Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Energie » Les vaches converties en source d’énergie propre
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Réduire l’impact environnemental des chats en ...
  2. Améliorer l’isolation de son logement par la ...
  3. La voiture électrique : pas totalement ...
  4. La filière éolienne de plus en plus puissante ...
  5. Inondation et pesticides : qu’en est-il ?


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Les vaches converties en source d’énergie propre

Aux USA, le Vermont se met au vert grâce à l’engagement du fournisseur d’énergie indépendant CVPS (Central Vermont Public Service) dans la production d’électricité à partir de la valorisation de biomasse. Siégeant dans une région reconnue pour sa production laitière, cette société a joué un rôle moteur dans le développement d’une technologie permettant de transformer le méthane issu des excréments d’animaux en courant électrique. Ainsi, en 2005, la compagnie américaine lance le programme Cow Power qui propose à ses clients d’acheter une partie ou l’ensemble de leur consommation électrique en payant une surtaxe de quatre centimes de dollars par kilowatt/heure avec l’assurance que celle-ci est issue de la biomasse. La prime prélevée est ensuite reversée aux agriculteurs adhérant au concept, à l’image d’une aide à l’investissement.

Bien que ce système de financement repose exclusivement sur le civisme des habitants de la région, il se distingue par des résultats plutôt positifs puisqu’actuellement la demande en « courant vert » dépasse la capacité de production. L’excédent n’est pas perdu, loin s’en faut, puisqu’il est redirigé vers les producteurs ambitionnant d’investir dans ces projets de méthanisation.

Pour être capable de convertir le lisier de vache en source énergétique, la ferme doit se doter d’une cuve spéciale appelée un « digesteur ». Le terme parle assez bien de lui-même. Sous l’action de la gravité, le fumier descend vers le réservoir, enfoui dans le sol, dans lequel la température est maintenue à environ 38 °C. Durant une période d’une vingtaine de jours, les bactéries vont digérer les composants volatiles et ainsi générer le biogaz. Ces bactéries dites anaérobies ont la particularité de pouvoir se développer dans un milieu dépourvu d’oxygène.

Au cours de cette phase, la moitié du phosphore ainsi que la majeure partie des éléments pathogènes sont éliminée. Par la suite, en brûlant, le biogaz va alimenter un générateur chargé de produire l’électricité, redistribuée aux consommateurs via un raccordement aux lignes de transport de la compagnie.

Les avantages de la digestion anaérobie sont nombreux. Outre le fait de créer du courant à partir d’une matière première naturelle et inépuisable, cette technique a également le mérite de réduire les émissions de méthane rejetées dans l’atmosphère par ces grands pollueurs que sont nos amis quadrupèdes. Un réel bienfait quand on sait que ce gaz est l’un des plus puissants gaz à effet de serre, avec un pouvoir de réchauffement 23 fois supérieur à celui du CO2.

L’ultime avantage de ce procédé est plus spécifique au Vermont et concerne un autre domaine d’application. Les fermiers utilisent traditionnellement la ripe de bois comme litière pour leur bétail. Mais, confrontés à un approvisionnement de plus en plus problématique, ils ont dû chercher un matériau de remplacement. La réponse est apparue dans le lisier de vache « digéré », ou digestat. Grâce à une séparation solide/liquide permise par une presse à vis, il est possible de récupérer le sous-produit solide et de le substituer intégralement à la ripe de bois. Les gains résultant de cette opération pourraient permettre de voir se développer un véritable marché parallèle. Quant au sous-produit liquide restant, il dégage beaucoup moins d’odeurs et engendre d’autant moins de nuisances que le fumier standard.

Pourtant, si cette campagne s’avère être une totale réussite dans cette partie du monde, son insertion en d’autres lieux pourrait poser plus de difficultés. Tout d’abord, le Vermont possède des cheptels dont les effectifs conséquents assurent une production susceptible de rentabiliser l’investissement. De plus, suite à l’adoption du Farm Bill par le gouvernement en 2002, l’Etat a adopté une politique de promotion de l’énergie renouvelable réalisée à partir de biomasse. Dans ce cadre, avec le soutien du département américain de l’agriculture (USDA), des aides financières incitant à investir dans les énergies propres ont été mises en place.

Il faudra également faire preuve d’un esprit de citoyenneté égal à celui des habitants de la localité sans qui le projet n’aurait jamais pu se concrétiser.

Cécile Cassier

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
Jacques
12 mars 2008 - 0 h 00 min

Votre article me rappelle un article paru dans la presse locale (je ne souviens plus du nom du journal local de Thonon les Bains)en juillet 1978.
L’article relaté une installation de production d’électricité et de chauffage dans une ferme en Suisse. 12 vaches produisaient les besoins de l’exploitation et de surcroît l’agriculteur avait moins de fatique puisqu’il avait aménagé des caniveaux de la largeur d’un balai et à l’extrémité une vis sans fin pour amener les excréments dans la cuve. Le moteur qui entrainait la génératrice était un moteur à essence modifié (le même moteur équipait les renault R16)
Ce qui prouve que l’on peut produire de l’électricité et de la chaleur dans les petites exploitations.
Le seul point qui a mon avis peut-être bloquant en FRANCE c’est que l’exploitant ne touchera pas de subvention, alors pourquoi changer!


Linotte
17 mars 2008 - 0 h 00 min

Bonjour,
En fait, la biométhanisation (biogaz), qui commence à se développer timidement en France, fonctionne déjà bien chez vos voisins : Belgique, Luxembourg, Allemagne, pour ce que j’en connais, et sûrement pays du Nord et ailleurs. Subventions et rachat avantageux de l’électricité à l’appui, voire de la chaleur, ou injection du gaz dans le réseau de « gaz de ville »…
Intéressant d’un point de vue énergétique, et aussi financier pour l’agriculteur qui a l’installation. Mais sujet de discussion pour l’aspect écologique, selon certains.
Par exemple, quand les agriculteurs cultivent du maïs (ou autres plantes énergétiques) spécialement pour les biométhaniser avec le lisier, pour avoir un meilleur rendement de leur installation.
Ou encore parce que la biométhanisation détruit une bone partie de la matière organique, soit en la brûlant sous forme de méthane, soit par minéralisation, le digestat résultant étant fortement minéralisé, ou peu assimilable par le sol. Contrairement au compostage, par exemple.
Et un autre débat, celui de l’élevage intensif…


simon34
17 mars 2008 - 0 h 00 min

Que faisait-on avant du fumier ?…



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
64

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS