Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Energie » Le nucléaire ne participe pas à l’autonomie énergétique française
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Réduire l’impact environnemental des chats en ...
  2. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  3. Améliorer l’isolation de son logement par la ...
  4. La voiture électrique : pas totalement ...
  5. La filière éolienne de plus en plus puissante ...


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Le nucléaire ne participe pas à l’autonomie énergétique française

Ce matin, six employés du numéro un du nucléaire Areva ont atterri à Paris. Ces Français font partie, avec d’autres du groupe Vinci, des personnes œuvrant à l’extraction d’uranium au Niger, pour alimenter entre autres nos foyers en électricité, via les réacteurs nucléaires. En effet, à l’instar de la plupart des autres minerais ou sources d’énergie fossiles, les réserves d’uranium sont inégalement réparties sur le globe.

Comme souvent, les principaux pays consommateurs (essentiellement occidentaux aujourd’hui) n’ont quasiment pas de ressources en la matière sur leur sol. Aussi, ce n’est qu’au prix de l’exploitation des ressources de pays tiers qu’ils peuvent alimenter leurs réacteurs nucléaires actuels. Or, dans l’indéniable contexte actuel de relance du nucléaire, la disponibilité en uranium ‘aisément’ exploitable va devenir de plus en plus stratégique, pour ne pas dire cruciale, notamment dans un pays comme la France où plus des ¾ de l’électricité proviennent de l’énergie nucléaire.

Aujourd’hui, 35 pays exploitent un à plusieurs réacteurs nucléaires pour produire de l’électricité, pour un total de 440 réacteurs nucléaires en service et environ 13 % de la production électrique mondiale. Outre ces réacteurs, dont quelque 250 seront à remplacer d’ici à 2040 (augmentation de leur longévité prise en compte), la Chine qui en exploite 12, a déjà 24 autres unités en construction, 33 supplémentaires de planifiés à court terme et 120 encore à l’étude … Outre la Chine, le contributeur le plus important au développement du parc nucléaire du XXIe siècle sera l’Inde. Aux 19 réacteurs en service viendront s’en ajouter 4 en cours de construction plus les 20 déjà prévus, sans oublier une partie des 40 en phase d’étude. Enfin, une cinquantaine d’Etats ont manifesté leur souhait de se doter de réacteurs nucléaires pour produire une partie de leur électricité. Même si vraisemblablement une faible proportion de ces derniers Etats y parviendra, la pression sur la ressource uranium n’est pas prête de se relâcher, au point que les réserves exploitables et connues sont insuffisantes pour couvrir l’intégralité des besoins prévisibles du XXIe siècle.

En conséquence, quoi qu’en disent nos dirigeants depuis les années soixante-dix, le nucléaire ne participe pas à l’autonomie énergétique de la France. A l’instar du pétrole, nous sommes dépendants des ressources étrangères et d’éventuels blocages-perturbations de la production ou de l’acheminement d’uranium.

Pascal Farcy

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
guiguib61
18 septembre 2010 - 0 h 00 min

un blocus total de l’uranium ne me dérangerais pas. il faut simplement avoir prévu et vivre en accord avec ses idéologies. cela forcerait un peu plus vite la main aux électeurs pour qu’enfin ils se rendent compte que leur vote influe aussi sur leur vie de tout les jours!!!


PP
19 septembre 2010 - 0 h 00 min

Il n’est pas tout à fait juste de considérer que la France n’a pas d’uranium dans son sous-sol. Simplement, il est plus rentable à l’heure actuelle d’exploiter les ressources du Niger par exemple. Outre l’avantage économique présent, dans le futur, ces ressources en sommeil constitueront un atout stratégique non-négligeable à même de préserver durablement l’hégémonie occidentale sur le monde. Dans le même registre, le sous-sol français recèle encore d’énormes stocks de charbon et les Ricains adoptent la même stratégie avec le pétrole. C’est une vieille stratégie très commune que d’en mettre à gauche pour en avoir devant soi, mais c’est la guerre et l’histoire en jugera. N’en doutons pas c’est le gagnant qui aura raison, gagnant quoi, raison de quoi ? L’occident s’en fout, le monde ne pense qu’à baffrer, le monde est un ventre (voir la préface de Victor Hugo dans « Gargantua » de Rabelais). Bon courage !


nicolekretchmann
24 septembre 2010 - 0 h 00 min

merci Pascal Farcy.
A chacun de prendre ses responsabilités. On récolte en fonction des semences.
On sème le malheur, on le récolte.
On sème l’amour, ON S’AIME quelque soit la couleur de la peau, son langage…



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
56

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS