Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Energie » La construction du réacteur nucléaire EPR stoppée
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  2. Laurent Wauquiez s’en va en guerre contre la nature
  3. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  4. Des aigles contre des drones
  5. Expositions des enfants aux substances toxiques


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






La construction du réacteur nucléaire EPR stoppée

Après la Finlande, où le réacteur nucléaire EPR en construction a d’ores et déjà plus de 2 ans de retard sur le calendrier prévu, c’est au tour du modèle actuellement en construction en Normandie, sur le site de Flamanville, de connaître des problèmes de mise en œuvre. Ainsi, aujourd’hui, lors d’une conférence de presse, l’Autorité de Sûreté du Nucléaire (ASN) a annoncé que depuis le 21 mai, les opérations de coulage du béton de l’EPR de Flamanville étaient suspendues suite au constat de nouvelles anomalies.

En effet, ce n’est pas la première fois que l’ASN constate des anomalies sur ce chantier qui doit voir la mise en service du premier réacteur nucléaire de 3e génération en France. Depuis le début des travaux l’année dernière, 8 inspections ont été menées en 2007 et 4 entre le 1er janvier et le 21 mai 2008. ces inspections ont porté essentiellement sur le génie civil, l’organisation et la gestion des prestataires, l’impact du chantier sur la sûreté des 2 réacteurs nucléaires actuellement en service sur le site, la fabrication du revêtement métallique interne du bâtiment du futur réacteur de l’EPR.

Le 21 mai, un problème qui avait été précédemment constaté, concernant la disposition de certaines armatures de fer non conformes aux plans constatés, s’est reproduit. En conséquence, même si techniquement ces anomalies ne posent pas de problème en matière de sûreté, elles illustrent un manque de rigueur, selon l’ASN.

Si jusqu’à présent des anomalies avaient été effectivement constatées (1), l’ASN estimait qu’elles avaient été traitées de manière satisfaisante. Cependant, l’ASN estime qu’EDF doit renforcer le pilotage et la surveillance des activités réalisées par les prestataires sur le chantier et que, si la compétence technique des intervenants est satisfaisante, un effort doit être mené pour développer leur culture de sûreté. A ce titre, l’Autorité de Sûreté du Nucléaire a demandé à EDF de ne pas engager de ‘nouvelles opérations de bétonnage dans l’attente d’améliorer la rigueur des contrôles internes’.

Pascal Farcy
1- On peut citrer, entre autres :

- l’apparition de fissures à la suite de la coulée d’un bloc de béton composant le radier de l’îlot nucléaire de l’EPR. Ces phénomènes fréquents lors du durcissement du béton ont été traité par EDF en injectant une résine sous pression dans les fissures,

- la non-conformité de la disposition de certaines armatures de fer par rapport aux plans. Ces non-conformités ont été corrigées avant bétonnage.

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
patou
28 mai 2008 - 0 h 00 min

D’abord ce n’est pas une troisième génénration qui laisse croire que c’est vraiment une technologie nouvelle , mais une petite amélioration de la précédente !!Cet article laisse entendre qu’EDF et les instances du nucléaire français règlent et maitrisent les problèmes , hors il n’en est rien et la désinfo atteint son comble dans ce domaine .Voir la loi qui classe se sujet « secret défense »……


kevin
28 mai 2008 - 0 h 00 min

On peut encore voir que la sous traitance n’est pas à la hauteur du projet; encore heureux qu’il y ai des commissions de contrôle pour surveiller ce que font les entreprises, le mieux étant que ce soit fait par des agents spécialisés d’EDF …
Je crains le pire si jamais ces anomalies étaient passées inaperçues …

Oui à EDF 100% public !


logikécolo
29 mai 2008 - 0 h 00 min

Ce qui m’intrigue c’est ce nouvel élan pour ce style de nucléaire,quoiqu’on en dise nous ne savons pas recycler les déchets radioactifs . Alors pourquoi s’attarder sur cette énergie, alors que des scientifiques américains ont prouvés qu’avec le photovoltaïques c’est des villes entières qui pouvaient être fournies en énergies électriques. Raison financière, de monopole, d’achat de brevet?!!! nos chercheurs sont en retards sur ce fait? et on se dépêche de vendre ce type nucléaire jusqu’à l’étranger?


Anibé
31 mai 2008 - 0 h 00 min

Euh, je ne m’y connais pas, mais alors pas du tout en matière de construction, et je suis à peu près nulle en physique.
Cependant, je me pose une question.
Voilà: il est dit dans l’article que les fissures apparues à la suite de la coulée d’un bloc de béton composant le radier de l’îlot nucléaire de l’EPR ont été traité par EDF en y injectant une résine sous pression. (!)
Nonobstant mon ignorance crasse en matière de construction de centrales nucléaires, je sais néanmoins ce qu’est le béton et je subodore son utilité dans le cas présent.
Je sais également ce qu’est une résine, et je n’ignore pas la très nette différence entre du béton et de la résine (différences de résistances et de réactions, en particulier, à la traction et à la chaleur).
En conséquence, je me demande dubitativement si la solution idéale pour boucher des trous dans du béton est d’y injecter de la résine, sachant que cette partie de la construction risque – en cas d’accident, d’attentat, etc. – de devoir supporter des températures TRES au-delà de ce que peut supporter normalement la résine.
Certes, je suppose qu’il s’agit d’une résine « spéciale », mais… quand même, j’aimerais bien que quelqu’un éclaire ma lanterne (pas au nucléaire, si poss.) :o )



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
31

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS