Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Energie » Intervention à risque, en cours, à la centrale nucléaire du Tricastin
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
MSC

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Les voitures autonomes tiendront-elles la cote ?
  2. Isoler par l’extérieur ou l’intérieur ?
  3. Les voitures les moins polluantes en 2017
  4. Un tout nouvel anti-âge signé Nu Skin
  5. Aquashell, le spécialiste des habitats flottants


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
ite-iti
La question d’isoler par l’extérieur ne se posait pas il y a 10 ans, ce procédé était encore assez peu connu, et les entreprises qui le mettaient en œuvre ne se contentaient pas de faire que cette prestation.Maintenant, l’isolation thermique extérieure a son acronyme, l’ITE, et ses spécialistes qui ne font que ces travaux toute l’année. S’ils sont si nombreux désormais, et si sectorisés, c’est que [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Intervention à risque, en cours, à la centrale nucléaire du Tricastin

L’opération de récupération des 2 assemblages de combustible, restés suspendus lors d’une opération de renouvellement du combustible nucléaire d’un des réacteurs de la centrale du Tricastin, a été lancée par EDF ce mercredi 22 octobre.

C’est le 8 septembre dernier, alors que le couvercle de la cuve du réacteur et les structures internes supérieures de maintien étaient retirés pour remplacer le combustible, que 2 assemblages (sur les 157 que compte le réacteur) sont restés accrochés aux structures au cours de l’enlèvement. Cet incident a évidemment bloqué l’intervention, les 2 assemblages restant suspendus sous l’eau dans la cuve, tandis que l’exploitant faisait procéder à l’évacuation du bâtiment réacteur et à son isolement.

Avant de procéder au décrochage des 2 assemblages, EDF devait d’abord obtenir l’assentiment de l’Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN) sur la procédure arrêtée. Alors qu’un premier procédé a été présenté le 30 septembre, c’est finalement la solution technique proposée par EDF le 14 octobre qui est actuellement mise en œuvre. Avant de donner son accord, l’ASN a assisté aux opérations de qualification du nouveau procédé, le 17 octobre au centre d’expérimentation et de validation des techniques d’intervention sur chaudières nucléaires à eau pressurisée (CETIC) de Chalon-sur-Saône. Un des points importants tient à l’engagement de EDF d’assurer la sécurisation des assemblages contre le risque de chute (1), avant toute opération de décrochage. Par ailleurs, à l’issue de l’intervention, il a également été demandé à EDF de vérifier l’état des structures internes supérieures auxquelles sont habituellement suspendus les assemblages combustibles.

A noter que le Réseau Sortir du nucléaire n’a pas été entendu dans sa demande de rendre la date d’intervention publique à l’avance, pour permettre aux riverains de décider s’ils veulent rester ou non à proximité de la centrale lors de l’opération.

Pascal Farcy
1- L’ASN considère que ‘une éventuelle chute des deux assemblages pourrait avoir deux conséquences : un risque de criticité, à savoir le déclenchement d’une réaction en chaîne incontrôlée, et un risque de relâchement à l’intérieur et à l’extérieur de la centrale de produits de fission gazeux’.

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
Anibé
12 novembre 2008 - 0 h 00 min

Bon alors, on en est où?
On est le 12 novembre, et madame Lauvergeon (je ne connais pas l’orthographe exacte) a déclaré encore ce matin à France Inter que la filière nucléaire était la plus transparente de toutes les industries (si, si, elle l’a dit!!!)
Alors cette histoire de bidule en suspension qui risque de tout faire péter, « l’opération à risque » a réussi? ou on en est encore à se gratter la fontanelle pour savoir quel intérimaire on va envoyer au casse-pipe???
Pour une « industrie transparente », elle met bien du temps à communiquer sur ses exploits, l’industrie nucléaire…






à lire aussi
     
Flux RSS