Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Energie » Recycler le silicium des microprocesseurs pour des panneaux solaires
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Réduire l’impact environnemental des chats en ...
  2. Améliorer l’isolation de son logement par la ...
  3. La voiture électrique : pas totalement ...
  4. La filière éolienne de plus en plus puissante ...
  5. Inondation et pesticides : qu’en est-il ?


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Recycler le silicium des microprocesseurs pour des panneaux solaires

Comme pour de nombreuses ressources minières, les réserves de silicium sont déjà bien entamées et inquiètent les industriels qui en utilisent pour fabriquer des microprocesseurs ou des panneaux solaires photovoltaïques (la technique dédiée à la production d’électricité par opposition au solaire thermique). Pour cette raison, l’annonce par IBM du développement d’une technique de recyclage des wafers (1) qui ne passent pas les contrôles qualité tombe à pic. Charles Bai, directeur financier du chinois ReneSola un des leaders asiatiques du solaire, considère en effet que ‘Le principal problème qui se pose aujourd’hui est le manque de matière première. C’est pourquoi nous devons désormais nous tourner vers les fabricants de semi-conducteurs pour récupérer du silicium et augmenter notre production.’



Une cellule photovoltaïque en main, Charles Bai, dirigeant de ReneSola, avec Michelle Bolz, l’un des ingénieurs d’IBM à l’origine de la technique de recyclage des galettes de silicium.


L’avantage de la solution proposée par IBM est lié à l’effacement des données sensibles qui sont présentes sur les wafers, de façon à ne pas compromettre la propriété intellectuelle des industriels qui les incorporent dans les téléphones portables, ordinateurs et autres consoles de jeu.

Après le centre de production IBM de Burlington, où cette technique a permis d’économiser près d’un demi-million de dollars en 2006 (prévision de 1,5 million d’économie pour 2007), le géant américain va étendre le procédé à ses différents sites de productions de microprocesseurs, le prochain devant être celui d’East Fishkill, près de New-York.

Dans un marché qui atteint 250 000 wafers produits chaque jour (2), IBM envisage à terme de proposer, sous forme de licence, sa technique aux autres acteurs du marché du microprocesseur, ce qui permettrait d’envisager le recyclage des 3,3 % de galettes défectueuses qui sont mises au rebut sans traitement.

Le recyclage de ce volume de wafers, et la récupération de silicium qui en découlerait, représenterait, selon IBM, un potentiel de 13,5 mégawatts d’énergie solaire auxquels il convient d’ajouter de 30 à 90 % de baisse de la facture énergétique de la fabrication des cellules photovoltaïques.

Alex Belvoit
Photo © IBM

1- Un wafer est une galette de matériau semi-conducteur sur lequel on élabore microprocesseurs ou modules de mémoire.

2- Source : Semiconductor Industry Association, qui représente les intérêts du secteur.

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 31 octobre 2007 à 12:00

3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
Pimak
5 novembre 2007 - 0 h 00 min

Voici ce que l’on peut lire à propos du silicium sur Wikipedia.
Le silicium est un élément chimique de la famille des cristallogènes, de symbole Si et de numéro atomique 14. C’est l’élément le plus abondant sur la Terre après l’oxygène (27,6%). Il n’existe pas à l’état libre mais sous forme de composés : sous forme de dioxyde, la silice (dans le sable, le quartz, la cristobalite, etc . . .) ou de silicates (dans les feldspath, la kaolinite, etc).

Le nom dérive du latin silex, ce qui signifie caillou ou silex.


brunochaumontet
7 novembre 2007 - 0 h 00 min

Bravo Pimak d’avoir révèlé cette absurdité : « Comme pour de nombreuses ressources minières, les réserves de silicium sont déjà bien entamées  »

Le silicium est extrait de l’oxyde de silicium, la silice : le sable.

Comment croire à la démocratie quand on voit l’incompétence de ceux qui font l’opinion.

Bruno


alex
8 novembre 2007 - 0 h 00 min

Il n’est pas inutile de se renseigner un peu avant de dire n’importe quoi et d’accuser. Le silicium est une matière rare, on peut même dire très rare et qui n’existe pas en tant que tel à l’état libre, même s’il provient de matériaux très répandu.
A ma connaissance, le silicium a été isolé pour la première fois au XIXe siècle. Par ailleurs, ce qui fait la rareté du silicium, dont les professionnels se plaignent, c’est notre aptitude à en produire d’une très grande pureté, pour satisfaire aux usages auxquels on le réserve :
- silicium métallurgique : pur à 99%,
- silicium de qualité solaire : pur à 99.9999%,
- silicium de qualité électronique : pur à 99.99999999%.
Une telle pureté demandent une importante quantité d’énergie, ce qui fait que l’on considère généralement qu’un panneau solaire photovoltaïque ne présente un bilan écologique positif qu’au bout de 3 à 4 ans de fonctionnement.
Alex



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
1722

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS