Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Energie » Projet de méga-barrage au Brésil : une nouvelle catastrophe annoncée ?
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  2. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  3. Laurent Wauquiez s’en va en guerre contre la nature
  4. Des aigles contre des drones
  5. Expositions des enfants aux substances toxiques


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Projet de méga-barrage au Brésil : une nouvelle catastrophe annoncée ?

Présenté par ses promoteurs comme une réponse aux besoins énergétiques croissants du Brésil, le projet de méga-barrage de Belo Monte s’avérerait un désastre environnemental et social s’il venait à voir le jour. Selon l’organisation ICRA International, la construction de ce complexe risque d’inonder 160 000 hectares de forêt vierge, détruisant par là-même les habitats d’innombrables espèces propres à l’Amazonie, et pourrait affecter des centaines de kilomètres du fleuve Xingu. Mais surtout ce barrage implique le déplacement de plus de 40 000 personnes, dont des communautés issues de 18 groupes ethniques dépendant du Xingu pour leur subsistance. Le risque économique est lui aussi conséquent, le gouvernement ayant eu recours à des fonds publics pour l’essentiel des 16 milliards de dollars d’investissement. Or, selon ICRA, le Belo Monte serait l’un des barrages les moins efficaces du Brésil, opérant à seulement 10 % de sa capacité en saison sèche de juillet à octobre.

Partageant le point de vue des experts et responsables politiques ayant étudié le projet, qui y voient une catastrophe annoncée, Abelardo Bayama Azevedo a renoncé à la mi-janvier à son poste de président de l’agence environnementale brésilienne. Ce n’est malheureusement pas le premier à plier sous la pression des promoteurs de Belo Monte, son prédécesseur ayant démissionné l’année passée pour le même motif, de même que le ministre brésilien de l’Environnement.

Ces réticences n’ont, toutefois, pas réfréné les ambitions des entreprises appelées à tirer bénéfice de ce projet. Celles-ci souhaitent, en effet, faire démarrer les travaux dans les semaines à venir. Société qui devrait tirer le plus de profit de Belo Monte, Eletronorte demande que le permis de construire soit accordé même si le projet ne répond pas aux normes environnementales.

Si la pression politique sort victorieuse, la construction du complexe Belo Monte pourrait démarrer dès février. Selon ICRA, le ministre brésilien de l’Energie et des Mines, Edson Lobão, a affirmé que le permis devrait être accordé très prochainement. Appelant à une prise de conscience de la communauté internationale, les ONG Avaaz (1) et International Rivers (2) ont mis en place des pétitions internationales sur leurs sites Internet respectifs.

Cécile Cassier
1- Pétition sur le site de Avaaz.

2- International Rivers soutient les communautés locales dont le travail consiste à protéger leurs fleuves et bassins fluviaux. Sa mission est de militer pour l’arrêt des projets d’aménagement fluviaux destructeurs et d’encourager le recours à des méthodes équitables et durables pour satisfaire les besoins en eau, en électricité et en matière de gestion des crues. Son site est le suivant : www.internationalrivers.org (en anglais) ou pour signer directement la pétition.

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 04 février 2011 à 12:00

3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
opaque
6 février 2011 - 0 h 00 min

Et qui c’est qui va boycotter illico les importations de bon carburant vegétal pour ses petites autos, de bon soja pour ses vaches et devoir renoncer à ses vacances à RIO? le français, vous dis-je, le français qui n’y peut rien si la foret vierge disparait aussi vite que les besoins des brésiliens augmentent.
mais comme dirait notre hyper président,c’est aux multinationales de se déterminer elles mêmes, dans les pays qu’elles ont choisi (surtout quand elles sont françaises, comme c’est le cas dans plusieurs autres projets de déforestation de l’amazonie )


thylacine
6 février 2011 - 0 h 00 min

Si ce barrage ne se fait pas, un autre se fera… Et l’engloutissement de milliers d’hectares est toujours une « catastrophe »…
Le problème est la croissance des besoins énergétiques de l’humanité. Peut-on (veut-on) stopper cette appétit pantagruélique, cette fringale insatiable?
Tant qu’on l’appellera « progrès », je ne vois pas vraiment de raison de le croire…



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
62

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS