Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Energie » La pression monte contre les gaz de schiste
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  2. Laurent Wauquiez s’en va en guerre contre la nature
  3. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  4. Des aigles contre des drones
  5. Expositions des enfants aux substances toxiques


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






La pression monte contre les gaz de schiste

Alors que le Ministère de l’Ecologie a accordé ces derniers mois, en grande discrétion, plusieurs milliers de kilomètres carrés de permis de recherches de gaz de schiste, de plus en plus de voix s’élèvent contre les dangers environnementaux de leur exploitation.

Contrairement au gaz naturel classique qui se situe dans des grandes poches du sous-sol, le gaz de schiste se répartit dans une multitude de petites poches dispersées dans des roches imperméables. Leur extraction nécessite des forages verticaux et/ou horizontaux d’une profondeur allant de 1 000 à 3 000 mètres selon le type de sous-sol. La libération du gaz implique de fracturer la roche par une technique de « fracturation hydraulique », consistant à injecter à haute pression un mélange d’eau, de sable et d’additifs chimiques (1).

Au niveau du terrain, la contestation s’organise et une « Coordination des collectifs pour un moratoire sur la prospection du gaz de schiste » a lancé une pétition (2) pour demander « un gel immédiat des prospections et la suspension des permis de recherche de gaz et pétrole de schiste sur l’ensemble du territoire français ».  Trois semaines après son lancement sur Internet, la pétition affiche déjà plus de 22 000 signataires.

Martin Malvy,  président de la région Midi-Pyrénées, a demandé fin janvier la suspension des autorisations. Lors du colloque « Maîtrise des énergies dans les collectivités », Martin Malvy a déclaré : « Les autorisations ont été délivrées sans aucune concertation préalable, ni avec les élus locaux, ni avec les populations. Or, chacun sait que l’exploitation du gaz de schiste pose des problèmes environnementaux sérieux. C’est le cas au Canada et aux Etats-Unis. Ici, nos sous-sols sont maillés de rivières souterraines, une grande partie de l’espace concerné est située soit en Parcs Naturels Régionaux, soit en sites protégés. ». La région Midi-Pyrénées est notamment concernée par le « Permis de Nant » qui a été accordé en mars 2010 pour une surface d’environ 4 414 kilomètres carrés.

Michel Sage
1- Pour en savoir plus sur le sujet, voir le plein phare « La France ouvre les vannes des gaz de schiste » du magazine Echo Nature.

2 – http://www.petitions24.net/gaz_de_schiste__non_merci

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 02 février 2011 à 12:00

3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
lupus
2 février 2011 - 0 h 00 min

Le gaz de schiste, une véritable catastrophe écologique et économique pour les régions concernées. Pour avoir un aperçu voyez le film de Josh Fox : « GAZLAND » qui montre comment ça s’est passé aux USA.
- en streaming sur le site : film GASLAND, à voir sur ce lien : http://www.megavideo.com/?d=UUJRPT4P
Les permis d’exploration accordés aux industriels ont été validées par Borloo alors ministre de l’environnement et ce projet est défendu aujourd’hui par Nathalie Kosciusko-Morizet actuelle ministre de l’environnement.
En fait être ministre de l’environnement aujourd’hui consiste surtout à dégrader l’environnement.


lotnaturejipeji
3 février 2011 - 0 h 00 min

Un petit oubli dans l’article: le permis de Cahors concerne les Causses du Quercy, c’est à dire la presque totalité du Parc Naturel Régional des Causses du Quercy


marseille42
3 février 2011 - 0 h 00 min

Entièrement d’accord avec Lupus. La course vers une catastrophe programmée de l’environnement s’accélère. Peut-être nos politiques craignent-ils de ne pas assister au « bang » final? La Terre, la Nature (avec majuscules) s’en sortiront: elles en ont connu d’autres. Pire? Je ne sais pas, il y a eu plusieurs extinctions d’espèces animales et végétales mais l’homo sapiens sapiens n’existait pas encore. Mais elles se sont multipliées et accélérées dès qu’il ait apparu. L’affaire des gaz de schiste -et je suis absolument contre- n’est qu’un épiphénomène de cette volonté de s’autodétruire qui habite l’Homme.


carmen
4 février 2011 - 0 h 00 min

J’étais prête à signer la pétition signalée en annexe – je suis sur une zone concernée – mais deux faits m’en dissuadent : le texte de la pétition n’apparait pas nettement ( donner sa signature juste sur un titre c’est un peu léger ) et les indications sont en anglais ( tout comme la confirmation de signature ): les prospections et les gents visés sont pourtant bien en France . Alors ,non aux recherches et à l’exploitation , mais sur un texte précis et dans la langue de la région .


opaque
6 février 2011 - 0 h 00 min

Je signale aux consommateurs avertis que les Cevennes regorgent également d’uranium et d’autres métaux rares que l’on ferait bien d’extraire rapidement, si l’on veut que nos toyotas électriques continuent de rouler dans vingt ans: Quand à M Borlo ,qui a signé ces autorisations dans un déni de démocratie qui n’a rien à envier aux pratiques de pays que l’on montre du doigt,il nous avait par ailleurs annonçé dans une époque semble t’il révolue un plan d’isolation dans l’habitat(premiere dépense énergetique du pays…)que l’on allait voir ce qu’on verrait :
Or à part des effets d’annonce et l’émergence de quelques filieres vertes à qui l’on coupe les subventions pour mieux les enterrer vivantes, on ne voit pas grand chose de concret :à 1 ou 10% près, tout baignera dans vingt ans comme aujourdhui dans les Megawatts. le vrai scandale n’est pas dans cette affaire de gaz de shiste est certes que l’on puisse cautionner une pollution de plus dans un paysage qui n’en a pas besoin, mais surtout que l’on continue de faire semblant de croire que quelques milliers de mètres cubes de gaz en plus pourraient sauver le pays de la crise énergetique qu’il refuse de voir sous son nez, en refusant de se donner les moyens d’un changement de civilisation.


benge
9 février 2011 - 0 h 00 min

Oui, Opaque, Lupus, Marseillais42, nous ne sommes même plus des numéros, si ce n’est pour payer des taxes de plus en plus exorbitantes qui ne servent que pour les fantasmes de nos politiques. Fantasmes de plus en plus excentriques !!!!!
Des preuves de leur sale égocentrisme, nous en avons tous les jours: il n’y a qu’à ouvrir les yeux, un journal ou la tv.
Ils (les politiques) n’ont aucun souci, aucun regret et aucune pensée de ce que deviendront nos descendants. De toute manière, très vite et beaucoup plus vite qu’on veut nous le faire croire, Mère NATURE va nous remettre dans le droit chemin, car les catastrophes naturelles (et les épidémies, famines et autres qui vont en découler) vont se multiplier à vitesse GRAND V. Et ceux qui prédisent qu’il y aura 9,10 ou 12 milliards d’habitants sur la planète, se fourrent drôlement le doigt dans l’œil. Vous verrez, dans 20 ans maximum, s’il reste 1/3 de la population actuelle, nous pourrons nous estimer heureux.
Carmen, le fait que ce soit en anglais, je pense que c’est pour décourager beaucoup de gens, et aussi pour nous faire croire, que, parce que c’est en anglais, cela touche plus de monde à cause de l’universalité de l’anglais. Mon oeil !!!!!!!!!



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
34

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS