Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Energie » Le projet du barrage turc d’Ilisu prend l’eau
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  2. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  3. Laurent Wauquiez s’en va en guerre contre la nature
  4. Des aigles contre des drones
  5. Expositions des enfants aux substances toxiques


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Le projet du barrage turc d’Ilisu prend l’eau

La saga continue sur le projet de barrage hydroélectrique d’Ilisu, sur le fleuve Tigre au Sud-Est de la Turquie, alors qu’un nouveau rebondissement met une fois de plus en doute sa réalisation finale. En effet, alors qu’un premier projet avait été abandonné en 2002 sur des motifs environnementaux et sociaux, tout laisse à penser que le même scénario pourrait se reproduire aujourd’hui. En 2005, sous l’impulsion du gouvernement turc, le projet Ilisu renaissait de ses cendres et trouvait de nouveaux investisseurs, notamment auprès d’entreprises suisses (Alstom, Stucki, Colenco et Maggia) intéressées pour fournir des générateurs et autres équipements électriques. Néanmoins, au regard de l’échec passé, celles-ci imposèrent des garanties quant à la prise en compte de l’impact sur l’environnement et les populations locales.

Au cours des mois de novembre et de décembre 2007, un Comité d’Experts (Committee of Experts – CoE) nommé par les agences de crédit à l’exportation suisse, allemande et autrichienne, impliquées dans le projet, se rendent sur les lieux. Or, force leur est de constater que les engagements pris par la Turquie, à la signature des contrats en mars 2007, ne sont pas respectés. Selon l’association internationale les Amis de la Terre, ce pays aurait massivement bafoué les quelque 150 conditions apposées au projet, relevant à la fois de considérations environnementales, sociales et politiques. Si ce barrage d’une puissance de 1 200 MW venait à voir le jour, il entraînerait l’inondation d’une surface de 313 km2 où se trouvent 52 villages et 15 villes moyennes. Cela équivaudrait au déplacement de quelque 78 000 personnes dont une majorité de Kurdes.

Mais, si les expatriations autour du site d’Ilisu ont d’ores et déjà commencé, les compensations financières versées aux premières personnes déplacées se sont révélées extrêmement insuffisantes. Plus inquiétant encore, aucun site de relocalisation des populations affectées n’a pour l’heure été identifié.

D’un point de vue environnemental, le bilan est tout aussi négatif. En juillet dernier, aucune étude de recensement de la biodiversité terrestre et aquatique des zones concernées n’avait ainsi pu être fournie. Au regard de quoi, aucun plan de management environnemental n’a été réalisé.

La même indifférence pèse sur les richesses historiques et ethnologiques de cette zone, laquelle accueille pourtant de nombreux sites archéologiques à l’image de la ville de Hasankeyf, vieille de 10 000 ans.

Par ailleurs, en l’absence d’étude d’impact quant aux répercussions possibles de cette construction sur la répartition des eaux du Tigre entre la Turquie et les pays situés en aval du barrage, un tel aménagement pourrait favoriser des conflits futurs et fragiliser le contexte politique au sein de ces régions.

A la lumière de ces éclaircissements, la Suisse, l’Allemagne et l’Autriche ont activé une clause du contrat prévoyant le retrait de leurs garanties. Ils ont accordé un délai de 60 jours à la Turquie pour rétablir la situation, une échéance impossible à tenir aux dires des Amis de la Terre. Face à cette évolution du dossier, l’association a appelé la banque française la Société Générale à suivre le pas et à se retirer de l’opération.

Cécile Cassier

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
159

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS