Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Energie » Réacteur nucléaire EPR : des déchets sept fois plus radioactifs
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  2. Laurent Wauquiez s’en va en guerre contre la nature
  3. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  4. Des aigles contre des drones
  5. Expositions des enfants aux substances toxiques


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Réacteur nucléaire EPR : des déchets sept fois plus radioactifs

Alors que la polémique ne désemplit pas suite à l’annonce de la construction d’un second réacteur nucléaire EPR, les organisations environnementales s’inquiètent de la haute radioactivité des déchets qui en résulteront. En effet, selon une étude menée par Nagra, association nationale suisse pour le stockage des déchets nucléaires, et un récent rapport paru en 2008, œuvre d’une société finlandaise de gestion des déchets radioactifs, Posiva, cette nouvelle génération de réacteurs coïnciderait également avec une nouvelle génération de déchets. Un changement loin d’être positif si l’on croit les résultats de ces travaux, les déchets produits par ce nouveau système devant être sept fois plus radioactifs que ceux générés par leurs prédécesseurs.

D’après Greenpeace, cette radioactivité accrue s’expliquerait par le fait que le combustible nucléaire reste beaucoup plus longtemps dans le réacteur, d’où une usure, qualifiée de « burn-out », et une radiotoxicité intensifiées.

Plus inquiétant, toujours selon l’organisation internationale, ni la France, ni la Finlande qui accueille, elle aussi, la construction d’un EPR, ne disposent d’un site susceptible de gérer des combustibles aussi irradiés. Ce constat vaut également pour l’ensemble des pays s’étant portés acquéreurs d’un équipement nucléaire semblable, parmi lesquels comptent déjà le Royaume-Uni, les Etats-Unis ou encore l’Inde. Pourtant présentée comme la plus performante au monde, même l’usine de la Hague d’Areva ne saurait faire face à la prise en charge de ces déchets, dont le traitement « générerait des rejets de radioéléments beaucoup plus élevés qu’à l’heure actuelle ».

Alors que la gestion des déchets nucléaires classiques s’impose déjà comme un épineux problème auquel est confrontée l’industrie nucléaire, ces nouvelles constructions résonnent comme de nouvelles impasses.

Pour l’heure, les frais et les délais de construction ne cessent de s’allonger. Ainsi, alors que le chantier français du premier EPR, prévu à Flamanville (Manche) affiche un dépassement budgétaire de 20 %, le gouvernement a annoncé son intention de faire construire un deuxième EPR dans la commune de Penly, située en Seine-Maritime. La Finlande n’est pas mieux lotie, le prix du réacteur, initialement fixé à 3 milliards d’euros, étant passé à 5,5 milliards d’euros. Par ailleurs, aux dires de Greenpeace, TVO, l’opérateur finlandais acquéreur de l’EPR, réclamerait 2,4 milliards d’euros à Areva en compensation des quelque 38 mois de retard accumulés jusqu’à ce jour.

Cécile Cassier

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
thylacine
5 février 2009 - 0 h 00 min

Dans le sujet « fertilisation des océans », je parlais de fuite en avant. Encore un bel exemple: on construit ces saloperies de centrales nucléaires (alors que tout le monde n’a à la bouche que les mots d’énergies douces, propres, renouvelables… quelle tartufferie!), mais on ne sait pas ce qu’on fera des déchets, toxiques pour des milliers ou des millions d’années. On ne sait d’ailleurs déjà pas où mettre ceux des centrales précédentes. On ira les balancer plus ou moins en catimini dans des endroits où il n’y a pas trop de monde pour protester, par exemple dans des secteurs jusqu’ici préservés. Ce n’est pas la flore ou la faune survivantes qui feront des manifs… Bref on verra après. Pour l’instant fonçons, surtout sans remettre en question nos agissements…


lupus
7 février 2009 - 0 h 00 min

Comme quoi les termes « développement durable » ou « grenelle de l’environnement » sont bien des tartes à la crème. A quoi bon trier nos déchets par exemple si par ailleurs on autorise des industriels et l’armée à pourrir l’environnement avec le nucléaire.


opaque
10 février 2009 - 0 h 00 min

Moi je sais quoi faire des nos futurs déchets nucléaires 7 fois plus radioactifs que nos élus de droit crétin ont décidés de lèguer une fois de plus à nos enfants, dans le but sans doute de permettre à 7 millions de futures voitures électriques de rouler bientôt sur nos belles routes nationales (7); les remblais de nos belles chaussées remplaceront donc bien aisément des centres de retraitements (en) bidons:N’est ce pas une bonne idée que de traiter le problème à sa source ? évidemment, si les centrales nucléaires ne faisaient pas caca,on n’en serait pas là à gamberger entre ingénieurs pour que la saleté ne se voit pas.


Nanou
15 février 2009 - 0 h 00 min

Pour voir comment la France gère déjà « avec brio » les déchets nucléaires, visionnez le reportage de France 3 à cette adresse :
http://programmes.france3.fr/pieces-a-conviction/51415247-fr.php

Cela fout les jetons…



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
45

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS