Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Energie » L’affaire du champignon magique
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  2. Laurent Wauquiez s’en va en guerre contre la nature
  3. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  4. Des aigles contre des drones
  5. Expositions des enfants aux substances toxiques


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






L’affaire du champignon magique

Dans un univers médiatique où les questions énergétiques sont omniprésentes, avec en toile de fond les émissions de CO2, la science n’échappe pas au star system. La récente découverte d’un myco-carburant (un champignon capable de produire de l’énergie) a connu un formidable écho dans la presse internationale, de quoi prendre un peu de recul…

Cette semaine, une équipe de recherche du Montana a publié dans la revue Microbiology les résultats de ses investigations sur Gliocladium roseum, un champignon des forêts de Patagonie. Les scientifiques ont découvert que ce champignon est capable d’émettre des gaz composés d’hydrocarbures. Ce champignon peut également produire du carburant à partir de la dégradation de la cellulose. Une fantastique avancée… en tout cas, c’est ce qu’on lit dans la presse.

Un journaliste américain a ainsi constaté que l’Université du Montana affiche une revue des articles qui ont titré sur ce champignon : près d’une trentaine aux USA (sans compter les blogs), plus de 20 au Royaume-Uni, et des commentaires dans une douzaine d’autres pays à travers le monde. La France n’est pas en reste, puisque, notamment, l’Agence France Presse relayait cette information. D’après notre collègue américain, ce qu’on ne lit pas dans ces articles, par contre, c’est que personne, pas même le désormais célèbre professeur, ne croit que ce champignon soit prêt pour un développement industriel où des tonnes de déchets végétaux seraient transformées en une grande manne énergétique. Il est seulement plausible que les enzymes contenues dans cet organisme permettent à l’avenir le développement de plus vastes et, peut être, plus cohérentes innovations dans le domaine des biocarburants.

Le problème n’est pas tant le cas de ce champignon, qui en soit, est une découverte fort intéressante, mais l’engouement démesuré de la part des médias pour tout ce qui touche la question énergétique. Il ne faut pas oublier que les universités américaines, et maintenant les universités françaises, fonctionnent comme des entreprises privées, en quête de capitaux pour financer la recherche. Elles sont donc très sensibles aux échos médiatiques. Aujourd’hui nombre de scientifiques s’inquiètent des conséquences d’un système où la valeur d’un chercheur se compte en nombre d’apparitions dans la presse. Et si jamais le quatrième pouvoir pouvait influencer l’orientation des recherches, il y a de quoi rester perplexe à la lecture de l’article paru dans BBC News sur le fameux champignon-carburant qui cite « cette trouvaille est plus importante que la découverte en 1993 d’un champignon contenant du taxol, une molécule anticancéreuse ».

Elisabeth Leciak

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 12 novembre 2008 à 12:00

3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
jlg47
12 novembre 2008 - 0 h 00 min

Ce n’est pas aujourd’hui que la presse est la force de frappe de la science pour aspirer des crédits.
Il suffit de lire Science & Vie de ce mois pour comprendre que certains scientifiques sont prêt à tout pour être reconnu et donc disposer de crédits.


yakapa67
13 novembre 2008 - 0 h 00 min

C’est effectivement la pratique de base d’évaluer un chercheur sur le nombre et la qualité de ses publications… dans des revues spécialisées.
Pour avoir quelque chose à publier, il faut récupérer des financements – publics ou privés -pour pouvoir acheter du matériel, payer du personnel, récupérer des données, … pouvoir travailler tout simplement et obtenir des résultats publiables !
Pour ça, c’est clair qu’il vaut mieux s’intéresser à un domaine de recherche à la mode… et c’est là où medias et politique interviennent avec des visions à plus ou moins court terme.
Les chercheurs ne font après tout que s’adapter – d’ailleurs pas toujours sans résistances – au système.


whjerry
13 novembre 2008 - 0 h 00 min

Bé alors c’est du bluff ou pas ce champignon?
Moi çà m’interesserait de savoir son nom quand même!…mais si c’est un article sur la crédibilité de la science alors pourquoi parler de ce champignon? Ce que vous dites à la fin est valable pour à peu prés tout ce qu’on peut nous balancer comme information…y a du vrai, y a du pas vrai, y a du presque vrai, y a du déguisé, y a du caché, y a du non dit, y’a du mal dit, y a des interprétations possibles, y a des amalgames…et puis y a des trucs qui rapportent à certains et pas à d’autres et puis y a des trucs qui rapportent rien…etc…et çà n’empêche pas ce qui précède…


joëlle
18 novembre 2008 - 0 h 00 min

Vrai ou pas, je ne vois pas ce que ça change au problème. Si on emploie la production de ce champignon, on continuera a rejetter des gaz à effet de serre. Je préfererai qu’on se concentre sur des alternatives vraiment propres et pas sur des solutions qui n’en sont pas.



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
55

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS