Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Energie » Les biocarburants responsables d’une usure accélérée des moteurs
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  2. Laurent Wauquiez s’en va en guerre contre la nature
  3. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  4. Des aigles contre des drones
  5. Expositions des enfants aux substances toxiques


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Les biocarburants responsables d’une usure accélérée des moteurs

Le ministre de l’Environnement allemand, Sigmar Gabriel, a renoncé ce matin au projet E10 prévoyant d’introduire d’ici 2009 10% d’éthanol dans l’essence destinée à alimenter l’ensemble du parc automobile. Celui-ci avait déjà émis des réserves quant au maintien du projet en raison de l’inaptitude de certains moteurs à recevoir ce mélange. Il avait alors déclaré que, si plus d’un million de voitures était concerné par ce problème, l’introduction du carburant d’origine végétale serait abandonnée.

Or, le ministre a annoncé ce matin que le nombre exact de voitures incompatibles dépasse le seuil des trois millions.

D’un pouvoir corrosif supérieur à l’essence classique, on a pu observer une usure accélérée de certaines pièces sur les prototypes testés. Selon un communiqué du Comité des Constructeurs Français d’Automobiles (CCFA), les principaux véhicules présentant cette inadaptation en Allemagne sont ceux issus de l’importation.

Ce frein technique a fait le bonheur de nombreux mouvements écologistes réfractaires au développement des agrocarburants. Auparavant perçus comme une alternative aux matières premières fossiles, ces derniers portent de plus en plus à polémique. La pression exercée sur les exploitants agricoles, induite par une demande croissante d’approvisionnement en biocarburants, a ainsi entraîné une véritable flambée des prix alimentaires au sein des pays exportateurs.

Son impact environnemental ne se limite pas là puisque des commerces tels que celui de l’huile de palme ont joué un rôle moteur dans l’intensification de la déforestation des forêts tropicales. D’après une étude de Greenpeace, la fabrication du composé biodiesel nécessite près de 20% d’huile de soja, celle-ci étant essentiellement importée d’Amérique du Sud (Brésil) et d’Indonésie.

Plus spécifiquement, on redoute que le choix du gouvernement germanique de recourir aux carburants dits ‘propres’ ne soit qu’un moyen de compenser des motorisations puissantes extrêmement énergivores. Si tel était le cas, la démarche perdrait bien évidemment tout intérêt écologique.

Au final, c’est l’argument technique qui a prévalu. Bien que son pendant écologique soit de plus en plus invoqué, il continue à faire pâle figure face à des considérations financières et techniques. Il est heureux que, dans le cas présent, les intérêts des deux se soient rejoints.

Cécile Cassier

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 04 avril 2008 à 12:00

3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
Jacques
5 avril 2008 - 0 h 00 min

La seule alternative ce sont les véhicules électriques et les transports en commun.


dieselstop
5 avril 2008 - 0 h 00 min

N’oublions pas les véhicules à Air comprimé de Guy NEGRE qui sont, sans doute, un bon compromis.Faites un tour sur son site! http://www.mdi.lu/fra/affiche_fra.php?page=mdi


bernie
5 avril 2008 - 0 h 00 min

je vous invite a visiter ces deux adresses: vous saurez tout sur les biocarburants et les derives qu’ils occasionnent.

http://www.terresacree.org/cyber.htm

http://www.pointscommuns.com/terresacree.org-commentaire-medias-51230.html

profitez-en pour visiter terre sacrée et les horreurs dont les humains sont capables, notemment en Chine, mais attention, ames sensibles s’abstenir!


jackline
6 avril 2008 - 0 h 00 min

bizarre, moi j’aurais plutôt parié sur l’accord de tout le monde pour utiliser à outrance le biocarburant dans les véhicules.

Ce qui aurait pour effet d’user plus vite ces fascinantes auto et alimenter le marché des voitures neuves !


André
6 avril 2008 - 0 h 00 min

N’oublions pas le vélo! Je viens par ailleurs de visiter une ville de 200.000 habtants pionnière en la matière, Fribourg-en-Brisgau (à 1h30 de Srasbourg – qui a elle-même fait des efforts pour nettement améliorer sa mobilité – en tain) et j’ai pu y faire l’expérience d’une qualité de vie inédite pour une ville de cette taille…


nicolas
6 avril 2008 - 0 h 00 min

Ce ne sont pas TOUS les carburants vegétaux qui causent une usure des moteurs (comme pourrait le laisser entendre le titre) mais seulement l’éthanol. Mentionnons les principaux autres qui sont les diester (qui demandent un traitement pétrochimique et donc une dépense énergétique importante), et bien sûr les plus respectueux de l’environnement qui sont les huiles végétales brutes (à utiliser simplement dans certains moteurs diesel après pression du végétal).

De plus, notons qu’il est dommage d’appeler ces carburants des bio-carburants car ils n’ont rien de « bio ». Agro-carburant serait un nom plus adapté (voire nécro-carburant si l’on prend en compte l’impact économique qu’ils ont sur les populations pauvres…)


smile17
6 avril 2008 - 0 h 00 min

Jacques , en ce qui concerne les véhicules électrique ,considérons qu’ils ne sont pas polluant « LOCALEMENT » car à l’autre bout du fil il y à majoritairement la centrale nucléaire (en France ) avec son besoin récurent de « combustible uranium », et d’o`u vient l’uranium ? du granit des menhirs de Carnac peut-être ? ou d’un pays africain post-colonial sous les fourche caudines d’AREVA ,exploitant minier , belle indépendance énergétique! Oui je sais le vent , l’eau ,la géothermie ,le soleil …sources insuffisantes (et insuffisamment exploitées )pour que tous puissent rouler avec , en l’état actuel , et les batteries : cadmium ,lithium , plomb ,cuivre ….pour les fabriquer ? plus cher qu’un simple réservoir !
les transports en commun ? dans certaines villes comme Paris intra-muros ,ça va ! mais quand je suis au fin fond de ma campagne (à 5 km mini d’une petite ville pas de transports organisés )le tricycle à pédale ?on peut toujours polémiquer mais les problèmes source que personne ne semble pas toujours évoquer sont :
les besoins technologiques que l’on nous crée , les intérêts privés des banques (crédits pour créer l’argent qui circulera ))industriels qui poussent à la consommation
et au démodage par obsolescence des produits vendus avec une « mort préprogrammée » ,
la spéculation financières ,
ET SURTOUT LA SURPOPULATION MONDIALE (avec son corollaire agriculture intensive,élevage et animaux domestiques )
pour en revenir à l’ethanol , les industriels Brésiliens du secteur, aidés par des capitaux internationaux privés ,nous disent « -ne produisez pas ça ,on s’en charge « , à grand coup de pesticide et d’engrais chimiques : bio-carburants ? toutes les solutions écolo arrivent à une chose dépolluer localement =OUI agir globalement =PEU ! le problème se mord la queue et on ne fait que ralentir le « char » qui fonce vers le mur !
péssimiste ,moi ? dubitatif !
merci de votre attention
marcel


Yves LUBRANIECKI
13 avril 2008 - 0 h 00 min

Bonjour,
D’accord sur le fait que la seule alternative crédible aujourd’hui au pétrole dans les transports est l’huile végétale pure (HVP). Il faut cependant que le moteur soit adapté et bien réglé.
La meilleure solution serait une incitation de la part des politiques vers les motoristes pour que ceux-ci se décident enfin à mettre sur le marché des moteurs diesels construits selon le modèle inventé par l’ingénieur allemand Ludwig ELSBETT (Cf. Internet ou Wikipedia). Son moteur était parfaitement polycarburant au pétrole et à toutes les huiles végétales pures ou en mélange dans n’importe quelle proportion. Il avait, il y a une vingtaine d’années, un rendement comparable aux diesels les plus récents.
Il n’y a pas de problème de ressource en huile pure, sans la moindre atteinte écologique, si l’on abandonne la culture des plantes à alcool et les surfaces consacrées à l’agroindustrie destinée à l’ester méthylique et qu’on les remplace par des oléagineux bio. L’HVP ne demande pas d’autre process industriel que le pressage (de préférence à froid). Elle s’utilise en filière ultra-courte ou courte ou bien en filière longue à condition d’utiliser aussi l’HVP comme carburant tout au long de la filière, du sillon au réservoir.
Par ailleurs,la pourghère (Jatropha curcas L.) peut être plantée sur des millions d’hectares en Afrique sans abimer quoi que ce soit et en permettant d’élargir considérablment les terres consacrées aux cultures vivrières. Il faut que cela parte des agriculteurs locaux qui commenceront par satisfaire le marché local puis de plus en plus loin. Il faut que ça fasse tache d’huile… Cela s’appelle la filière HVP.
Tout cela est diamétralement l’inverse de la politique suivie pour les agrocarburants politiciens (esters et alcools) qui n’a rien de local, mais qui est imposé par les grands investisseurs qui ne voient là qu’une énorme source de profits sans le moindre égard ni pour l’environnement ni pour l’homme.
J’ai écrit une trentaine de pages là-dessus, si cela vous intéresse, tapez mon nom et allez sur l’un des sites indiqués (la bonne version, pour l’instant est celle de novembre 2006).
Bien à vous.
YL.


jaf
13 avril 2008 - 0 h 00 min

Il y a déjà trop de voitures! Cette théorie comme quoi l’HVP entraînerait une usure prématurée des moteurs est vieille d’au moins 10 ans, et les utilisateurs de ce type de carburant n’ont toujours rien remarqué, si ce n’est la différence de viscosité entre le gasoil et l’huile.

L’augmentation des surfaces agricoles dédiées à la culture des agrocarburants entraîne par contre-coup une pénurie des productions alimentaires, là est le fond du problème.


dieselstop
13 avril 2008 - 0 h 00 min

N’oublions pas les véhicules à Air comprimé de Guy NEGRE qui sont, sans doute, un bon compromis.Faites un tour sur son site! http://www.mdi.lu/fra/affiche_fra.php?page=mdi
Rouler ou manger, telle est la question?



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
66

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS