Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Energie » La survie d’Indiens en Amazonie contre 100 000 barils de pétrole/jour
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  2. Laurent Wauquiez s’en va en guerre contre la nature
  3. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  4. Des aigles contre des drones
  5. Expositions des enfants aux substances toxiques


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






La survie d’Indiens en Amazonie contre 100 000 barils de pétrole/jour

Au Pérou, un projet d’exploitation pétrolière menace les derniers indiens isolés de la forêt amazonienne. Sans contact avec le reste du monde, ces groupes indigènes, déjà survivants, ne sont pas immunisés contre des maladies aussi communes pour nous que la grippe ou la varicelle et pourraient voir leur population décimée par le seul contact avec des hommes étrangers à leur territoire.

En janvier dernier, la compagnie franco-britanique Perenco faisait l’acquisition de Barrett Resources LLC, une société détenant des permis d’exploitation pétrolière au Pérou. En achetant Barrett, Perenco obtenait du même coup le juteux contrat de licence du « block 67 ». Situé en plein cœur de la forêt amazonienne, à la frontière avec l’Equateur, cette concession a un potentiel de production qui s’élève jusqu’à 100 000 barils de pétrole par jour et qui justifie très largement les 1,5 milliard de USD que compte y investir la compagnie. Ce projet d’exploitation, pour lequel 14 puits sont prévus, va également nécessiter l’installation sur la zone de près de 1500 ouvriers. Aussi surprenant que cela puisse paraître, tout autant que l’infrastructure elle-même, la seule présence de ces ouvriers sur le territoire représente en elle-même une très grande menace.

Des contacts entre populations humaines qui peuvent être mortels

L’espace forestier dans lequel se trouve localisé ce prometteur « block 67 » de la région de Napo est habité par des groupes d’indiens isolés, fermement opposés à la présence étrangère et, non immunisés, extrêmement sensibles à toute forme de contact. Dans le bassin amazonien au Pérou, tout comme au Brésil, les indiens isolés sont des groupes de survivants, ou descendants de survivants, de tribus massacrées par des chercheurs d’or ou des agriculteurs, qui ont pris la décision, il y a plusieurs décennies, de s’isoler pour se préserver. D’après François Michel le Tourneau, chercheur au CNRS, dans une interview accordée à LCI, il existerait plus de 60 groupes ethniques d’indiens isolés. Cette population humaine, vivant selon ses propres principes et sans contact avec le reste du monde, est estimée à seulement 1 ou 2 milliers d’individus. Or, l’isolement que ces peuples ont choisi, pour sauver leur culture et leur mode de vie, est aussi la condition impérieuse de leur survie. On se rappellera notamment, dans les années 80, la mort de plus de la moitié des Nahuas de la forêt péruvienne suite à la propagation de maladies infectieuses après leur premier contact avec des bucherons.



Dans la zone même où cherche à s’implanter Pérenco, des lances ont été placées en croix par les Indiens isolés pour empêcher les étrangers d’entrer sur leurs terres, signifiant explicitement leur refus de tout contact.


Vu les antécédents de la Compagnie pétrolière Perenco, on ironise un peu à lire sur son site internet qu’elle s’engage sur la voie de la responsabilité sociale et que son objectif est d’apporter une contribution positive aux communautés locales. Encore faudrait-il qu’elle reconnaisse l’existence même de ces communautés. Car, dans le cas de l’exploitation du « block 67 », l’entreprise nie fermement la présence d’indiens isolés sur la zone.

Face aux enjeux qui motivent ce genre de position de la part de l’entreprise, des associations comme Survival International et l’AIDESEP (la plus grosse organisation indigène péruvienne) s’engagent dans une lutte difficile pour sauver ces indiens et empêcher l’exploitation de la zone. Bien qu’un recours juridique soit possible en s’appuyant sur les conventions internationales qui protègent les droits des populations indigènes, on bascule rapidement dans une situation inextricable. La convention 169 de l’OIT (Organisation Internationale du Travail) stipule que tout projet affectant directement ou indirectement les communautés autochtones doit être informé et doit obtenir le consentement des dites communautés. Mais, alors, que faire, quand les groupes d’indiens isolés refusent explicitement tout contact et, que, ce qu’il faut défendre justement, est bien ce droit qu’ils ont de prendre eux-mêmes leur décision ?
Elisabeth Leciak
Photo © Marek Wolodzko/Survival

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 09 janvier 2009 à 12:00

3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
ptitiza87
12 janvier 2009 - 0 h 00 min

laissez les en paix!!!!!!!!!


simon34
16 janvier 2009 - 0 h 00 min

un peu plus au sud, dans le Parc National Cordillera Azul, il y a aussi du pétrole, paraît-il… Le même type de problème se posera dans quelques années, quand le besoin en pétrole deviendra plus fort que le besoin de protéger. C’est bien triste mais j’ai une voiture donc que dire ?…



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
181

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS