Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Energie » Radioactivité des centrales nucléaires : les contrôles d’EDF épinglés
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  2. Laurent Wauquiez s’en va en guerre contre la nature
  3. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  4. Des aigles contre des drones
  5. Expositions des enfants aux substances toxiques


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Radioactivité des centrales nucléaires : les contrôles d’EDF épinglés

En France, l’environnement proche et les rejets des centrales nucléaires font l’objet d’une surveillance théoriquement régulière et efficace de la radioactivité, assurée par des laboratoires internes aux différents sites.

Si jusqu’alors ces laboratoires officiaient sans avoir à rendre spécifiquement de compte sur la pertinence de leurs mesures, l’Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN) a rendu obligatoire, à compter du 1er janvier 2009, leur agrément. Or, lors du traitement des demandes d’agrément des laboratoires d’EDF, au cours du second semestre 2008, l’ASN a mis en évidence des écarts méthodologiques dans les procédures de mesure de la radioactivité dans l’environnement. En conséquence, l’ASN a refusé le 16 décembre dernier les nouvelles demandes et suspendu la presque totalité des agréments (1) en cours… Ainsi, depuis près d’un mois, ces laboratoires ne sont plus agréés pour les mesures de tritium et de radioactivité bêta dans l’eau et dans l’air, entre autres.

Toutefois, officiellement, cette situation n’équivaut pas à une absence de surveillance de la radioactivité autour des centrales nucléaires, l’ASN rappelant que l’Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire (IRSN) effectue une surveillance liée à la radioactivité sur l’ensemble du territoire français et donc autour des centrales nucléaires. D’autre part, il appartient théoriquement à EDF, exploitant des centrales nucléaires françaises, de sous-traiter les mesures de la radioactivité dans l’environnement à des laboratoires agréés, tant que ces propres opérateurs sont déficients.

Cela dit, on peut s’étonner du fait, qu’en France, ce soient les exploitants, en l’occurrence EDF, qui effectuent eux-mêmes la surveillance de l’environnement autour de leurs installations nucléaires. Pour une industrie qui n’a pas pour qualité première sa transparence, une telle situation apparaît très paradoxale, d’autant que les contrôles opérés par EDF présentent des défaillances au regard de l’ASN.

D’autre part, bien que ces décisions de l’ASN soient bien reçues par les associations antinucléaires, celles-ci déplorent le manque de communication qui prévaut. En effet, si le réseau Sortir du Nucléaire, à l’origine de cette révélation, a pu les trouver sur le site internet de l’autorité, leur présence ne fait l’objet d’aucune information visant à les présenter ou, mieux, à les mettre en avant, poussant l’association à considérer qu’il s’agit d’une ‘forme de transparence invisible’.

Pascal Farcy
1- Refus d’agrément pour les mesures de l’indice d’activité bêta global et du tritium dans les eaux : toutes les centrales nucléaires françaises, y compris l’ex-surgénérateur Superphénix (actuellement en cours de démantèlement). 

- Refus d’agrément pour les mesures de l’activité du tritium dans l’air : toutes les centrales à l’exception de celles de Bugey (Ain), Chooz (Ardennes), Dampierre en Burly (Loiret) et Fessenheim (Haut-Rhin).

- Refus ou suspension d’agrément pour les mesures de l’indice d’activité bêta global des aérosols sur filtre : toutes les centrales nucléaires sont concernées.

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 13 janvier 2009 à 12:00

3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
denlaf
15 janvier 2009 - 0 h 00 min

Les combustibles utilisés dans les réacteurs nucléaires se classent dans la même catégorie que le gaz naturel,le pétrole et le charbon. Ce sont tous des combustibles fossiles dont on doit diminuer considérablement la consommation avant de les abandonner définitivement. On doit privilégier les énergies renouvelables comme l’éolien,le photovoltaïque,l’hydroélectricité,la biomasse,etc. .Voir mes articles sur le blog : http://www.denis-laforme.over-blog.com


thylacine
15 janvier 2009 - 0 h 00 min

Comment peut-on imaginer laisser faire des contrôles par l’organisme qui est contrôlé! Ce serait risible si ce n’était pas si grave. Cela démontre, s’il en était besoin, l’hypocrisie et la désinformation qui entoure le nucléaire, sujet sensible… Non seulement il est évident que, sur un tel sujet, le contrôleur doit être indépendant, mais il devrait être lui même contrôlé, afin de s’assurer de sa réelle indépendance; il est si facile d’exercer des pression, quand on a les moyens…
Denlaf, je ne suis pas tout à fait d’accord: les combustibles nucléaires ne peuvent pas se classer dans la même catégorie que le gaz ou le pétrole, car la dangerosité et la durabilité des déchets engendrés sont très différentes et difficilement comparables… On ne devrait d’ailleurs pas appeler ça des « combustibles », puisqu’il n’y a pas de combustion…


simon34
16 janvier 2009 - 0 h 00 min

denlaf l’uranium n’a rien à voir avec un combustible fossile… ceci dit pour le reste je suis d’accord.



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
42

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS