Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Energie » L’avenir s’assombrit encore un peu plus pour les parcs éoliens
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Réduire l’impact environnemental des chats en ...
  2. Améliorer l’isolation de son logement par la ...
  3. La voiture électrique : pas totalement ...
  4. La filière éolienne de plus en plus puissante ...
  5. Inondation et pesticides : qu’en est-il ?


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






L’avenir s’assombrit encore un peu plus pour les parcs éoliens

Selon plusieurs associations environnementales, les pouvoirs publics s’apprêteraient à durcir la législation concernant les parcs éoliens. Emanant de la DPPR (Direction de la Prévention des Pollutions et des Risques), qui dépend du ministère de l’écologie, le futur décret soumettrait l’implantation des parcs éoliens (1) à la procédure d’autorisation des ‘installations classées pour la protection de l’environnement’ (ICPE), laquelle vise à encadrer les conditions de fonctionnement des structures présentant les dangers et les risques de pollution les plus importants.

Pourtant, au regard des conditions auxquelles sont déjà soumis les exploitants de parcs éoliens, la procédure ICPE n’apporterait aucune garantie supplémentaire pour l’environnement et les éventuels riverains. En effet, depuis juillet 2005, l’implantation des fermes éoliennes ne peut plus se faire que dans les Zones de Développement de l’Eolien (ZDE), lesquelles sont proposées par les communes et arrêtées par les préfets. Par ailleurs, les parcs sont également soumis à une étude d’impact, à un permis de construire délivré par le préfet et à une enquête publique. Enfin, chaque projet fait l’objet d’études acoustiques, paysagères, d’impact sur la faune et la flore, est soumis à des réunions publiques et à un avis de la commission des sites, tandis que son exploitant à l’obligation de constituer des garanties financières pour le démantèlement et la remise en état du site d’implantation.



Parc éolien en Ecosse


Sans apporter aucune garantie supplémentaire à cet encadrement déjà très poussé, la mise en place de la procédure ICPE devrait donc surtout rallonger les délais d’implantation et complexifier l’exploitation des parcs éoliens. L’assujettissement à l’ICPE ouvre ainsi la possibilité à de multiples arrêtés spécifiques à chaque parc, comme par exemple les arrêtés préfectoraux complémentaires qui peuvent être pris à l’initiative de la démarche de tiers (voisins, associations, etc.).

Au final, si ce projet de décret devait être signé par le ministre de l’écologie, Jean-Louis Borloo, il concourrait à faire de la France le pays où l’implantation des sites éoliens est la plus contraignante au monde et vraisemblablement la plus longue à obtenir d’un point de vue administratif. Une aberration lorsque l’on sait que l’on ne peut plus opposer aux éoliennes actuelles que leur seul impact visuel…

Au rythme où les choses vont, il sera bientôt plus facile d’implanter et d’exploiter une centrale thermique de plusieurs centaines de mégawatts fortement émettrice de gaz à effet de serre, ou même une centrale nucléaire, qu’un parc éolien de quelques dizaines de mégawatts au maximum. Plus que jamais en France, les lobbies anti-éoliens sont à l’ouvrage.

Alex Belvoit

1- Un parc éolien, ou ferme éolienne, regroupe plusieurs aérogénérateurs, généralement de forte puissance (actuellement généralement supérieure à 1,5 MW) pour produire de l’électricité. L’implantation peut être terrestre (onshore) ou en maritime (offshore).

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 17 juillet 2008 à 12:00

3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
nature libre
17 juillet 2008 - 0 h 00 min

Français, peuple de veaux qui préférera toujours une centrale nucléaire chez le voisin à une éolienne dans son jardin !


rose
18 juillet 2008 - 0 h 00 min

qui préférera même une centrale nucléaire dans son jardin à une éolienne chez le voisin!
Pensez-vous l’éolienne, il paraît que ça brouille la réception tv! peut-on imaginer pire avanie, au moins avec une centrale on est tranquille on est informés! et puis une éolienne c’est laid, une centrale on dirait de l’art contemporain, c’est tendance! et puis une éolienne ça marche qu’avec le vent, la centrale elle n’a besoin que d’eau! et puis le vent y’en a pas toujours et quand y’en a on sait pas le stocker! la centrale elle produit même plus qu’on n’a besoin, c’est pas grave on importe quand même de l’énergie!


michelleb
20 juillet 2008 - 0 h 00 min

Pauvres franchouillards, préférant s’encroûter dans leurs erreurs, et les gouvernements prêts à leur dire amen croyant les appâter pour les prochaines élections, pour que rien ne bouge, sauf les centrales nucléaires qui vont pousser comme des champignons, mais elles… elles ne pouluent pas, elles ne rejetent rien dans l’atmosphère, l’eau, les terres, et pourtant, si une s’implantait à côté de chez vous… les anti-éoliennes ? Ce serait plus esthétique ? moins dangeureux ? Moins polluant ?


cheguevara08
20 juillet 2008 - 0 h 00 min

Combien de forêts d’ éoliennes pour une seule centrale nucléaire? Des  » forêts » qui ne seront pas peuplées d’ oiseaux: elles les font fuir quand elles ne les tuent pas!
Combien de jours suffisemment ventés pour mouvoir ces monstres? Pas de vent:l’ énergie en berne, comme les drapeaux à la gloire du dieu Eole.Mais peu importe, puisque inertes ou en mouvement, ces machines rapportent des taxes à toutes ces communes dont les maires s’ imaginent être à la pointe du progrès en favorisant leur installation! Suivons la mode: vite , mon parc éoliens!
Pourquoi ne pas développer davantage l’ énergie hydraulique( marées- cours d’ eau)à l’impact visuel plus discret? Les fleuves, les rivières, les gros ruisseaux, les torrents sont-ils si rares en France( et en Europe)?


simon34
20 juillet 2008 - 0 h 00 min

en attendant on peut continuer à balancer des déchets radioactifs dans les rivières, pas de problème, il n’y a aucune conséquence pour l’environnement.


peplum85
20 juillet 2008 - 0 h 00 min

vaste fumisterie que ces champs d’éoliennes bruyantes , moches et surtout d’ une efficacité énergétique largement dépassée . mais pour ceux qui peuvent , une éolienne individuelle : super ! et il est ridicule d’opposer champ d’éoliennes et centrale nucleaire : quand il y a mieux , pourquoi vouloir prendre le moindre de ces 2 maux ?


Jérôme
21 juillet 2008 - 0 h 00 min

Il ne peut y avoir de démocratie dans les pays où nucléaire, pétrole, chimie, sont fortement présents… Trop d’intérêts privés sont en jeu. Par ailleurs notre pays favorise ouvertement le bien privé aux dépens du bien public… L’avenir promet d’être sombre… Nous irradirons tout de même de quelques choses si ce ne peut être de bonheur.


chanur
21 juillet 2008 - 0 h 00 min

Les éoliennes cela ne marche pas, cela tue les oiseaux, avec une bonne centrale nucléaire, pas de probleme, les oiseaux quelque fois avec 4 pied ou deux tete mais bon..
A votre avis, pourquoi le lobby anti éolienne, qui est aussi et surtout le lobby pro nucléaire, s’acharne t’il ainsi sur les éolienne, si cela ne marche pas.


patou
21 juillet 2008 - 0 h 00 min

Il est vrai que des champs d’antennes relais de téléphonie mobile et/ou des pylones electrique sont « bien plus beaux » que les éoliennes et en plus l’électrecité et les micro ondes , ça ne pollue pas , c’est bien connu …..Les opérateurs téléphoniques ont une puissance de feux sans commune mesure avec ceux qui installent les éoliennes et comme ce n’est pas un gouvernement que nous avons mais des VRP à la soldes de multiples lobbies industriel …..


tseparis
21 juillet 2008 - 0 h 00 min

je partage complètement l’opinion de Patou, les operateur de téléphonie mobile peuvent nuirent à notre santé en toute impunité avec leurs antennes relai émettant très très au-delà du seuil de compatibilité électromagnétique mais une technologie inoffensive pour la santé, de production d’énergie est outrageusement entravée par le législateur lui-même ! Indécent.


yvesaubry
21 juillet 2008 - 0 h 00 min

ils ne veulent plus de grandes éoliennes, alors faisons des champs de petites éoliennes, puisqu’en dessous de 12m, aucune autorisation n’est requise !
A législateur radin, citoyen malin !


Ludo
23 juillet 2008 - 0 h 00 min

Je pense contrairement à votre article que la procédure ICPE facilitera les démarches d’implantation de parcs éoliens importants car il s’agit d’une procédure rodée que les industriels et les services instructeurs maîtrisent parfaitement. Ce qui n’était pas le cas jusqu’à présent pour les permis de construire éoliens qui rendaient les démarches floues, fragilisaient juridiquement les projets et rallongeaient les délais.


jackie
23 juillet 2008 - 0 h 00 min

Pour ma part je trouve qu’esthétiquement les éoliennes se fondent bien dans le paysage, elles me font penser à des colombes; par contre, une question se pose à moi : ne posent-elles pas un danger pour les oiseaux qui passent trop près, ou ne risquent-ils pas d’êtres aspirés par l’air brassé ?
merci de me répondre.


Anibé
25 juillet 2008 - 0 h 00 min

@jackie
Il faut voir fonctionner les grandes éoliennes pour se rendre compte que ce risque est inexistant. Les branches des éoliennes tournent TRÈS lentement. La production d’énergie vient du système interne de démultiplication du mouvement. Même si l’oiseau est complètement miro il ne peut pas être « heurté » par les bras des grandes éoliennes. Il peut même se poser dessus s’il veut, mais apparemment ça ne le tente pas encore. Les manèges, c’est pas un truc d’oiseau! ;op

Quand au bruit (pour peplum et autres), c’est pareil: faudrait peut-être aller voir (et écouter) sur place pour se rendre compte que ça n’a rien à voir avec le périph’ ni même avec une rue normalement fréquentée!

Mais c’est tellement facile de colporter des RAGOTS destinés à semer le doute sur une technologie non seulement efficace mais qui permet de surcroît de DÉCENTRALISER la production d’énergie par sa production là où elle va être utilisée! A qui profite cette propagande? Ben à nos braves lobbys actuels: nucléaire, pétrole, gaz, charbon. Tout simplement.

En plus, Jackie, j’aime bien ton image de « colombe ». Moi elles me font penser à de grandes danseuses… ;o)


Nicka
27 juillet 2008 - 0 h 00 min

Cette réglementation est plutôt liée à une exigence de sûreté des éoliennes. Il faut en effet garantir que chaque éolienne s’arrête en position de sécurité lorsque la vitesse du vent atteint 90 km/h. Un tel non-fonctionnement ayant eu lieu récemment, il est bien du rôle de l’Etat de veiller à ce point de sûreté des installations … Si une roue se décrochait, bonjour les risques pour les riverains et les dégâts dans l’environnement!


Gébé
28 juillet 2008 - 0 h 00 min

Ce durcissement de la réglementation ne peut que réjouir les français qui sont, bien sûr, contre l’installation dans nos campagnes de ces engins aussi laids qu’inefficaces !

Cette fausse solution ne présente d’intérêts que pour les communes et les « propriétaires » de ces affreux moulins qui, eux, bénéficient d’importants avantages financiers (surfacturation à l’achat de l’énergie par EDF + subventions), le tout, comme toujours, aux frais du contribuable !

On peut qu’être rassuré par cette réglementation…



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
503

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS