Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Energie » Projet de séquestration de CO2 dans le sous-sol pyrénéen
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  2. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  3. Laurent Wauquiez s’en va en guerre contre la nature
  4. Des aigles contre des drones
  5. Expositions des enfants aux substances toxiques


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Projet de séquestration de CO2 dans le sous-sol pyrénéen

Total travaille actuellement à un projet de captage puis de stockage du CO2 à proximité du gisement de gaz de Lacq, dans les Pyrénées. Après deux ans d’études et de préparation, cette séquestration du CO2 devrait être opérationnelle dès 2008 et devenir ainsi la première expérience française en la matière.

Le procédé retenu va nécessiter la conversion en oxycombustion (1) d’une des cinq ‘chaudières de vapeur’ existantes de la centrale thermique exploitée sur le site de production de Lacq. Les émissions de CO2 de cette chaudière seront captées puis comprimées, avant d’être injectées dans des réservoirs de gaz déplétés de la région de Lacq. Selon Total, ce système pourrait, sur 2 ans, permettre de capter puis stocker 150 000 tonnes de CO2.


Ce pilote, qui devrait démarrer en 2008, après deux ans d’études et de préparation, est le projet le plus important de ce type au niveau mondial. A terme, pour l’industriel, il doit permettre d’améliorer la maîtrise de la filière oxycombustion, notamment en vue de l’extraction, à des fins pétrolières, des sables bitumeux de l’Athabasca au Canada et pour évaluer l’intérêt du site de Lacq comme lieu de stockage pérenne de CO2.

Localement, la fédération des associations de protection de la nature du Sud-Ouest, par la voie de Daniel Delestre, considère que ’La priorité des associations n’est pas le stockage des gaz à effet de serre mais bien leur réduction et vite ! Par ailleurs, nous ne souhaitons pas qu’après avoir pollué l’air, l’eau et le sol, l’on s’attaque maintenant au sous-sol pour y mettre des poches de gaz notamment. Nous ne souhaitons pas léguer à nos enfants une grenade dégoupillée qui pourrait exploser sous leurs pieds !’.

Ainsi, lors des trois réunions publiques organisées par Total sur ce projet, les 15, 20 et 28 novembre respectivement à Jurançon, Pau et Lacq (2), les débats pourraient être animés.

Pascal Farcy
Illustration animée © Total

1- Encore au stade de démonstration, cette technique permet de produire un gaz de combustion très concentré en CO2 (de 80% à 90 % en volume).

2- Jeudi 15 novembre 2007

20h – Maison pour Tous à Jurancon

- Mercredi 21 novembre 2007

20h – Auditorium du Palais Beaumont à Pau

- Lundi 26 novembre 2007

20h – Salle du Conseil de la Communauté de Communes de Mourenx à Lacq

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
philrich123
11 novembre 2007 - 0 h 00 min

A première vue je suis contre, cela fait trop penser aux différents déchets que l’on enfouis ou que l’on balance dans la mer.
Mais après réflexion, le CO2 produit par le hommes vient en très grande partie de « l’énergie fossile », donc du sol. Alors pourquoi ne pas renvoyer cela dans le sol ? (c’est juste un raisonnement simpliste).
La VRAI QUESTION est: qu’on a y gagner les pétroliers? Il ne faut pas oublier que ces gens là cherchent à étouffer dans l’oeuf toute recherche visant à utiliser une autre source d’énergie que celle fournie par eux. Est ce qu’ils voient là dedans une façon de redorer le blason du pétrole , j’en doute. L’extraction des sables bitumineux du canada a déjà commencé (si je ne me trompe pas), alors je me demande bien: POURQUOI (Réellement) SE DONNENT-ILS DU MAL POUR FAIRE CELA ?


Alain
12 novembre 2007 - 0 h 00 min

L’argument avancé par certains, disant « qu’ils ne veulent pas une grenade dégoupillée sous les pieds de leurs enfants », ne tient pas, si grenade il y avait, c’était certainement avant qu’on extraie le gaz de Lacq. Qu’ont ils a y gagner ? Oui ils vont redorer leur blason avec cette opération, ils vont acquérir de la technicité, du savoir faire, qui les rendra plus compétitifs ! En tout cas, ils commencent à s’investir dans le sens de l’histoire, même si la solution n’est peut être pas la meilleure. On ne peut pas le leur reprocher, les aider à planter un arbre par tonne enfoie dans la terre aiderait encore plus……


manuel
17 novembre 2007 - 0 h 00 min

Si on veut bien lire le rapport du GIEC, il est urgent d’agir!!!:en réduisant nos consommations, en vivant autrement mais AUSSI en stockant du CO2. L’écologie ce n’est pas de dire toujours non à tout!!! Quand je vois que des associations soit disant écolos sont CONTRE les éoliennes en Corse où l’électricité est produite à 70% par des centrales au fuel; c’est à désespérer…


christophe1007
18 novembre 2007 - 0 h 00 min

On ne prend pas garde au méthane, 22 fois plus efficace que le CO2 pour l’effet de serre. Ce gaz est bien séquestré dans le sol, laissons-le! Au cours de son exploitation, on en laisse s’échapper de 5 à 10%, c’est plus de dégat que le CO2 de la combustion(rappelons que les méthaniers transportent du gaz liquide en ébullition!). Le charbon est souvent plus dangereux par le gaz associé(le grisou est du méthane à 90%), presque toujours rejetté, que par le CO2 produit.
Pour le gaz de Lacq, c’est une amélioration de stocker le CO2, mais à quel prix!
-Fabrication d’02 par distillation d’air liquide.
-Modification de la chaudière pour l’oxycombustion.
-Purification et compression du CO2.
-Injection du CO2, avec risques de dégagement de résidus de gaz naturel dans l’atmosphère…
Est-ce que le gaz ainsi relargué ne sera pas plus dangereux pour l’effet de serre que ne l’aurait été le CO2 séquestré?



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
51

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS