Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Energie » Le Japon arrête son dernier réacteur nucléaire, mais jusqu’à quand ?!!
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Réduire l’impact environnemental des chats en ...
  2. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  3. Améliorer l’isolation de son logement par la ...
  4. La voiture électrique : pas totalement ...
  5. La filière éolienne de plus en plus puissante ...


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Le Japon arrête son dernier réacteur nucléaire, mais jusqu’à quand ?!!

Au-delà de son impact sur les populations et l’environnement, la catastrophe de Fukushima a profondément changé la vision des Japonais quant à l’énergie nucléaire. C’est ainsi que les autorités se sont trouvées dans l’obligation d’un audit général de l’ensemble des réacteurs du pays, avec à terme la hausse du niveau de sécurité des dites installations et une remise à plat de la politique énergétique à mener au cours des décennies à venir.

Dans ce cadre, le dernier réacteur nucléaire, encore en service dans le pays (Tomari 3, dans le nord de l’archipel), est en cours d’arrêt depuis ce matin. Ainsi, sur un parc de 54 réacteurs en service avant le tsunami, plus aucun ne sera en service à partir de demain, 6 mai 2012. Les 50 réacteurs que compte encore le Japon ont en effet été successivement stoppés pour maintenance, avant de subir des tests de résistance et de recevoir l’aval des autorités locales quant à leur remise en service. Or, depuis la catastrophe de Fukushima, influencées par leurs administrés, les autorités locales sont des plus réticentes. La récente validation des tests menés, par l’officielle Agence Internationale de l’Energie Atomique (AIEA), n’a rien changé aux légitimes inquiétudes de la population japonaise.

Pour compenser cette absence d’électricité d’origine nucléaire (soit environ 30 % de l’électricité nationale avant le drame de Fukushima), les centrales thermiques ont été poussées au maximum tandis que simultanément les clients (sociétés comme particuliers) sont appelés à réduire leur consommation et voir le coût du kWh augmenter chez certains opérateurs. Si globalement, cette solution a pour le moment permis d’assurer une alimentation relativement régulière en électricité (aucune coupure massive et durable n’a eu lieu pour le moment), l’approche de l’été et du recours massif aux climatiseurs fait craindre des coupures ciblées pour éviter une panne de grande ampleur …

C’est dans ce cadre qu’aujourd’hui, plus d’un an après Fukushima, et alors que les conséquences de cette catastrophe se feront encore sentir durant des décennies, le gouvernement et les industriels plaident pour la relance rapide des réacteurs nucléaires ayant démontré leurs aptitudes à résister aux catastrophes naturelles définies par le cahier des charges de contrôle … Face à eux, les Japonais se prononcent majoritairement pour une sortie du nucléaire, mais seule une minorité exige un arrêt immédiat.

En conséquence, il est probable que l’on s’achemine, à plus ou moins court terme, vers un redémarrage progressif de la majorité des 50 réacteurs encore opérationnels, mais une évolution de la proportion de nucléaire, dans le mix électrique national, à plus de 50% en 2030, apparaît désormais peu probable.

Alex Belvoit

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
dautreville
6 mai 2012 - 0 h 00 min

et voila il (nous? )n’en avons (encore ?) pas assez vu !! nous ne sommes encore pas (convaincus ?) Seule l’Allemagne si vantée d’autre part comme modéle Europeen par nos chantres politiques et autres a osé . Mais évidement juste quand cela arrange le bisness des mêmes autrement vous pouvez toujours allez vous faire … ! Voila ceux qui qui se gargarisent à longueur d’année du « votez » pour nous et que lorsque cela va de travers pour eux vous disent qu’ils ni peuvent rien§ alors que font ils là ces INCAPABLES si commes ils disent ils ne peuvent rien changer? Laissez la place aux autres et retournez à vos AFFAIRES !!!


opaque
6 mai 2012 - 0 h 00 min

Tout comme au japon, l’industrie nucléaire ,dangereuse,inutile et ruineuse… a encore de beaux jours devant elle en France ,pays sans pétrole et surtout sans idées . pendant ce temps perdu, l’isolation vraiment ecologique des logements attendra, elle,la vraie fin du pétrole, pour économiser déjà,disons la moitié de notre consommation énergétique, tout de même.. nous verrons alors la culture du chanvre remplacer celle du mais, nos villes ne ressembleront plus à des univers orwelliens,la sobriété heureuse, comme dirait pierre Rhabi, remplaçera la boulimie débile, et les citoyens écologistes du futur auront chacun une éolienne sur le toit de leur logement, et un potager pas loin pour se nourrir(entre autres gâteries…)
Ceci dit , certains penseurs qui nous ont imposé le médiocre présent de l’ère industrielle, prédisent que ça sera probablement aussi le chaos , et qu’il vaut donc mieux garder nos centrales en état de marche,car on ne sait jamais,et la bombe atomique aussi,c’est plus prudent… et une bonne dictature par dessus ne sera probablement pas de trop pour sauver leur peau…


JeanPhir
6 mai 2012 - 0 h 00 min

« l’industrie nucléaire ,dangereuse,inutile et ruineuse »
Tout de même, il ne faudrait pas exagérer : on ne peut pas dire que l’industrie nucléaire soit inutile ! Actuellement c’est ou le nucléaire ou les énergies fossiles et le changement climatique. Dans le premier cas, le risque n’est pas mesurable (pas assurable, c’est tout dire…) et les conséquences d’un accident sont quasi illimités dans le temps à échelle humaine : il s’agit de régions immenses dangereuses pour des siècles… Dans le second, le risque est connu et catastrophique, pas tant pour la biosphère qui en a vu d’autres mais pour les Humains car avec un niveau de la mer à + 60 m, il ne resterait plus grand chose de nos civilisations…
Je vois également deux inconvénients dont on ne parle « jamais » avec le nucléaire :
- il n’empêchera pas, de toutes manières, les changement climatiques : impact insuffisant.
- Il s’oppose à la démocratie car si un pays est contre ses risques il est obligé d’accepter ceux imposés par leurs voisins ! Un accident à Fessenheim aurait peu d’impact en France mais énormément en Allemagne, il suffit de suivre les vents…
L’avenir ne peut-être que dans les énergies nouvelles et la réduction des gaspillages, qu’il faut d’abord développer avant de vraiment songer à fermer les centrales nucléaires, sauf cas particulier, l’inverse étant économiquement et socialement absurde et intenable.
(Tiens, j’ai appris hier sur Wikipedia que l’invasion de la Gaule par les Francs avait été due à une petite avancée de la mer aux Pays-Bas : petite cause, gros effets, alors cause majeure…)


musico
10 mai 2012 - 0 h 00 min

Il existe justement au Japon une invention très intéressante. Pourquoi personne n’en parles ?
Regardez cette vidéo !
http://www.youtube.com/watch?v=uxkMwNFEm9o


NATUROC
11 mai 2012 - 0 h 00 min

Comme n’avons qu’une SEULE planète, il nous faudra bien, de gré ou de force, revenir sur notre manière de vivre à adapter à notre seule planète, donc à une DéCROISSANCE. Tiens, un gros mot?! Ou comment vivre sur une seule planète et non sur 2, 3 (en Europe), 5,6,7 (aux USA)…



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
51

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS