce sont des emplois spécialisés et les employés travaillent peu de temps sur site. De plus, si le nombre d’emplois est important aux Etats-Unis, c’est surtout en raison de toute l’industrie annexe qui s’est créée; fabrication de pipe-lines, de tubages (ceux qui sont insérés dans le sol, il en faut plusieurs km par forage), de machines, etc.
Attention aussi aux arguments farfelus concernant une exploitation « écologique » !! Les conséquences d’un forage de cette sorte sont désastreuses, exponentielles et durables.
Encore un point qui est avancé pour faire briller le miroir aux alouettes est la baisse du prix du gaz; il ne faut pas s’attendre à cela chez nous !!
je pourrais continuer longtemps comme cela .. renseignez-vous dans votre collectif local .. en tous cas refusons en bloc cette nouvelle idée faramineuse de destruction massive !
développons la conscience de notre consommation et les énergies propres !
Marie-Florence, coordinatrice du collectif Non au gaz et huile de schiste 47


moresmau
16 août 2013 - 13 h 53 min

Beaucoup trop succinct votre article. Il faut aller au feu maintenant avant que les lobbying intenses du monde pétrolier ne finissent par l’emporter et que soit autorisé l’exploitation des gaz de schiste par fracturation hydraulique seule technique disponible. Au fait ! En Seine et Marne les premiers forages commencent… En Amérique, les compagnies sont contraintes de forer de plus en plus vite pour maintenir leur rentabilité… et la bulle financière ne va pas tarder à exploser avec la stagnation des débits (2017…). Oui, il y a urgence pour ces compagnies de venir forer en France pour se faire aider par nos subventions… Nous, on a encore le temps de choisir autre chose comme énergie. Du courage !


Salaün
19 août 2013 - 11 h 13 min

Bonjour,
Pour se convaincre des méfaits des gaz de schiste, il suffit de visionner le film « Gasland » récemmant paru sur Arte.
Totalement édidifiant !
Il faudrait être fou pour persévérer dans une voie pareille.


rheun
20 août 2013 - 11 h 24 min

Quand-est-ce qu’on parlera du coût exact des énergies?


yannIDAE
21 août 2013 - 18 h 48 min

les arguments contre les GDS ne se limitent pas à a fracturation, mais aussi au modèle de développement que l’on entend suivre dans les années avenir : doit-on continuer dans les combustibles fossiles, ou se tourner vers des énergies moins polluantes ? Sans compter les routes, pistes, puits, camions, citernes nécessaires pour extraire le gaz du sol…



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
4047

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS