Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Energie » La France fait son bilan énergétique pour 2013
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Réduire l’impact environnemental des chats en ...
  2. Améliorer l’isolation de son logement par la ...
  3. La voiture électrique : pas totalement ...
  4. La filière éolienne de plus en plus puissante ...
  5. Inondation et pesticides : qu’en est-il ?


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999





MOTS CLÉS :



La France fait son bilan énergétique pour 2013

Evolution consommation énergie

Comme tous les ans, depuis 1982, le Service de l’observation et des statistiques (SOeS) dans le domaine de l’énergie a publié le bilan énergétique de la France pour l’année 2013.

Au niveau global, la production française d’énergie primaire (1) a atteint un niveau record, dépassant les 139 millions de tonnes équivalent pétrole (Mtep), soit 2 millions de plus qu’en 2012. Il est à noter que cette progression est essentiellement due aux énergies renouvelables, la production d’origine nucléaire étant restée stable à 110 Mtep.

La consommation, quant à elle, a légèrement progressé pour friser les 262 Mtep. Ainsi, la production nationale couvre désormais 53,1 % de la consommation totale d’énergie primaire. Aux décimales près, la répartition de la consommation par type d’énergie est la suivante : 44 % d’électricité primaire, 30 % de produits pétroliers, 15 % de gaz naturel et 12 % de renouvelables thermiques, valorisation des déchets et charbon. Selon les rapporteurs du dossier, cette répartition est « relativement stable depuis une dizaine d’années ».

Du point de vue financier, le bilan déficitaire consommation – production induit pour la France une facture énergétique de près de 66 milliards d’euros, facture qui pèse considérablement dans le déficit commercial de la France (2). Par rapport à 2012, le montant de la facture énergétique est en baisse de 4,6 %. Cette diminution est essentiellement liée à une baisse des prix moyens du pétrole et du charbon ainsi qu’à un fléchissement de la consommation pétrolière.

Au niveau des ménages, même si les moyennes sont souvent très trompeuses et cachent de nombreuses disparités, la dépense moyenne sur l’année 2013 a été réduite de 60 euros par rapport à 2012, pour la partie carburant. Par contre, celles liées au logement ont progressé d’une centaine d’euros. En proportion de leur consommation totale, la part énergétique représente désormais 6,2 %, chiffre en progression et qui retrouve une niveau déjà atteint en 1991.

1- la définition de l’Insee pour l’énergie primaire est : «l’ensemble des produits énergétiques non transformés, exploités directement ou importés. Ce sont principalement le pétrole brut, les schistes bitumineux, le gaz naturel, les combustibles minéraux solides, la biomasse, le rayonnement solaire, l’énergie hydraulique, l’énergie du vent, la géothermie et l’énergie tirée de la fission de l’uranium. »

 2- Le déficit commercial de la France s’est élevé à 61,2 milliards d’euros pour l’année 2013 (Source Service des Douanes)

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Michel (voir la biographie)
le 24 juillet 2014 à 08:38

95 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
Xavier2
24 juillet 2014 - 13 h 27 min

Pour suivre mois par mois et semaine par semaine la production d’électricité renouvelable en France, hydraulique, éolienne, solaire et biomasse, avec comparaison à la consommation totale, c’est ici :

http://energeia.voila.net/renouv/electricite_renouvelable_france.htm

D’autre part, il ne faut pas oublier que la France est le seul pays à compter l’énergie primaire de l’uranium comme une ressource nationale, alors que la totalité de celui-ci est importé depuis l’épuisement des mines françaises.

Et les deux tiers de cette énergie de l’uranium est perdue en chaleur, contribuant aussi au réchauffement des fleuves concernés, lequel est nuisible à la vie aquatique dans ceux-ci.

Le chiffre souvent cité de 50% d’indépendance énergétique est simplement faux, car truqué par la méthode de comptage particulière utilisée en France.


Wolfgang Keresztesi
26 juillet 2014 - 17 h 31 min

« Eléctricité primaire » ? Pourquoi pas appeler l’enfant par son nom – 80% nucléaire ?


pe2
27 juillet 2014 - 8 h 39 min

heureusement qu’il y a la production nucléaire pour l’électricité, n’en déplaise aux écolos bobos! Sinon, bonjour le déficit de la balance commerciale et les émissions de CO2… Il n’y a qu’à regarder les résultats de rejet de CO2 très importants en Allemagne pour s’en convaincre


guy
27 juillet 2014 - 9 h 41 min

… …logement ont progressé d’une centaine d’euros… <=== moins de consommation en chauffage électrique mais plus en "box"internet/téléphone toujours allumées,ordinateurs, recharge de tablettes, téléphones portables…etc…, domotique (volets, vmc, climatisations, poêles programmables, réfrigérateurs connectés…etc…). Ce sont désormais de multiples petites consommations qui s'ajoutent au domicile de chacun.


Conrad
27 juillet 2014 - 10 h 59 min

On constate que la France ne bouge pas depuis 10 ans… alors que l’Allemagne, qui rejette encore trop de CO2 en rejette de moins en moins et va en rejeter de moins en moins ! Notre « Saint Nucléaire » Français nous empêche de comprendre que nous devons changer. Nous continuons à nous ruiner et à nous appauvrir de plus de 66 milliards par ans mais rien de doit changer…: L’Allemagne s’enrichit en produisant et consommant sont énergie et pendant ce temps nous nous ruinons: mais on continu d’avoir la croyance que « Saint Nucléaire » nous sauvera, il veille sur nous depuis si longtemps.


Maugis
27 juillet 2014 - 19 h 43 min

Quoi qu’il en soit le terme d’ »électricité primaire » est erroné. L’électricité n’est qu’un vecteur énergétique, autrement dit, un moyen de transporter l’énergie. Voir ci-dessous le tableau des ressources du Monde en énergies primaires :

Total des ressources en énergie primaireK 1

en Mtep
1973K 2
% 2010K 3
%
Charbon+lignite 1 499 24,6 3 476 27,3
Pétrole 2 816 46,1 4 107 32,4
Gaz naturel 979 16,0 2 728 21,4
Nucléaire 53 0,9 719 5,7
Hydroélectricité 110 1,8 296 2,3
Biomasse+déchets 644 10,5 1 278 10,0
Autres* 6 0,1 114 0,9
TOTAL 6107 100 12717 100

Dans un but probablement politique, la confusion entre électricité et énergie permet de masquer au grand public la véritable place du nucléaire dans notre production et notre consommation nationale d’énergie. Il serait plus honnête de s’en tenir à la terminologie utilisée dans ce tableau (source : http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89nergie_primaire ).


Robert
30 juillet 2014 - 20 h 12 min

Bonjour. à Xavier 2
Pourquoi dénigrer tout ce qui est français ?
Vous écrivez: les 2/3 de cette énergie de l’ uranium est perdue en chaleur, contribuant aussi au réchauffement des fleuves concernés.
Voulez vous dire que les centrales à charbon ou lignite allemandes n’ ont pas de tour de refroidissement peut être? et les 2/3 de cette énergie des centrales thermiques au charbon ou lignite ne sont pas perdus tout pareil
qu’ avec le nucléaire? renseignez vous.
Si les Allemands n’ avaient pas chez eux de lignite gratuit à profusion à brûler, leurs écologistes auraient été moins rapides à arrêter le nucléaire, et à faire polluer la planète avec le CO2 qu’ils rejettent. S’ils ne défendaient pas unanimement l’économie de leur pays, on pourraient les entendre hurler contre le fait de brûler du lignite, ce charbon qui n’en n’est pas encore un, et qui est la chose qui pollue le plus au monde en CO2 pour faire de l’électricité. Seulement, eux, ils défendent leur pays, et leurs finances. Si la France devait acheter son charbon ou pétrole ou gaz à l’étranger, à la place de l’uranium, une somme considérable s’ajouterait au déficit commercial déjà énorme. Sans parler du CO2 qui serait rejeté.
Il est temps de taxer le CO2 à son juste niveau car il y a un risque réel d’emballement du climat. Voici pourquoi :
Cet été pendant 3 mois, au pôle nord, c’ est déjà 2 millions de km2 de banquise, qui auront disparu. La différence d’ albédo entre la glace qui réfléchit les rayons du soleil, et le bleu foncé de l’ océan qui absorbe le rayonnement solaire, fait que le soleil réchauffe de 500 kcal/h/m2 découvert
par le réchauffement actuel.
Un simple calcul va donner le résultat produit qui est considérable
1 km2 =1000m x 1000m = 1 000 000 de m2
surface ou la glace est absente
1 000 000 de m2 x2 000 000 = 2 000 000 000 000 de m2
Energie supplémentaire qui va réchauffer l’ océan dû au manque de glace
500kcal/m2/h x 2 000 000 000 000 = 1 000 000 000 000 000 kcal/h
pour chauffer de 1 degré 1m3 d’ eau il faut 1 000 kcal
Le soleil chauffe donc de 1 degré un volume d’ eau de 1 000 000 000 000 de m3 chaque heure pendant environ 3 mois
Ce n’ est plus anodin, et beaucoup plus grave que ce que l’ on pense. Cela ira en accélérant, au fur et à mesure du réchauffement, jusqu’ au moment de l’ emballement final, ou même si l’on baisse le co2, le soleil continuera de chauffer sur les 5 000 000 de km2 du pôle nord qui n’ auront plus de banquise pour réfléchir la chaleur du soleil


Van Nevel
31 juillet 2014 - 12 h 12 min

Très juste, les 2/3 de l’énergie des centrales est perdues à l’atmosphère, nucléaire, charbon, lignite, gaz, c’est pareil . On pourrait chauffer des villes avec cette eau mais non, pourquoi ? On commence à voir quelques centrales de cogénération au gaz, je dirait enfin . Leur rendement monte a 60 % voir un peu plus .
Pour lutter contre le CO2, il faudrait avoir l’esprit commercial allemand, c’est la seule chose qu’il faut copier . Soit :
-arrêter de frimer en BMW, Audi, et acheter fabriqué en France donc attention au modèle . Inutile de faire travailler les autres tant qu’ils ne cotisent pas pour nous ( Chômage, retraite, sécu, …)
-arrêter d’acheter chinois ou  » made in moins cher que moi tu meurs  » et j’ajouterais : je te laisse les chômeurs, … . Beaucoup de CO2 en transport et en charbon pour produire leur électricité .
-recyclons nos papiers et carton d’emballage chez nous plutôt que de remplir les containers en retour vers la Chine avec les emballage uniquement triés . Nous ferions une plus value chez nous, cela rendrait leurs produits moins compétitifs . Nos chères centrales d’achat qui ne regardent que le profit à courte vue, achèteraient peut-être plus facilement du made in France .
-Bref, un peu de bon sens, de fierté ( je n’ajouterai pas le mot nationale car avec la presse c’est presque un gros mot ), de prise en mains ( sans attendre les politiques ) et çà ira mieux demain si on se bouge le cul


Georges des Titons
31 juillet 2014 - 18 h 50 min

Bonjour. Pour les laudateurs du nucléaire je rappellerai les conséquences d’un accident dans la vallée du rhône entrainera des conséquences économiques considérables qui réduisent à néant les soit disant économies liées à la production d’électricité nucléaire. Parlez en à vos enfants et préparez les à l’usage d’un dosimètre.
Pour le rédacteur : Il n’y a pas d’importation en France d’hydrocarbures issus de schistes bitumineux ( comme indiqué dans la liste des énergies primaires)car il n’y a pas d’unités pétrolières capables de le raffiner.
Merçi à Maugis d’avoir remis les éléments physiques à leur place pour ceux qui font des élucubrations.Cordialement


Robert
2 août 2014 - 17 h 18 min

Les lois de la physique sont têtues, et insensibles aux bons sentiments.
Quand les chiffres sont énormes, certains n’ assimilent pas leur signification. Je vais le dire autrement
production totale d’ énergie dans le monde en 2012 en millions de tep
pétrole……4119…32,6%
charbon……3845…30,5%
gaz naturel..3033…24,0%
Hydraulique…831….6,6%
nucléaire…..560….4,4%
éolien……..118….0,9%
biomasse…….98….0,8%
photovoltaïque.21….0;2%
total…….12625..100,0%…12 625 000 000 tonnes équivalent pétrole
1 tep= 10 000kcal x 1 000 kg = 10 000 000 kcal
énergie de cette consommation mondiale annuelle
10 000 000 kcal x 12 625 000 000 = 126 250 000 000 000 000 kcal
surchauffe actuelle du soleil sur cette eau par rapport à 1950
12 heures x 84 jours = 1 008 heures
quelle énergie produite sur l’ océan pendant ce temps
1 000 000 000 000 000 kcal en 1 heure x 1 008 = 1 008 000 000 000 000 000 kcal
combien de fois la consommation mondiale annuelle d’énergie
1 000 000 000 000 000 000 : 126 250 000 000 000 000 = 8 fois toute l’ énergie produite sur la terre chaque année.
voila le résultat du co2 pour 1 an
Si ce n’ est pas le principal axe de travail ?


BLANC
6 août 2014 - 13 h 08 min

LA PROBLEMATIQUE EST QUE LES POLITIQUES SONT SEULEMENT INTERESSES PAR LES PISTES QUI VONT PERMETTRE LEUR RE-ELECTION ………….C’EST TOUT ………


jol
12 août 2014 - 14 h 01 min

Un graphique trompeur…Honte à tous ces Ingénieurs et autres déformateurs de la réalité, issus de grandes écoles Heureusement je vois que de nombreux internautes sont bien plus informateurs que les médias officiels de l’INSEE. Amalgamer les énergies en ne séparant pas strictement les sources primaires (nucléaire, charbon, gaz, déchets, photovol, vent, hydraulique…) même lorsqu’elle sont d’origine étrangère (cas de l’Allemagne qui livre la France à bas cout de l’électricité au heurs de midi d’origine photovoltaique)…Et en conséquence, il plus facile aux nucléopathes ou anti-éoliennes de démontrer ce qu’ils veulent. Est également absent le cout (énergétique du stockage et du transport…) sans doute car il justifierait une autre forme de production et de consommation un peu plus répartie sur toute la France…



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
2967

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS