Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Energie » La Suisse s’inquiète de la concurrence des agrocarburants
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
DSC_1210

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. La guerre des ruches fait rage rue de Varenne
  2. Les voitures autonomes tiendront-elles la cote ?
  3. Isoler par l’extérieur ou l’intérieur ?
  4. Les ampoules LED : ampoules du troisième millénaire
  5. Un tout nouvel anti-âge signé Nu Skin


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
ite-iti
La question d’isoler par l’extérieur ne se posait pas il y a 10 ans, ce procédé était encore assez peu connu, et les entreprises qui le mettaient en œuvre ne se contentaient pas de faire que cette prestation.Maintenant, l’isolation thermique extérieure a son acronyme, l’ITE, et ses spécialistes qui ne font que ces travaux toute l’année. S’ils sont si nombreux désormais, et si sectorisés, c’est que [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






La Suisse s’inquiète de la concurrence des agrocarburants

L’Office Fédéral Suisse de l’Agriculture a mandaté l’Ecole Polytechnique Fédérale de Zurich (EPF) pour étudier l’impact potentiel du développement des carburants d’origine végétale par rapport à la production des denrées alimentaires.

L’étude s’est attachée à simuler les effets que la concurrence des prix de l’énergie fossile pourrait avoir sur le détournement des sols agricoles, pour la fabrication de « biodiesel » à base de colza et d’éthanol à base de maïs.

D’après les résultats publiés, pour un prix du litre de diesel s’élevant à 2,3 francs (soit 1,44 euro) et 2,7 francs pour un litre d’essence (soit 1,7 euro), ce sont 153 000 hectares, soit 15 % des terres agricoles utiles (cultures et prairies), qui pourraient être mobilisées pour la production d’énergie. Cette valeur pourrait plus que doubler et atteindre les 340 000 hectares si le diesel franchissait la barre des 3 francs 70 (soit 2,3 euros). L’EPF mentionnant que, même pour cette deuxième hypothèse, cela ne couvrirait que 8 % de la consommation suisse totale d’énergie fossile.

En parallèle de ces données, l’EPF a extrapolé une agriculture suisse énergétiquement autonome, à savoir substituant les 100 millions de litres de diesel qu’elle utilise annuellement par du biodiesel. Dans ce cas de figure, environ 6 % de la surface agricole utile devraient être mobilisés.

Ces résultats mettent en évidence les dangers de laisser décider seul le marché de la destination finale de la production agricole.

Michel Sage

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
jaf
22 avril 2008 - 0 h 00 min

Concurrence des agrocarburants; par rapport au pétrole ou par rapport aux cultures vivrières?
Les prix des 2 marchés s’emballent actuellement, on devrait faire un concours de pronostic pour savoir quelle destination aura les cultures de tel ou tel champ. Ce qu’il y a de sûr, c’est qu’on peut facilement se passer d’une voiture, par contre se passer de manger est nettement plus problématique!

Les décideurs n’ont généralement pas de difficultés pour acheter leur nourriture et la production vivrière passe au second rang. Comme les cultures sont en général produites annuellement et comme on sait aussi que les gains agricoles (pour ce genre de production) sont décidés, par des managers de l’agrobusiness, sur une évolution des cours mondiaux, il y a des chances qu’ils se gourrent complètement.

L’agriculture, d’une façon traditionnelle, devrait nourrir les hommes, et par le jeu de l’offre et de la demande, elle risque d’alimenter des moteurs à explosion.
La Suisse, comme tous les Etats d’Europe que nous connaissons, n’a pas de réelles possibilités pour orienter son agriculture; elle peut s’inquiéter, mais les décideurs politiques n’auront pas le choix face à la toute puissance du marché.






à lire aussi
     
Flux RSS