Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Energie » Précarité énergétique : le gouvernement observe…
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Réduire l’impact environnemental des chats en ...
  2. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  3. Améliorer l’isolation de son logement par la ...
  4. La voiture électrique : pas totalement ...
  5. La filière éolienne de plus en plus puissante ...


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Précarité énergétique : le gouvernement observe…

Selon le ministère de l’écologie, 3,4 millions de ménages français seraient en situation de précarité énergétique, à savoir qu’ils consacrent plus de 10 % de leurs ressources financières à leurs factures énergétiques. D’après le rapport sur la précarité énergétique de 2009, 87% de ces ménages sont logés dans le parc privé et 62% d’entre eux sont propriétaires du logement qu’ils occupent.

Face à cette situation qui ne cesse de s’aggraver, le gouvernement a mis en place hier mardi un Observatoire de la précarité énergétique. Cet Observatoire, composé d’acteurs de la solidarité, de l’énergie et du logement (1), a pour mission de mesurer l’évolution du phénomène et d’assurer le suivi des aides financières publiques et privées apportées aux ménages précaires.

Pour la Confédération de la Consommation, du Logement et du Cadre de Vie (CLCV), les consommateurs « n’ont pas besoin d’un énième observatoire mesurant des phénomènes de précarité, mais de moyens concrets pour les prévenir ». Par un communiqué de presse, la CLCV a réitéré sa proposition de création « d’un global de solvabilisation des ménages, qui s’appliquerait à l’ensemble des services essentiels (eau, électricité, gaz, ADSL…). Ce dispositif unique se substituerait à l’ensemble des tarifs sociaux existants, ce qui simplifierait les choses et pourrait être moins onéreux à financer. ». Il est vrai qu’une simplification ne serait pas un luxe, car selon Eric Besson, le ministre en charge de l’énergie, sur les 800 000 ménages éligibles au tarif social, seuls 300 000 en bénéficient réellement, du fait de la complexité du système.

En parallèle de l’annonce de la création de l’Observatoire, le ministère de l’énergie a annoncé une augmentation de 5% des tarifs du gaz au 1er avril prochain. Avec un baril de pétrole qui progresse à plus de 100 dollars et une hausse de 5 % du tarif de l’électricité en juillet prochain, nul doute que ce nouvel Observatoire ne va pas chômer.

Comme lot de consolation, Eric Besson a tout de même annoncé la mise en place « avec GDF SUEZ d’une prime à la casse des chaudières ancienne ». Cette prime pourra aller jusqu’à 250 euros par foyer. De même, une augmentation de 20% du rabais social est prévue. Selon le ministre : « Pour un foyer de 4 personnes qui se chauffe au gaz, la réduction annuelle passera ainsi de 118 euros à 142 euros, soit un rabais supplémentaire de 24 euros. »

Michel Sage
1- Membres permanents de l’Observatoire :

- Les services du Ministère de l’Ecologie, du développement durable, des transports et du logement et du Ministère de l’Economie, des finances et de l’industrie

- L’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (ADEME)

- L’Agence nationale de l’habitat (Anah)

- L’Association des régions de France (ARF)

- Electricité de France (EDF)

- FNCCR (La Fédération Nationale des Collectivités Concédantes et Régies)

- La Fondation Abbé Pierre pour le logement des défavorisés

- GDF Suez

- Le Haut comité pour le logement des personnes défavorisées (HCPLD)

- Le Médiateur national de l’énergie (MNE)

- L’Observatoire national de la pauvreté et de l’exclusion sociale (ONPES)

- Le Plan Bâtiment Grenelle

- L’Union Nationale des Centres Communaux et Intercommunaux d’Action Sociale

(UNCCAS)

- L’Union sociale pour l’habitat (USH)

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 02 mars 2011 à 12:00

3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
Josemite
3 mars 2011 - 0 h 00 min

Ce n’est pas avec un observatoire qui va constater ce que tout le monde sait que les gens vont arriver à se chauffer. Encore de l’argent jeté par les fenêtres. De plus le gaz augmente d’à peine 5 % début avril !


parkerbol
3 mars 2011 - 0 h 00 min

Un observatoire pour placer des amis, c’est sûr. Comme ça ils sont bien au chaud pendant que les petites gens se les pèlent.
L’idée d’une prime à la casse des chaudières n’est pas bête mais ce n’est pas ça qui fera que les logements consommerons moins.
Une majorité de E à G en terme de consommation énergétique, c’est là qu’il faut trouver une solution.
Mes parents ont une maison passoire et faire des économies d’énergie, compter 20000€ de vitrage et d’isolation … ils sont à la retraite, qui peut payer ce type de facture ???
Au lieu d’investir dans des EPR qui coûtent des fortunes, on pourrait rénover des milliers de maisons pour le même montant et baisser d’un coût les besoins énergétiques du pays. A méditer … ou à observer de … loin …


clapier
3 mars 2011 - 0 h 00 min

Les 160 000 000€ dépensés pour l’avion d’un seul homme auraient permis à combien de précaires d avoir un peu de confort. Sans parler de tous les autres abus. Il faudrait un observatoire pour cela aussi


sophie des noisettes
3 mars 2011 - 0 h 00 min

Est-il juste que l’ électricité ( entre autre ) soit moins taxée en Corse, île méditerranéenne qui jouit donc d’ un climat ad-hoc, que en Haute-Savoie ou ds le Jura ou ds le Morvan, par exemple où il faut se chauffer sérieusement plus de 6 mois de l’ année?!…


fred
6 mars 2011 - 0 h 00 min

Et ceux qui sont obligés de prendre la voiture pour aller travailler (15 millions tous les matins entre 7H et 9H), et qui doivent payer une facture de plus en plus élevée à la station service, ils sont en situation de quoi ? On les observe aussi ?


NATUROC
10 mars 2011 - 0 h 00 min

Les économies d’énergie sont notre SEULE source d’énergie en France. La priorité est donc l’isolation des bâtiments, à commencer par les murs, et non les fenêtres. Cela fera concourera à améliorer notre indépendance et notre balance commerciale en réduisant fortement nos importations en gaz, pétrole, uranium, notamment. Etant davantage indépendant, la France serait mieux placé pour faire entendre sa voix.



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
54

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS