Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Energie » Pompes à chaleur, les consommateurs sont les ‘dindons de la farce’
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  2. Laurent Wauquiez s’en va en guerre contre la nature
  3. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  4. Des aigles contre des drones
  5. Expositions des enfants aux substances toxiques


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Pompes à chaleur, les consommateurs sont les ‘dindons de la farce’

Pour faciliter l’accès aux équipements les plus performants d’un point de vue énergétique, l’Etat subventionne leur adoption par les particuliers au travers de l’octroi de crédits d’impôt (1) plus ou moins intéressants.

Parmi ces équipements on trouve toute la famille des pompes à chaleur (2), dont les aérothermiques dites ‘air/air’. Par le biais d’un échangeur thermique, un peu sur le principe d’un réfrigérateur, ces modèles puisent la chaleur dans l’air extérieur pour la redistribuer grâce à des diffuseurs dans le logement.

Présentant un rendement intéressant par rapport à un chauffage électrique classique (pour une même quantité d’énergie consommée la production de chaleur est au minimum 3 fois supérieure), ces pompes à chaleur rencontrent depuis 2005 un succès réel auprès des particuliers grâce à un crédit d’impôt atteignant 40 %, et même 50 % depuis le 1er janvier 2006. Techniquement, elles sont constituées d’un groupe producteur de chaleur, placé à l’extérieur, et d’un ou plusieurs diffuseurs d’air chaud à l’intérieur.

Or, suite à l’installation de pompes à chaleur air/air, des personnes pensant bénéficier d’un crédit d’impôt se sont vues exclure les diffuseurs d’air chaud du matériel éligible, quand les professionnels leur avaient annoncé que ceux-ci étaient inclus. Pire, certains ont d’ores-et-déjà bénéficié du crédit d’impôt et se voient aujourd’hui soumis à un redressement…

Tout le problème semble venir de la formulation peu précise du texte qui prévalait pour définir l’attribution d’un crédit d’impôt suite à l’achat d’une pompe à chaleur. Il est vrai qu’habituellement très précise, pour ne pas dire tatillonne, l’Administration des finances a été brouillonne en la matière, tandis que les professionnels s’engouffraient dans la faille. C’est ainsi, qu’alors que certaines pompes à chaleur sont réversibles, et peuvent à ce titre produire de l’air frais en été, la fonction première de ces équipements a été détournée en voyant des particuliers s’équiper pour climatiser une pièce, le tout avec le soutien économique involontaire de l’Etat… Néanmoins celui-ci a rapidement réagit, en précisant que l’installation devait couvrir la majorité des pièces de l’habitation et avoir, notamment, une vocation de chauffage.

Si à cette époque, les personnes qui s’équipaient bénéficiaient d’un crédit d’impôt de 40% sur l’ensemble du matériel (groupe producteur de chaleur et diffuseurs), le montant sujet à déduction s’est élevé à 50% du matériel en 2006, sans pour autant que l’Administration ne définisse avec précision les bornes de son dispositif. Pour cela il a fallu attendre le 11 juillet 2007 (3), date à laquelle l’Administration a textuellement restreint l’assiette de calcul du crédit d’impôt en excluant les diffuseurs intérieurs, tout en prenant soin de préciser que ce texte s’appliquait logiquement aux dépenses réalisées à compter de la publication de la présente instruction.

Or, on le sait, l’Etat à besoin d’argent, et il semble que tout soit bon pour en trouver. En effet, selon l’association de consommateurs CLCV (Consommation, Logement et Cadre de Vie), le fisc demande aujourd’hui à plusieurs centaines de personnes de rembourser une partie du crédit d’impôt qui leur a été attribué, soit des sommes qui varieraient entre 2 000 et 9 000 €. Interpellé sur le sujet par l’association, Jean-Louis Borloo, le ministre de l’écologie et du développement durable, a noté qu’aucune disposition antérieure ne soulignait que les unités intérieures puissent ouvrir droit au bénéfice d’un avantage fiscal et qu’à ce titre le texte de juillet 2007 n’était pas une modification de la fiscalité en vigueur. Autrement dit, pour faire simple, l’Administration fiscale aurait précédemment fait une mauvaise interprétation du texte qu’elle veut aujourd’hui corriger en réclamant ce qui n’aurait pas dû être versé aux personnes qui s’équipaient.

L’association de consommateurs fait évidemment une interprétation différente, considérant que les règles du jeu ne peuvent changer en cours d’exercice, et que les modifications doivent être annoncées longtemps à l’avance. Aussi, la CLCV a saisi les ministres concernés pour que les contribuables ayant procédé à une installation conforme avant le 11 juillet 2007 bénéficient du crédit d’impôt qui était initialement défini et que le redressement qu’ils ont reçu et les pénalités soient supprimés.

Cela dit, si la position de l’Etat dans cette affaire apparaît pour le moins douteuse, soulignons que le dispositif du crédit d’impôt constitue un argument de vente fort pour les professionnels qui en usent, voire en abusent comme pour la vente de pompes à chaleur dédiées à la production de froid. De même, trop de professionnels (fabricants comme installateurs) ont trop facilement tendance à augmenter leur marge au prorata du crédit d’impôt offert, faisant ainsi leur ‘gras’ sur le dos de leurs clients et de l’Etat.

Bref, face à des textes peu précis et soumis à l’interprétation des professionnels et du fisc, ce sont encore une fois les contribuables les ‘dindons de la farce’.

Alex Belvoit
1- Les dépenses correspondantes, effectuées entre le 1er janvier 2005 et le 31 décembre 2009, ouvrent droit à un crédit d’impôt pouvant aller jusqu’à 50 % du montant engagé. N’importe qui peut en bénéficier, imposable ou non, puisque si le crédit d’impôt est supérieur au montant à percevoir par l’Etat c’est le fisc qui fait un chèque.

2- Pour en savoir plus sur les pompes à chaleur, voir sur le dossier ‘Pompes à chaleur : laquelle choisir ?’ que leur consacre le magazine Echo Nature n°18.

3- La circulaire du 11 juillet 2007 précise notamment : « S’agissant des modalités de calcul du crédit d’impôt afférent aux dépenses d’acquisition d’une pompe à chaleur air/air, entre dans la base du crédit d’impôt l’unité extérieure qui compose l’équipement de production de chaleur. ».

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 10 juin 2008 à 12:00

3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
suidacra
13 juin 2008 - 0 h 00 min

« augmenter leur marge au prorata du crédit d’impôt offert »
Malheureusement c’est le cas pour beaucoup d’aide: Certains propriétaires profitent des APL de leur locataires pour augmenter les loyers, pareil pour adapter sa voiture au GPL chaque année c’est plus cher.

Au final on peut se demander si gobalement certaines aides ne profitent pas plus au revendeurs (ou propriétaires) qu’aux clients (ou locataires)



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
348

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS