Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Energie » La Grande-Bretagne en quête d’énergie
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Réduire l’impact environnemental des chats en ...
  2. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  3. Améliorer l’isolation de son logement par la ...
  4. La voiture électrique : pas totalement ...
  5. La filière éolienne de plus en plus puissante ...


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






La Grande-Bretagne en quête d’énergie

Début 2006, la Grande-Bretagne est passée du stade de pays exportateur de pétrole à importateur. Les gisements de pétrole et de gaz, exploités principalement en mer du Nord, sont en effet en train de s’épuiser et avant la fin de la décennie le pays pourrait devenir très tributaire de ses approvisionnements extérieurs. Pour pallier à cette situation nouvelle, avant de quitter le poste de Premier ministre, Tony Blair a présenté un Livre blanc énergie qui vise à sécuriser les approvisionnements du pays et à lutter contre le réchauffement climatique. Pour cela 2 stratégies sont envisagées : les économies d’énergie et le remplacement du plus vieux parc de centrales nucléaires d’Europe.

Constitué de 19 centrales, le renouvellement du parc anglais n’est pas encore chose sûre, bien que des centrales aient déjà été arrêtées. Sous la pression des opposants, le débat public devrait se prolonger avec une décision attendue vers la fin 2007. Aussi, entre les études et les travaux, la première centrale pourrait mettre une dizaine d’années avant d’être opérationnelle. Une date qui semble tardive alors que de nombreux réacteurs existants auront été arrêtés.

De plus, perdre les mauvaises habitudes n’est pas chose facile, et le programme d’économie d’énergie est loin d’être gagné lorsque l’on sait que les Britanniques sont de gros gaspilleurs d’énergie (1). Si les Britanniques ne changeaient pas leurs habitudes, d’ici 2010 la Grande-Bretagne pourrait avoir dépensé 16 milliards d’euros et émis 43 millions de tonnes de CO2 pour rien. Une addition dont se passerait bien volontiers le gouvernement, lequel s’est engagé à réduire de 60 % ses émissions de CO2 d’ici à 2050 (par rapport à leur niveau de 1990).

Face à cette situation, les constructeurs de centrales de production d’électricité se pressent pour proposer leurs produits, notamment AREVA pour ses centrales nucléaires (EPR…) et Alstom pour des solutions thermiques (gaz et/ou fioul).

C’est ainsi que ce dernier vient d’annoncer la signature d’un contrat pour la construction et l’entretien (pour une période de 12 ans) d’une centrale thermique à gaz de 1 275 MW, qui sera implantée dans l’île de Grain (Kent) au Royaume-Uni. Cette centrale sera la plus importante du pays à fonctionner sur le principe du ‘cycle combiné en cogénération’ (2), la chaleur résultant de la production d’électricité étant récupérée par une usine de liquéfaction de gaz naturel, voisine, qui l’utilisera pour ses propres besoins.

Pascal Farcy
1- Selon une étude européenne menée en Allemagne, Espagne, France, Grande-Bretagne, Italie, à l’initiative de Energy Saving Trust, les Britanniques sont ceux qui gaspillent le plus l’énergie.

2- A partir d’un seul combustible, dans le cas présent du gaz, la cogénération permet de produire à la fois de l’électricité et de la chaleur, avec un rendement supérieur à 70 %. La chaleur produite dans une centrale ‘classique’ est perdue. Dans le cas de la cogénération, elle est récupérée pour permettre la climatisation ou le chauffage de bâtiments industriels ou d’immeubles d’habitation.

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
30

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS